UA - protection de la faune : L'UA et l'ONG Traffic signent un protocole d'accord pour lutter contre le commerce illégale d'espèce sauvage

Publié par DK NEWS le 04-08-2021, 15h07 | 29

La Commission de l'Union africaine (CUA) et l'ONG Traffic ont signé un nouveau protocole d'accord portant sur la protection de la faune africaine contre les prélèvements et le commerce non durables et illégaux et la contribution que le commerce et l'utilisation légales peuvent apporter aux moyens de subsistance et au développement des peuples africains.  "En vertu de cet accord, les parties collaboreront pour soutenir les politiques des Etats membres de l'Union africaine en matière d'environnement, de gestion et de commerce de la faune et de la flore, et de conservation et reconnaîtront que la perte de la flore et de la faune sauvages affecte les moyens de subsistance des Africains, en particulier pendant la reprise post-pandémique", a précisé l'organisation panafricaine dans un communiqué. "Il sert de cadre pour lutter contre l'exploitation et le commerce illégaux de la riche faune sauvage d'Afrique dans le but commun de protéger la flore et la faune des terres, des zones humides et des écosystèmes marins", ajoute la même source. Selon le même texte, "l e protocole d'accord est une étape importante vers la mise en œuvre de la stratégie de l'Union africaine pour la faune et a été signé par l'ambassadrice Josefa Sacko, commissaire de la CUA à l'agriculture, au développement rural, à l'économie bleue et à l'environnement durable (ARBE) et Steven Broad, directeur exécutif de Traffic, le réseau de surveillance du commerce et de la faune sauvage". Présent lors de la signature du protocole d'accord, le commissaire de la CUA à l'agriculture, au développement rural, à l'économie bleue et à l'environnement durable (ARBE), Josefa Sacko a indiqué que, "pour l'Union africaine, il s'agit d'un protocole d'accord important pour la sauvegarde de la biodiversité sauvage de l'Afrique". "Nous sommes impatients d'approfondir notre collaboration déjà excellente avec Traffic et nous nous félicitons du soutien technique et de sa politique qui découlent de son expérience fondée sur des preuves, sur la façon de maintenir l'utilisation et le commerce de la flore et de la faune sauvages à des niveaux légaux et durables, et sur la meilleure façon de lutter contre tout commerce illégal et toute surexploitation menaçant notre biodiversité", a-t-il ajouté. "Nous nous engageons à améliorer la durabilité de la faune, de l'environnement et du commerce légal de l'Afrique pour soutenir les économies nationales et le développement local à travers le continent aux côtés de la Commission de l'Union africaine. C'est une étape prometteuse et bienvenue vers le commerce durable des espèces sauvages en Afrique", a, de son coté, déclaré Richard Scobey, Directeur exécutif de Traffic. 

Selon Josefa Sacko, "l'UA se réjouit en outre de coopérer avec Traffic dans les préparatifs des principaux forums multilatéraux et bilatéraux, tels que par exemple pour la CDB et la CITES, ainsi que pour les composantes environnementales des cadres et partenariats de la Commission". 
"Nous espérons que les négociateurs africains participant à de tels forums pourront être mieux armés", a-t-il déclaré, saluant "l'engagement de Traffic à collaborer avec la Commission et à la soutenir dans la mise en œuvre efficace du plan d'action pour une relance verte (...)". "Les relations intergouvernementales existantes entre l'UA et les Etats membres permettent une coordination avec les départements ministériels concernés et d'autres secteurs gouvernementaux", relève le communiqué de l'Union africaine. La même source estime que, "dans un monde post-pandémique, non seulement cela sera vital pour la conservation et le développement, mais cela permettra des réponses solides et fondées sur des preuves aux men aces induites par les zoonoses résultant du commerce des espèces sauvages".