Monde

Allemagne: L'extrême droite dans le collimateur des élus et du Renseignement après des attentats racistes

Publié par DK NEWS le 22-02-2020, 16h41 | 0
|

L'extrême droite politique en Allemagne est dans le collimateur des élus et du Renseignement intérieur après des attentats racistes de Hanau, accusée de les avoir encouragés par ses diatribes anti-migrants et certains vont jusqu'à demander qu'elle fasse l'objet d'une surveillance policière, selon des sources politiques et médiatiques. «Nous savons depuis longtemps que les paroles peuvent être suivies d'actes et les élus du peuple ne peuvent se dédouaner de cette responsabilité», a estimé le président de la chambre des députés, Wolfgang Schäuble, dans une interview hier au quotidien Handelsblatt.

Il faisait référence au parti Alternative pour l'Allemagne (AfD), devenu depuis 2017 la principale force d'opposition au Bundestag avec 89 élus en surfant sur les craintes suscitées dans la population par l'arrivée de plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015 et 2016. «Le problème est que l'AfD ne connaît aucune limite», a ajouté M. Schäuble, membre du parti conservateur d'Angela Merkel, qui va jusqu'à qualifier de «fasciste» le chef de file de l'aile la plus rad icale du mouvement d'extrême droite, Björn Höcke. Ce dernier s'est encore mêlé lundi lors d'une manifestation au mouvement anti-migrants ultra-radical Pegida pour agiter le spectre, comme il le fait depuis plusieurs années, d'un grand «remplacement» de la population autochtone allemande par les immigrés. Le secrétaire général du parti social-démocrate SPD, partenaire des conservateurs au pouvoir à Berlin, Lars Klingbeil, a lui qualifié l'AfD de «bras politique» des éléments les plus radicalisés de la mouvance d'extrême droite et de ceux qui épousent ses thèses, à l'instar de l'auteur des attentats de Hanau qui ont fait 9 mots. «Il ne peut être question bien sûr d'une responsabilité au sens pénal mais il est clair que ce que dit l'AfD et certains de ses responsables politiques contribuent à de tels actes», estime le politologue berlinois Carsten Koschmieder sur la chaîne publique ARD. Obsédé de théories racialistes, l'auteur des attentats se disait inquiet dans un «manifeste» laissé derrière lui de la dilution de la race germanique par la naturalisation d'étrangers. «C'est exactement le discours de l'AfD», juge M.Koschmieder. Le dirigeant du parti , Alexander Gauland, voit dans les critiques à sonégard une «instrumentalisation» d'un acte sans lien avec son mouvement. Les caciques de l' AfD se sont empressés de décrire les attentats comme le fait d'un «déséquilibré qui n'aurait jamais dû être autorisé à détenir une arme». La pression monte toutefois. La gauche demande que le parti tout entier fasse désormais l'objet d'une surveillance du Renseignement intérieur. Un traitement réservé en Allemagne aux organisations représentant un danger pour l'Etat et marqué au sceau de l'infamie politique. Déjà, la frange la plus radicale de l'AfD est dans le collimateur du Renseignement. Hier, des responsables des deux partis gouvernementaux allemands ont en outre demandé que les militants de l'AfD soient bannis de la fonction publique.
 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.