Monde

Soudan Des dizaines de milliers de manifestants réclament des réformes

Publié par DK NEWS le 01-07-2020, 17h13 | 3
|

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté mardi à Khartoum et dans d'autres villes du Soudan pour réclamer des réformes et que justice soit faite pour les manifestants tués lors du mouvement populaire de 2019, ont rapporté des médias. 
Ces manifestations ont lieu malgré un couvre-feu en vigueur de 15H00 à 06H00 locales (13H00 à 04H00 GMT) sur l'ensemble du territoire soudanais pour limiter la propagation du nouveau coronavirus. 
En avril 2019 et après trois décennies au pouvoir, l'ancien président Omar el-Béchir a été destitué par l'armée et arrêté sous la pression du mouvement de contestation inédit qui a duré plus de six mois. 
Selon un comité de médecins lié au mouvement, 246 manifestants ont été tués dans la répression, dont une centaine dans la dispersion brutale d'un sit-in devant le QG de l'armée à Khartoum en juin 2019. 
Mardi, les Soudanais ont manifesté en masse en scandant "Paix", "Justice" et en appelant à "punir" les coupables de la répression, selon des témoins et des médias dans la capitale Khartoum. 
De Dongola, à 600 km au nord de l a capitale, à Nyala, au Darfour (ouest), en passant par Khartoum et Omdourman, sa ville jumelle, les manifestants ont brandi des drapeaux soudanais et réclamé la réalisation des revendications de la "révolution" -meilleures conditions de vie et un pouvoir civil notamment- qui se font attendre. 
"Le sang des martyrs est notre sang", pouvait-on lire sur les pancartes à Nyala. 
A Khartoum, un important dispositif de sécurité a été déployé et le centre-ville a été bloqué avec des fils barbelés et des véhicules des forces de sécurité. 
A l'origine des manifestations, l'Association des professionnels du Soudan, qui fut le fer de lance de la contestation, ainsi que des partis politiques et des familles de victimes. 
Ensemble, ils ont appelé à une "marche du million" pour marquer l'anniversaire d'une manifestation massive il y a un an pour réclamer un pouvoir civil et dénoncer la répression. 
Depuis août 2019, le Soudan est doté d'un gouvernement de transition formé de technocrates, à la suite d'un accord de partage du pouvoir conclu entre l'armée et les principales figures de l'opposition. 
Ce gouvernement chargé d'assurer la transition vers un régime civil, fait face à plusieurs défis dont une économie désastreuse héritée de l'ancien régime. 
Il négocie en outre avec plusieurs groupes rebelles, notam ment ceux du Darfour, pour parvenir à des accords de paix après des années de conflits meurtriers.
 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.