Histoire

Révolution La constitution du GPRA a permis d'unifier la direction de la révolution au sein de cet organe

Publié par DK NEWS le 20-09-2019, 15h07 | 5
|

Le chercheur en histoire, Abdellah Meguellati a affirmé, jeudi à Alger, que la constitution du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) en 1958 avait permis «d'unifier la direction de la Révolution au sein de cet organe» et de préparer le terrain pour l'entrée en négociation avec le colonisateur français, «en tant qu'unique représentant du peuple algérien».

S'exprimant lors d'une conférence organisée à l'occasion de la célébration du 61è anniversaire de la déclaration du GPRA, l'historien a précisé que le principal motif de sa constitution était «l'unification de la direction de la Révolution au sein de cet organe» pour parler «au nom du peuple algérien» lors des négociations avec la partie française qui arguait, alors, qu'il n'y avait aucune partie avec qui négocier».

La constitution du GPRA, le 19 septembre 1958, est intervenue en réponse à la politique du président français, Charles De Gaulle, une politique qui plaidait l'intégration, a expliqué le conférencier, ajoutant que De Gaulle «préparait l'organisation d'un référendum le 28 septembre sur cette question».

Après 4 ans de lutte pour la libération du joug colonial, la déclaration de la constitution du GPRA en de pareilles circonstances  visait à «remonter le moral des Algériens et des révolutionnaires, en particulier», a-t-il soutenu.

De son côté, l'ancien ministre et ancien membre du ministère de l'Armement et des Liaisons générales (MALG) durant la Révolution, Daho Ould Kablia a rappelé, dans son intervention, les circonstances ayant précédé la déclaration officielle de la constitution du GPRA, notamment après le retour au pouvoir de Charles De Gaulle, un retour sur lequel il misait pour réduire la Révolution algérienne à néant.

Pour M. Ould Kablia, l'idée de la creation du GPRA avait surgi, pour la première fois, lors de la conférence de Tanger (1956), lors de laquelle le Front de libération nationale (FLN) a été chargé de sa constitution pour être l'unique représentant du peuple algérien dans les fora internationaux.  Dans le même ordre d'idées, il a dit que la constitution du GPRA avait permis d'éviter une désintégration «qui aurait pu conduire à une implosion des rangs du Comité de coordination et d'exécution (CCE), en raison de l'assassinat d'Abane Ramdane en 1957».

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.