Monde

Mozambique: L'Afrique du Sud revient sur sa décision d'extradition d'un ex-ministre mozambicain

Publié par Dk News le 13-07-2019, 16h54 | 0
|

L'Afrique du Sud a annoncé samedi avoir mis un terme à son projet d'extrader vers son pays d'origine l'ancien ministre mozambicain des Finances Manuel Chang, arrêté l'an dernier à Johannesburg pour son implication présumée dans un vaste scandale de corruption.

Manuel Chang est détenu en Afrique du Sud depuis décembre 2018 à la demande des autorités américaines pour sa participation présumée à des prêts frauduleux de 2 milliards de dollars à des entreprises d'Etat du Mozambique. Il est accusé d'avoir perçu plusieurs millions de dollars de pots-de-vin en marge de cette affaire et les Etats-Unis affirment que des investisseurs américains y ont été escroqués.

En mai, l'Afrique du Sud avait décidé de renvoyer M. Chang au Mozambique, plutôt que vers les Etats-Unis qui avaient déposé une demande d'extradition concurrente. Mais le nouveau ministre sud-africain de la Justice, Ronald Lamola, a déclaré dans un communiqué que le projet de remettre M. Chang au Mozambique avait été abandonné car «la décision précédente n'était peut-être pas légalement autorisée». M. Lamola a déclaré qu'il serait erroné d'extrader M. Chang car il bénéficiait d'un statut d'immunité au Mozambique et qu'il n'y avait été inculpé d'aucun crime. Dans des documents judiciaires, il a décrit la décision comme «irrationnelle et incompatible avec la Constitution» sud-africaine et a ajouté que le renvoi de M. Chang au Mozambique était également contraire aux «traités nationaux, régionaux et internationaux» signés par l'Afrique du Sud.

Les charges à l'encontre de Manuel Chang concernent des emprunts contractés par le gouvernement mozambicain lorsqu'il était chef du Trésor entre 2005 et 2015. Les Etats-Unis avaient exprimé leur colère contre la décision de l'Afrique du Sud d'extrader M. Chang au Mozambique.

«Nous avons officiellement demandé au gouvernement sud-africain, via les voies diplomatiques, de ne pas extrader (...) Chang vers le Mozambique, pendant que les Etats-Unis cherchent à obtenir du ministère (sud-africain) de la Justice qu'il reconsidère sa décision du 21 mai», avait déclaré le porte-parole de l'ambassade des Etats-Unis à Pretoria, Robert Mearkle. Les Etats-Unis allèguent qu'au moins 200 millions de dollars ont été dépensés en pots-de-vin et dessous de table dans un vaste stratagème de fraude et de blanchiment d'argent, dont 12 millions pour l'ancien ministre Chang. M. Chang y fait face à des accusations de complot en vue de commettre une fraude électronique, de violation de la sécurité financière et de blanchiment d'argent.

 Le Mozambique a aussi accusé M. Chang d'avoir accepté des pots-de-vin dans une arnaque qui a permis d'amasser des centaines de millions de dollars, mais les critiques disent qu'il ne sera jamais jugé dans son pays. Le Mozambique a arrêté plusieurs autres suspects liés au scandale, dont le fils de l'ex-président Armando Guebuza, et de hauts responsables du renseignement.

En mai, un ancien banquier du Crédit Suisse a plaidé coupable aux Etats-Unis d'avoir comploté pour blanchir des fonds dans cette affaire.

 Deux autres ont été arrêtés en Grande-Bretagne, ainsi qu'une troisième personne arrêtée à New York.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.