Monde

Libye: Amnesty préoccupée par le sort d'une députée enlevée à Benghazi

Publié par DK NEWS le 17-08-2019, 16h06 | 1
|

L'ONG Amnesty International a exprimé vendredi ses craintes grandissantes quant à la sécurité d'une députée du Parlement libyen, enlevée il y a près d'un mois à Benghazi après avoir appelé à "arrêter l'effusion de sang" dans ce pays, en référence notamment aux hostilités lancées par le général à la retraite Khalifa Haftar pour s'emparer de la capitale Tripoli.

Siham Sergewa a disparu le 17 juillet à Benghazi, siège du Parlement élu, après l'attaque de son domicile par un groupe armé, au lendemain de son intervention sur la chaîne Libya al-Hadath.

Dans son intervention, Mme Sergewa avait appelé à l'arrêt des combats à Tripoli où Khalifa Haftar a lancé le 4 avril une offensive pour tenter de prendre la capitale, où est basé le Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU.

La députée avait aussi dénoncé le "radicalisme" de certains députés acquis à la cause d'un camp ou l'autre, responsable selon elle de la division du Parlement. "Cet enlèvement horrible (...) illustre le danger couru par les femmes actives dans la vie publique libyenne qui osent exprimer des critiques contre les milices", a indiqué Magdalena Mughrabi, directrice-adjointe pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord à Amnesty International, citée dans un communiqué."Les craintes quant à sa sécurité grandissent davantage chaque jour", a-t-elle ajouté.

Le 18 juillet, la mission de l'ONU en Libye (Manul) avait appelé à une enquête sur sa disparition et à sa libération.

La députée "semble avoir subi cette attaque en punition pour avoir exprimé pacifiquement ses opinions et critiqué les troupes fidèles à Haftar, a ajouté Mme Mughrabi.

Des témoins de l'attaque ont indiqué que les assaillants étaient affiliés aux forces pro-Haftar, selon le communiqué d'Amnesty, dans lequel il est précisé que le mari de la députée a été blessé à la jambe par un tir et son fils de 16 ans "violemment battu".

Les combats entre les forces loyales au GNA et les troupes de Haftar ont fait en quatre mois 1.093 morts et 5.752 blessés, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Près de 120.000 personnes ont été déplacées.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.