Santé

Burundi Le Covid-19 " le plus grand ennemi des Burundais"

Publié par DK NEWS le 01-07-2020, 16h32 | 1
|

 Le nouveau président burundais M Ndayishimiye a déclaré mardi le Covid-19 comme "le plus grand ennemi des Burundais", imposant une volte-face complète à son pays qui avait jusqu'ici largement ignoré l'épidémie.
"Je déclare la pandémie de Covid-19 comme le plus grand ennemi des Burundais, car c'est clair qu'elle est devenue aujourd'hui leur principale préoccupation", a lancé le chef de l'Etat après la prestation de serment de son nouveau gouvernement à Bujumbura.
Il s'agit d'un revirement absolu par rapport à l'attitude de son prédécesseur Pierre Nkurunziza, décédé subitement le 8 juin, officiellement d'un arrêt cardiaque, qui avait estimé que le Burundi était protégé par "la grâce divine". Le gouvernement précédent n'avait pas imposé de confinement aux quelque 11 millions d'habitants, contrairement à certains de ses voisins, et avait maintenu les élections générales du 20 mai sans imposer de mesures de distanciation sociale. Officiellement le Burundi n'a recensé que 170 cas de Covid-19 pour un décès.Ce bilan laisse sceptiques bien des médecins, selon lesquels de nombreux cas et décès de per sonnes présentant les symptômes du virus ont été exclus de ces chiffres. Les Burundais se demandent aujourd'hui si Pierre Nkurunziza, qui selon une source médicale contactée était en "détresse respiratoire" au moment de sa mort, n'a pas lui-même succombé à cette maladie.
"Nous nous engageons à combattre résolument cette pandémie", a insisté M. Ndayishimiye, invitant "tout Burundais ou tout étranger qui vit au Burundi à se lever pour lutter contre le coronavirus".
Cela passe, selon lui, par "un strict respect des mesures barrières que le ministère de la Santé va désormais afficher partout à travers le pays". Il a indiqué que le gouvernement allait subventionner à 50% le prix du savon et diminuer le prix du m3 d'eau jusqu'à ce que la pandémie soit endiguée. Il a aussi rappelé que les tests et les soins pour le nouveau coronavirus étaient gratuits. Le Burundi ne compte qu'un seul centre de dépistage, qui dispose de moins de 10 techniciens capables de faire les tests pour le Covid-19. Le président a promis que des équipes de dépistage seraient installées dans toutes les régions et que des campagnes de dépistage seraient lancées "partout où des cas positifs au coronavirus seront signalés". Ce changement de cap fait suite à un don de 5 millions de dollars (4,45 MEUR) de la Banque mondiale à la mi -juin pour aider le Burundi à lutter contre le coronavirus, a expliqué un haut cadre du ministère de la Santé, sous couvert d'anonymat.


 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.