Histoire

Anniversaire Les massacres du 17 octobre 1961 qualifiés de «crime d’Etat»

Publié par DK NEWS le 28-10-2019, 15h58 | 2
|

Les participants à une conférence   historique sur les massacres du 17 octobre 1961, organisée dimanche à   Tissemsilt, ont été unanimes à qualifier ces événements de «crime d’Etat». 

L’universitaire de Tiaret Mokhtar Saidi a souligné, lors de cette   conférence entrant dans le cadre des journées culturelles «Ne pas oublier»   qui ont pris fin dimanche à Tissemsilt, que la barbarie de la police   française contre les manifestants émigrés algériens le 17 octobre 1961   dénote d’un crime d’Etat que le peuple algérien ne peut pas oublier.  Il a ajouté que les massacres commis à l’encontre des émigrés algériens   désarmés représentent une étape noire dans l’histoire de la France   coloniale. 
Le chercheur en histoire de la guerre de libération nationale, Mohamed   Chemli a soutenu que les manifestations du 17 octobre doivent être classées   du point de vue droit international dans la case de crime d’Etat, surtout   qu'elles ont eu lieu en une seule journée. 
Il a rappelé, parmi les causes principales de la répression exercée par la   police française contre les membres de la communauté algérienne à Paris,   une tentative de casser la mobilisation autour du Front de libération (FLN)   en France. 
Les journées culturelles «Ne pas oublier», organisées une semaine durant   par la bibliothèque principale de lecture publique «Dr Yahia Bouaziz» de   Tissemsilt dans le cadre de la commémoration de la journée nationale de   l’émigration, ont comporté des activités dont des expositions de livres   historiques mettant en exergue les crimes commis par la police française à   l’encontre des Algériens à cette époque, des ateliers pour enfants sur   «l’histoire de mon pays», de dessin, de lecture, de «petit poète», de jeux   intellectuels et de recherche historique. 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.