Société

Fusillades américaines: Selon Trump , la «haine» n'a pas sa place aux Etats-Unis

Publié par DK NEWS le 05-08-2019, 15h13 | 2
|

Donald Trump a assuré dimanche que la «haine» n'avait pas sa place aux Etats-Unis, au lendemain de deux fusillades ayant fait 29 morts, qu'il a imputées à un «problème de maladie mentale».

«Il n'y a pas de place pour la haine dans notre pays», a déclaré le président américain depuis le New Jersey dans sa première apparition télévisée depuis les drames. «Il faut que ça s'arrête.

Ca dure depuis des années», a-t-il poursuivi en référence aux tueries de grande ampleur qui frappent régulièrement les Etats-Unis. «On a déjà fait beaucoup mais peut-être qu'on doit faire davantage», a-t-il dit.

Les autorités soupçonnent un motif raciste ayant poussé un homme blanc de 21 ans à ouvrir le feu dans un hypermarché d'El Paso, à deux pas de la frontière mexicaine, tuant 20 personnes samedi, dont six Mexicains.

Le dirigeant républicain a été la cible directe de critiques de ses adversaires démocrates après la fusillade d'El Paso, qui l'ont accusé d'alimenter la montée de l'intolérance avec sa rhétorique anti-immigrés.

«Le président en personne promeut le racisme et la suprématie blanche», a écrit sur Twitter la sénatrice Elizabeth Warren, l'une des favorites de la primaire démocrate.

«La suprématie blanche, comme toute autre forme de terrorisme, est un fléau qui doit être détruit», a tweeté la propre fille du président Ivanka Trump avant la prise de paroles de son père. Le milliardaire républicain s'est lui, gardé d'utiliser ce terme, renvoyant l'explication du drame à un argument fréquemment avancé dans les rangs républicains.

«Il y a aussi un problème de maladie mentale dans ces deux cas», a ajouté le milliardaire républicain.

«Ces gens souffrent d'une maladie mentale très grave», a-t-il assuré.

A Dayton, dans l'Ohio, neuf personnes ont perdu la vie. Le tireur, également un homme blanc, âgé cette fois de 24 ans, a été abattu.

La police ne peut, à ce stade, donner de raisons pour expliquer son geste.

Dans sa courte intervention, le locataire de la Maison Blanche a tenu à remercier les forces de l'ordre, intervenues en moins d'une minute après le début de la fusillade. Trump a indiqué qu'il ferait une annonce demain matin.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.