Forum

M. Tahar Allache, P-DG de la SGSIA, invité hier du forum de dk news : Un nouvel aéroport pour 10 millions de voyageurs/an en 2018

Publié par Said Abjaoui le 13-07-2014, 19h10 | 679
|

Coût du projet 70 milliards de DA

La capitale du pays se doit de posséder des structures d’accueil et des infrastructures qui réduisent au maximum les formalités d’entrée et de sortie du territoire.

Dans la perspective de la mondialisation et de l’augmentation de tous les trafics (voyageurs et marchandises), sur la base d’études et de projections quinquennales, décennales et à 20 ans, Air Algérie et les aéroports d’Alger ont négocié les mutations pour transporter et accueillir plus de 10 millions de voyageurs par les airs à moyen terme 2018 et 14 millions à 2028.

Pour y faire face, l’aéroport d’Alger que dirige, M. Tahar Allache a initié le mégaprojet de lancement de deux nouvelles pistes, d’un parking cargo (ce qui portera le fret à un niveau tel que l’aérogare puisse recevoir, stocker en chambres froides les importations et les exportations de produits dont certains sont périssables).

 

L’Algérie est connue pour être un vaste chantier. Elle développe ses infrastructures pour les dimensionner à hauteur de son intégration dans la mondialisation, et surtout à hauteur de sa «méditerranéité». 

Evidemment, il faudrait gagner la bataille des transports, et pour cela celle des aéroports et des ports. Toujours en matière de transport, il faudrait pour ce qui concerne Alger plus particulièrement, achever l’architecture des réseaux de transport en créant l’inter-modulation entre le train, les bus et les métros. 

Les conditions  sont réunies pour mener à bon port de tels projets. Ce ne sont pas les ressources humaines qui manquent. Ce ne sont pas les dirigeants managers capables de conduire la mise en œuvre des chantiers qui manquent.

C’est un P-DG qui a beaucoup d’ambitions pour l’aéroport d’Alger que le forum de DK News a reçu hier. Le P-DG en question est M. Tahar Allache, qui est à la tête de la SGSIA  (Société Générale des Services et Infrastructures Aéroportuaires), dite Aéroport d’Alger.

De l’ambition ? Certainement que oui. Il dimensionne le nouvel aéroport à la prise en charge de 10 millions de voyageurs pour l’année 2018. Au-delà de 2018, s’adapter à un nombre nettement supérieur  de voyageurs. 

On sait que l’aéroport est la porte internationale qui commande l’entrée vers Alger. Comme ces derniers temps, presque chaque wilaya possède son aéroport international et que celles qui n’en ont pas en demandent, il apparait un besoin d’extension pour les aéroports existant et un besoin d’en construire de nouveaux. 

Bien évidemment, il faudrait d’abord évaluer  les besoins futurs du pays en corrélation avec les augmentations salariales et l’inflation qui a commencé plus tôt que prévu des suites de la tragédie nationale. Ce n’était pas dans la situation induite que pourraient venir des investisseurs.

Ceci d’une part. D’autre part,  il faudrait conclure une fois pour toutes sur ce que veulent les agents sociaux. D’abord, le développement national  et économique  a besoin d’une progression en cohérence. Une progression  qui libère les initiatives dans les secteurs privés et publics.

On a également anticipé sur les futurs besoins pour procéder à des achats au titre de l’anticipation des besoins incompressibles d’une population, et ainsi se constituer des stocks de sécurité alimentaire. Il y a actuellement la suppression de la feuille de renseignement sur des instruments  de projection des informations.

Un visa pourra le faire éjecter pour longtemps, car on n’a entendu personne se réjouir d’u refus. Les conditions les meilleures pour faire face à la rupture du jeûne seront réunies au moment de l’appel à la rupture. Les projets dont la SGIA est en charge ainsi que le nouvel aéroport sont inscrits dans le cadre du schéma directeur de l’aménagement de l’aéroport d’Alger.

Le plan d’occupation des sols intègre les perspectives de développement de l’aéroport d’Alger et a permis la dotation de la SGSIA  d’un  outil de planification à court, moyen et long termes et d’un plan de masse, de programmes d’investissement et de réalisation à chaque échéance prévue. Il en résulte un développement d’activités aéroportuaires spécifiques.

Des opérations visant à la fin de la mise des voyageurs dans l’inconfort ont été supprimées, à savoir la fiche de police, la fouille au corps. L’actuel aéroport prendra en charge les pèlerins du hadj et de la omra. Pour ce qui concerne le nouvel aéroport, M. Tahar Allache l’estime à 70 milliards  de DA. 

En matière d’intermodalité des moyens de transport, le P-DG Tahar Allache a parlé de la desserte ferroviaire de l’aéroport. Celle-ci est destinée à connecter le trafic passager aérien au trafic aérien.
La réalisation ferroviaire vient de connaitre le démarrage. Il en est de même pour la station de métro d’Alger. L’objectif est de favoriser un développement harmonieux entre complémentaire entre les différents modes aérien, route, rail et maratime.


Les études détaillées ont été menées par le groupement Bet Bread-Llewlyne-Pointec (Algérie, GB, Espagne), «les négociations portant sur les coûts de réalisation sont en cours avec l'entreprise chinoise CSCEC, sélectionnée pour ce projet».

La nouvelle aérogare aura une capacité d'accueil de quelque 10 millions de passagers par an, combinée à celle de l'actuelle infrastructure, portera ce nombre à 16 millions de passagers.

Coût de réalisation, le premier responsable de la SGSIA a affirmé qu'il est estimé, approximativement, à 70 milliards de D, soit près de 700 millions d'euros.

«La réalisation de cette nouvelle aérogare se fera par un montage financier et non par les fonds du trésor public car il s'agit d'un investissement que l'entreprise devra supporter à elle seule», une première, selon M. Allache.

«Une partie des 70 milliards de dinars de ce projet d'envergure sera mobilisée par la SGSIA, alors que le reste consistera en un prêt à taux bonifié accordé par le fonds national d'investissement (FNI)».

M. Allache a assuré que la SGSIA consacrera au niveau de cette nouvelle aérogare les surfaces nécessaires aux compagnies aériennes pour assurer les correspondances et faciliter le dispatching des passagers en partance vers d'autres destinations.

 «l'aéroport sera d'ici à 2020 desservi par une ligne de métro venant d'El Harrach passant par Bab Ezzouar mais également une ligne ferroviaire venant aussi de Bab Ezzouar,  afin de répondre au manque de transport en grande masse des travailleurs et des voyageurs».

|

Un méga projet

Retrouvez le meilleur de notre communauté

Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.