Australie L'agence de presse rachetée par des philantropes

Publié par DK NEWS le 30-06-2020, 17h25 | 3

L'agence de presse australienne Australian Associated Press (AAP) a été rachetée par un consortium dirigé par des philanthropes, la sauvant de la fermeture, rapportent des médias. 
Le rachat a été confirmé lundi soir, quelques semaines après l'annonce de la constitution de ce consortium pour voler à l'aide de l'unique agence de presse nationale du pays, plombée par les difficultés du secteur des médias qui ont été aggravées par l'épidémie de Covid-19. 
Le consortium d'investisseurs, dont fait partie l'ancien directeur de News Corp Peter Tonagh, a déclaré dans un courriel au personnel qu'ils partageaient "un objectif commun: le désir de protéger la diversité des médias en Australie". 
"Nous pensons que la meilleure façon d'y parvenir est d'assurer la viabilité à long terme de l'AAP Newswire et de fournir un journalisme indépendant et de qualité sur les questions qui comptent pour tous les Australiens", ont-ils écrit. 
En mars, les principaux actionnaires d'AAP, Rupert Murdoch's News Corp et le groupe de radiodiffusion et de presse Nine Entertainment, s'étaient retirés de l'agence, une décision surprise qui devait entraîne r sa fermeture et avait alimenté les craintes d'une plus grande concentration des médias australiens. 
La reprise d'AAP va s'accompagner de la suppression d'environ la moitié de ses 180 emplois, les investisseurs affirmant qu'elle mènera une activité "pérenne" de moindre envergure lorsque le rachat sera finalisé le 31 juillet. L'agence "se concentrera sur l'actualité brûlante, la politique, le sport, les grands événements et les questions d'intérêt public", ont-ils ajouté. Le n de sauvetage survient au moment où les médias australiens connaissent une importante chute de leurs revenus. Fin mai, le groupe du magnat Rupert Murdoch News Corp a annoncé qu'il arrêterait d'imprimer plus de 100 titres de la presse locale et régionale en Australie, en raison d'un effondrement des revenus publicitaires qui a été encore aggravé par l'épidémie de nouveau coronavirus.