Monde

ONU-Sahel La pandémie de COVID-19 accentue les besoins humanitaires au Sahel, selon l'ONU

Publié par DK NEWS le 19-06-2020, 18h35 | 2
|

La pandémie de COVID-19 accentue les besoins humanitaires dans la région du Sahel, déjà en proie au terrorisme, a déclaré jeudi le Bureau de la coordination des Affaires humanitaires (OCHA) des Nations Unies. 

Quelque 24 millions de personnes dans le Sahel, dont la moitié sont des enfants, ont besoin d'une assistance et d'une protection vitales en 2020, c'est le nombre le plus élevé jamais enregistré. 
Plus de 4,5 millions de personnes sont déplacées ou réfugiées à l'intérieur de leur propre pays, soit 1 million de plus qu'en 2019, a indiqué l'OCHA. 
L'insécurité alimentaire et la malnutrition devraient atteindre des chiffres record. 
Plus de 12 millions de personnes sont déjà confrontées à une grave pénurie alimentaire, le chiffre le plus élevé depuis une décennie. 
L'impact socio-économique de la pandémie de COVID-19 risque de multiplier ce chiffre par 2, a poursuivi le Bureau. 
Près de 10 millions d'enfants risquent de souffrir de malnutrition aiguë, dont 3 millions sous sa forme la plus grave. 
Les fermetures d'écoles, dues aux violences et aux mesures de confinement, affectent une génération entière, a ajouté l'OCHA. 
En mars 2019, plus de 11.500 écoles étaient fermées ou non opérationnelles en raison des violences dans tout le Sahel, touchant plus de 2,2 millions d'enfants. 
Avec le COVID-19, 71 millions d'enfants sont temporairement non scolarisés. 
L'accès humanitaire au Sahel est devenu de plus en plus difficile. 
L'insécurité croissante affecte profondément les opérations d'aide. 
La réponse de plus en plus militarisée et politisée constitue un risque majeur pour l'action humanitaire reposant sur des principes, a indiqué l'OCHA. 
Parallèlement, le manque de financement est l'un des défis les plus importants. 
Cinq mois après le début de l'année 2020, seuls 18 % des 2,8 milliards de dollars américains demandés pour les plans d'intervention humanitaire au Sahel ont été financés. 
Les fonds supplémentaires nécessaires pour faire face à la pandémie de COVID-19 s'élèvent à 620 millions de dollars, et ne sont financés qu'à hauteur de 13 %, selon l'OCHA. 

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.