Société

Migrations: Macron estime que son pays ne peut pas accueillir tout le monde

Publié par DK NEWS le 25-09-2019, 17h25 | 1
|

Le président Emmanuel Macron a estimé que «la  France ne peut pas accueillir tout le monde si elle veut accueillir bien»,  à quelques jours d'un débat parlementaire sur le sujet.

«Pour continuer à accueillir tout le monde dignement on ne doit pas être  un pays trop attractif», a-t-il ajouté, dans un entretien à la radio Europe  1 enregistré depuis New York et diffusé mercredi.

Le président français a plaidé pour «être humains et efficaces» et «sortir  de certaines postures dans lesquelles nous sommes enfermés», entre «bonne  conscience» et «faux durs», avant un débat sur l'immigration le 30  septembre à l'Assemblée nationale et le 2 octobre au Sénat.

«Ce serait une erreur de dire que la question migratoire est une question  taboue ou que, en quelque sorte, on ne pourrait la poser que quand il y a  des crises», a jugé M. Macron, assurant que «la France est un pays de  migration de tout temps» et qu'il souhaite aborder ce débat sur un mode  «extrêmement apaisé».

Il a reconnu une très forte augmentation du nombre de demandeurs d'asile,  en raison d'une insuffisante coopération en Europe, et un «échec» des  reconduites à la frontière.

La France a enregistré une hausse de 23% des demandes d'asile l'an  dernier, avec notamment des dossiers albanais et géorgiens que les pouvoirs  publics estiment largement non fondés. Depuis plusieurs mois, Emmanuel Macron a mis en avant sa volonté de ne pas  laisser le sujet de l'immigration à la droite et à l'extrême droite,  suggérant un déséquilibre en Europe au détriment de la France et un  aveuglement d'une partie de la classe politique sur la question. A quelques mois des élections municipales, en mars prochain, les premières  du tout jeune parti présidentiel La République en Marche! (LREM), le  président avait déjà appelé la semaine dernière sa formation à éviter  d'être «un parti bourgeois» qui ignore l'opinion des classes populaires,  plus directement confrontées aux effets de l'immigration et séduites par  l'extrême droite.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.