Régions

Médéa: Virée thématique au site de l'antique «Rapidum»

Publié par Dk News le 18-05-2019, 16h55 | 20
|

Une virée thématique a été organisée à  l’occasion du mois du patrimoine au site de l’antique «Rapidum», dans la  commune de Djouab, Est de Médéa, au profit d’étudiants en archéologie et  histoire de l’université Yahia Fares de Médéa pour une «immersion» dans les  profondeurs de cette cité.

Initiée par la direction de la Culture, en collaboration avec le Centre  national de recherches en archéologie et les instituts d’archéologie et  d’histoire de l’université de Médéa, cette virée avait pour objectif de  «reconstituer, à l’aide de plans et de cartes anciennes, une image de ce  que fut cette ville, et d'essayer de l’imaginer telle qu’elle l’était, il y  a plusieurs siècles de cela», a indiqué à l’APS le chef de service  patrimoine à la direction locale de la culture, Mohamed Merbouche.

Le travail de reconstitution auquel se sont prêtés volontiers chercheurs  et étudiants, a permis aux participants d’imaginer la conception et  l’architecture de ce vestige historique, à travers une superposition entre  les graphiques et les cartes du site avec ce qui reste de cette cité  antique, a-t-il expliqué, ajoutant que cette reconstitution imaginative  tend à faciliter l’identification des éléments clés de la cité (bâtisses,  murailles, ruelles et voies de communication) de les localiser au milieu de  des amas de blocs de pierres jonchés sur le sol et de disposer de points de  repère pour se déplacer d’un endroit à un autre, comme le faisaient,  autrefois, les habitants de cette cité romaine, fondée en l’an 122. Une démonstration d’une fouille «virtuelle» a été animée sur place par les  chercheurs Kamel Medad, Kheira Ali Hamza et Mahfoud Kessar, du Centre  national de recherches en archéologie (Cnra), et qui était destinée à  apprendre aux jeunes étudiants comment explorer un site historique,  collecter des indices ou des donnés susceptibles d’aider à mieux connaitre  le lieu et son histoire, a-t-il fait savoir.

«Rapidum» fut édifié du temps de l’empereur Publius Aelius Hadrianus qui  régna entre 117 et 138 de l'ère chrétienne.

La cité était à l’origine un  camp militaire regroupant quelque 500 soldats, entre fantassins et  cavaliers, avant de connaitre des transformations par la suite et devenir  un grand centre urbain.

La cité était composée, à ses débuts, de trois quartiers occupés par des  vétérans de la légion romaine et des autochtones romanisés, puis se  développa rapidement, grâce au commerce et aux trocs, mais aussi pour des  raisons de sécurité et de désire de fixation des gens, jusqu’à  comptabiliser, entre l’an 167 et 250 après JC, pas moins de 8000 habitants,  ce qui équivalait à une population des grandes villes côtières.

 Suite à une décision de l’empereur Setimus Severus, la garnison militaire  stationnée à «Rapidum» est déplacée vers «Altava», près de «Pomaria»  (Tlemcen), marquant ainsi le début de déclin de la cité, qui se vida  complètement de ses habitants à cause des guerres livrées par différents  opposants à l’occupation romaine, entre 270 et 275 après J.C.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.