Actualité

La création d'instituts de traduction, un préalable à la promotion de la langue amazighe

Publié par DK NEWS le 13-01-2021, 17h41 | 25
|

Des universitaires, réunis mardi à Alger, ont appelé au renforcement de la formation universitaire et la création d'instituts de traduction de et vers le tamazight pour promouvoir cette langue nationale et officielle, enseignée dans la plupart des établissements scolaires du pays.

S'exprimant lors d'une rencontre sur la "traduction de et vers le tamazight" dans le cadre de la célébration du nouvel an berbère Yennayer 2971, l'universitaire Djamel Laceb estime que le "manque" de départements d'enseignement universitaire de tamazight- limité à quelques wilayas-, et l' "absence" d'instituts de traduction constituent des "obstacles" majeurs à la généralisation et à la promotion de cette langue.

Pour cet auteur d'expression amazighe, lauréat en 2019 du Grand Prix Assia-Djebbar du roman, l'enseignement de tamazight "doit être généralisé" dans tout le pays pour permettre une large diffusion de la langue amazighe, parlée à travers l'Algérie dans ses différentes variantes.

Relevant le "manque d'encadrement académique" et de "coordination", l'universitaire Mokrane Chikhi c onsidère, de son côté, que la traduction (vers le tamazight) de textes "pragmatiques" doit obéir à l' "exigence de l'équivalence".

"Le traducteur est tenu de trouver l'équivalence et la terminologie précise et exacte en traduisant des contenus scientifiques et textes juridiques vers la langue amazighe", expliqué cet enseignant de la langue et culture amazighes à l'université de Béjaia.

Selon M.Chikhi, également traducteur au sein du Hca (Haut commissariat à l'Amazighité), les procédés de la traduction des textes pragmatiques "exigent la recherche de l'équivalence et une terminologie adéquate".

Pour sa part, Zidane Yacine a évoqué, dans son intervention, les corpus littéraires transcrits durant les premières années de l'occupation française, au début du 19e siècle, ainsi que les contes amazighes transcrits dans les variantes kabyle, chaouie et targuie.

Si cet inspecteur d'éducation et consultant au Hca défend la diversité des variantes linguistiques en usage en Algérie, il plaide, toutefois,  pour une "terminologie convergente" approuvée par des institutions de normalisation linguistique.

Pour rappel, l'Académie algérienne de la langue amazighe a été créée à la faveur d'une loi organique promulguée en 2018.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.