Crise libyenne Président Tebboune : les élections, solution définitive pour la crise

Publié par DK NEWS le 11-10-2021, 14h46 | 2

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a affirmé que les élections constitueraient une solution définitive pour la crise en Libye , estimant qu'il était possible d'étendre les échéances sur deux mois. 
"L'Algérie a affirmé durant la Conférence de Berlin et même avant que la solution définitive pour la Libye était la tenue des élections", a précisé le chef de l'Etat lors de l'entrevue accordée, dimanche dans la soirée, à des représentants de médias nationaux, indiquant que cette approche "est devenue par la suite une revendication pour les Nations Unies". Et d'indiquer que les responsables en Libye "ont été sélectionnés sur ce principe et avaient convenu d'organiser des élections (...) mais le temps presse et il ne reste que trois mois avant leur tenue". "Des parties souhaitent entraver implicitement ce processus, d'autant que les éléments de discorde sont là", a-t-il indiqué, appelant "les grandes puissances à intervenir en toute transparence à ce sujet". 
Après avoir rappelé la modification de la date des élections en Libye et la tenue des législatives au mois de janvier prochain et non p as parallèlement à la présidentielle comme prévu initialement, le Président Tebboune a déclaré :"Ce n'est pas grave. Si les Libyens ont besoin d'aide, nous sommes là". 
"Nous avons proposé à nos frères libyens, qui sont venus en Algérie et qui ont reconnu les difficultés qu'ils traversent en raison des menaces suscitées par les parties qui cherchent à entraver le processus, qu'il n'était pas nécessaire d'organiser les élections en Libye le même jour", a soutenu le Chef de l'Etat. 
Ces élections, a poursuivi le Président Tebboune, peuvent être organisées par région et cette opération pourrait durer deux mois, affirmant que "le plus important c'est qu'il y ait une véritable volonté populaire et à ce moment personne ne pourrait contester l'autorité des personnes élues". 
Réitérant l'appel lancé par l'Algérie quant à l'impératif retrait de mercenaires de Libye, le chef de l'Etat a rappelé que tous les participants à la Conférence de Berlin, dont les cinq membres du Conseil de sécurité de l'ONU avaient été unanimes sur cette question.