Santé

Cancer : Faire suivre le dépistage par une prise en charge thérapeutique, une obligation

Publié par Dk News le 10-02-2019, 16h17 | 8
|

Le dépistage d’un cancer doit être systématiquement suivi en cas de diagnostic positif d’une prise en charge thérapeutique du patient, a indiqué samedi à Tizi-Ouzou le président de la conférence des doyens des facultés de médecine et membre du comité de coordination du plan national anti-cancer, le Professeur Salah-Eddine Bendib.

Intervenant lors de la deuxième journée de formation continue en cancérologie, organisée au siège de l’Assemblée populaire de wilaya de Tizi-Ouzou par la Société algérienne de formation continue en cancérologie (SAFCC), le Pr Bendib a souligné que "tout dépistage organisé exige la mise en place d’un réseau de prise en charge identifié".

Qualifiant de "faute éthique grave" d’organiser une opération de dépistage et dire à une patiente chez laquelle on a découvert cette pathologie "vous avez un cancer du sein, débrouillez-vous pour vous soigner", ce spécialiste a indiqué que le plan national anti-cancer 2015/2019, qui prévoit le lancement à travers le territoire national le "dépistage organisé" basé sur la formation, une deuxième lecture des résultats par un centre spécialisé et une prise en charge thérapeutique, "exige pour toute opération de ce genre, l’identification de tout le réseau pour une prise en charge parfaite et complète du patient".

S’adressant à ses collègues, aux autorités locales et aux représentants du mouvement associatif, présents à cette rencontre à laquelle a pris part le wali Abdelhakim Chater, le Pr Bendib a exprimé la disponibilité du comité de coordination du Plan national anti-cancer à aider la wilaya de Tizi-Ouzou à mettre en place un dépistage organisé du cancer du sein, si les moyens humains et matériels nécessaires sont réunis conformément au cahier des charges régissant cette opération (conformément au plan national anti-cancer).

Le Pr Bendib a rappelé, que le premier dépistage organisé du cancer du sein a été lancé le 2 février dernier dans la wilaya de Biskra.

Il sera prochainement étendu à quatre autres zones pilotes retenues dans le plan national anti-cancer, à savoir Laghouat qui est déjà programmée pour le 12 de ce même mois, puis Tipasa, Tlemcen, Maghnia, Constantine et Jijel. "Ces dépistages organisés qui toucheront des femmes âgées entre 40 et 69 ans seront progressivement étendus à l’ensemble du territoire national", a-t-il dit.

Lors de cette rencontre les différents intervenants, qui ont déploré un diagnostic tardif du cancer du sein, ont rappelé que cette pathologie est la première cause de mortalité chez la femme et que 12 000 nouveaux cas sont enregistrés chaque année.

Dans la wilaya de Tizi-Ouzou, M. Chater a indiqué que sur 1 200 nouveaux cas de cancer déclarés annuellement, environ 400 sont des cancers du sein. L’ensemble des intervenants ont insisté sur l’importance du dépistage précoce du cancer du sein pour augmenter les chances de guérison. À ce propos il a été souligné que neuf cancers du sein sur 10 guérissent lorsqu’ils sont diagnostiqués et pris en charge dès apparition de la maladie.

Le chef de service oncologie au Centre Pierre et Marie Curie (Alger), le Pr Kamel Bouzid a relevé que le diagnostic et la prise en charge précoce du cancer du sein "permet d’avoir un traitement curatif qui évite la mutilation (ablation du sein), mais aussi de réduire le coût de la prise en charge thérapeutique d’un cas au stade avancé de la maladie, voire métastatique, évalué à plus de 10 millions de DA par an et par personne contre 600 000 DA pour un cancer pris en charge juste après son apparition".

Le président SAFCC, Dr Salah Laouar Abdelhamid, a indiqué que le diagnostic tardif du cancer en Algérie est dû essentiellement à "l’absence d’information sur le dépistage et la non généralisation de ce dernier à l’ensemble du territoire national".

Cette situation peut changer, a-t-il dit, "grâce au Plan national anti-cancer et à la nouvelle loi sanitaire qui sont les outils institutionnels très importants qui permettent aux professionnels de la santé de travailler dans un cadre organisé et de mener des actions coordonnées avec des objectifs bien définis".

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.