Monde

Financement du terrorisme Le Gafi rétablit toutes les sanctions contre l'Iran

Publié par DK NEWS le 22-02-2020, 16h41 | 3
|

Le Groupe d'action financière (Gafi) a rétabli  vendredi l'ensemble des sanctions contre l'Iran, jugeant que Téhéran  n'avait pas pris les mesures attendues contre le blanchiment d'argent et le  financement du terrorisme.

Le Gafi est un organisme intergouvernemental créé en 1989 par les  ministres de ses états membres. Il a pour objectif d'assainir le système financier international en  incitant les pays membres ou ceux souhaitant le rejoindre à se doter d'une  législation contre le blanchiment d'argent et le financement du  "terrorisme". "Compte tenu de la non-application de la Convention de Palerme contre la  criminalité transnationale organisée conformément à nos normes, le Gafi  lève la suspension de toutes les sanctions et appelle ses membres à les  appliquer de manière efficace" contre l'Iran, a-t-il indiqué dans un  communiqué diffusé au terme d'une réunion à Paris. Si Téhéran devait ratifier cette convention, l'institution "décidera des  mesures à prendre, parmi elles une suspension des sanctions", a-t-elle  précisé. "Le régime doit faire face à des conséquences à son manquement continu à  respecter les nor mes internationales", en particulier le fait qu'il ne  ratifie pas la Convention de Palerme et les conventions financières contre  le terrorisme, a réagi le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo dans une  déclaration écrite.
"L'Iran doit cesser son comportement irresponsable et agir comme une  nation normale s'il veut que soit mis fin à son isolement", a-t-il ajouté. En juin 2016, après la volonté exprimée par Téhéran de le rejoindre, le  Gafi avait suspendu les "contre-mesures" (sanctions) prises par ses membres  contre l'Iran, le seul pays qui figure sur sa liste noire avec la Corée du  Nord, pour lui donner le temps de se mettre en conformité avec les normes  internationales.
Depuis, parallèlement au durcissement de l'administration Trump à l'égard  de Téhéran, cette institution a adressé plusieurs mises en garde à l'Iran,  avant de lever dès l'été dernier une première "contre-mesure" et d'en  suspendre deux autres à l'automne.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.