Santé

Comment arrêter de fumer... pour de bon !

Publié par DK NEWS le 28-01-2020, 15h28 | 207
|

3 bonnes raisons «santé» d'arrêter de fumer
Arrêter de fumer, c'est bon pour la tête mais aussi pour le corps ! Petit à petit, votre corps va s'offrir un vrai décrassage. Voyez plutôt :

- Des effets très rapides, dès 24 heures...
Au bout de 20 minutes, la tension artérielle et le rythme cardiaque se stabilisent. Lorsqu'on fume une cigarette, on inhale de la nicotine. Cette substance pénètre rapidement dans l'organisme par voie pulmonaire, puis elle atteint le cerveau, procurant une sensation de plaisir et de détente. Or, à chaque bouffée, le passage de la nicotine dans le corps augmente momentanément la tension artérielle et accélère la fréquence cardiaque. 
Après l'arrêt du tabac, les sensations de fatigue vont d'ailleurs diminuer petit à petit. Au bout de 8 heures, les taux sanguins de nicotine et de monoxyde de carbone baissent de moitié. Issu de la fumée de cigarette, le monoxyde de carbone est un gaz toxique qui perturbe l'oxygénation des tissus de notre organisme (cerveau, coeur...). 
Il entraîne également une augmentation du risque de maladie cardio-vasculaire (angine de poitrine, infarctus...). Dès que l'oxygène «reprend le dessus», vous vous réveillez plus facilement, votre teint devient plus net et vous avez l'impression de mieux respirer. Au bout de 24 heures, toute trace de monoxyde de carbone a disparu. Restent les substances irritantes de la fumée (goudrons...), qui se concentrent dans le dernier tiers de la cigarette, près du filtre. Elles adhèrent aux bronches, épaississent le mucus qui les tapisse et paralysent leurs cils. 
Mais il suffit d'une seule journée sans tabac pour que les poumons commencent à éliminer ces substances toxiques, responsables de 60 000 décès en France chaque année.

- Une meilleure respiration dès le troisième jour
Au bout de 48 heures, le corps a complètement éliminé la nicotine. Autre phénomène : l'ex-fumeur redevient sensible aux odeurs et retrouve le goût. Il peut alors corriger son alimentation (il avait tendance à manger gras et salé). En effet, récepteurs du nez et papilles de la bouche sont altérés par l'odeur du tabac, le manque d'oxygène et l'action du monoxyde de carbone. 
Au bout de 72 heures, l'ex-fumeur respire mieux. Les organes sont bien oxygénés. Les bronches, auparavant contractées par les composants de la fumée de cigarette, commencent à se détendre. D'où un regain d'énergie ! 
Au bout de 2 à 12 semaines, le teint s'améliore. La circulation sanguine aussi, grâce au meilleur apport en oxygène. Les personnes qui ne fument plus ont moins de sensations de jambes lourdes.

- Cœur et poumons sont protégés à long terme
Au bout de 3 à 9 mois, la toux a disparu et la capacité respiratoire s'est accrue de 10% en moyenne. Cette amélioration supprime divers problèmes (bronchites, infections...). La voix s'éclaircit : celle des fumeurs est rauque, car les toxiques présents dans le tabac endommagent souvent les cordes vocales. Au bout de 1 an, le risque d'accident vasculaire cérébral a nettement diminué. L'ex-fumeur n'y est pas plus exposé qu'une personne n'ayant jamais touché à la cigarette. 
Au bout de 5 ans, le risque de crise cardiaque a baissé. Par rapport à un fumeur, il est deux fois moins élevé. Au bout de 10 ans, le risque de cancer du poumon est divisé par deux. Et celui de crise cardiaque est le même que chez une personne qui n'a jamais fumé. 

- Ne croyez pas les «supers héros» !
Vous avez pu parfois vous laisser berner par des amis ou collègues qui vous ont dit le plus naturellement du monde s'être sevrés sans aucune aide, sauf celle de leur seule volonté. Alors pourquoi pas vous ? Sachez que ces super héros vous mènent en bateau, arrêter le tabac n'est facile pour personne, l'épreuve peut parfois même être terrible. 
- Vous avez tout essayé...
Tous les mois, un nouveau traitement d'aide au sevrage tabagique apparaît dans les pharmacies. Tout existe : gommes à mâcher, comprimés à sucer, patchs, médicaments antidépresseurs, plantes, granules homéopathiques... Vous avez d'ailleurs pratiquement tout essayé. Oui mais ... toute seule !
- Ce qu'il vous reste à faire !
Vous n'avez donc plus que deux choses à faire avant le grand saut dans un monde pur : la première, vous renseigner sur la consultation anti-tabac la plus proche de chez vous sur le site de la Société de pneumologie de langue française. La seconde, décrocher votre téléphone... et souffler un bon coup ! 
- Zoom sur la consultation anti-tabac
Si vous ne connaissez pas de médecin spécialisé dans le sevrage tabagique, inscrivez-vous dans une consultation anti- tabac à l'hôpital.
 La première consultation peut être individuelle comme elle peut se dérouler en groupe. Les consultations suivantes se dérouleront généralement en tête-à-tête avec un médecin au rythme d'une tous les 15 jours, et pendant 3 à 6 mois. Vous pourrez, si vous le désirez, avoir également les conseils d'un spécialiste en diététique ou d'un psychologue.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.