Société

Climat PAM : la crise climatique "entraînera une famine sans précédent"

Publié par DK NEWS le 16-10-2021, 16h09 | 15
|

La crise climatique entraînera une famine sans précédent, a averti le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, à l'occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, le 16 octobre.
"Nous mettons en garde contre une hausse exponentielle de la faim dans le monde, alimentée par la crise climatique, si l’on ne prend pas les mesures nécessaires pour aider les communautés à s’adapter aux chocs climatiques", alerte le PAM, qui appelle à une action urgente.
"La crise climatique alimente une crise alimentaire", a déclaré dans un communiqué le Directeur exécutif du PAM, David Beasley. Une analyse de l’agence onusienne montre qu’une hausse de 2 C de la température moyenne mondiale par rapport aux niveaux préindustriels entraînera une hausse vertigineuse de 189 millions de personnes supplémentaires aux prises avec la faim. Les communautés vulnérables, dont la grande majorité dépend de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage et qui contribuent le moins à la crise climatique, continueront à subir le plus gros des impacts avec des moyens limités pour amortir le choc. "De vastes étendues du globe, de M adagascar au Honduras en passant par le Bangladesh, sont en proie à une crise climatique qui est désormais une réalité quotidienne pour des millions de personnes", a ajouté David Beasley. En attendant, des dizaines de milliers de vies sont en danger dans le sud de Madagascar, l’un des nombreux endroits du monde où le changement climatique a entraîné des conditions de famine.
De plus, des sécheresses consécutives ont plongé près de 1,1 million de personnes dans une situation de faim extrême.
Près de 14.000 d’entre elles se trouvent dans des conditions proches de la famine et ce nombre devrait doubler d’ici la fin de l’année, selon l'agence onusienne.
Et lorsqu’elle est associée à un conflit, la crise climatique exacerbe les vulnérabilités existantes, amplifiant les dégâts, la destruction et le désespoir.
Les événements climatiques extrêmes dans les zones touchées par les conflits détruisent les ressources déjà maigres dont disposent les familles et entravent même les efforts humanitaires qui parviennent aux communautés, a encore mis en garde le PAM. En Afghanistan par exemple, une grave sécheresse liée au conflit et aux difficultés économiques a laissé un tiers de la population souffrir de la faim. "Nous ne devons pas nous contenter de ramasser les morceaux après la crise, mais plutôt gérer les risques climatiques afin qu’ils n’aient plus le pouvoir de détruire la sécurité alimentaire des communautés vulnérables.
C’est là qu’intervient l’expertise unique du PAM", a dit M. Beasley.
En Afrique, le PAM a protégé 1,5 million de personnes au Mali, en Mauritanie, au Burkina Faso, au Zimbabwe et en Gambie contre des épisodes de sécheresse catastrophiques grâce à une assurance contre les risques climatiques, dans le cadre de l’initiative "African Risk Capacity Replica".
"Les conflits plongent aujourd’hui des millions de personnes dans la faim, mais la crise climatique pourrait éclipser les conflits comme principale cause de la faim demain", a fait remarquer M. Beasley.
Plus globalement, le PAM a soutenu 39 gouvernements, les aidant à réaliser leurs ambitions nationales en matière de climat.
Dès 2020, l’agence onusienne a déjà mis en œuvre des solutions de gestion des risques climatiques dans 28 pays, au bénéfice de plus de six millions de personnes afin qu’elles soient mieux préparées aux chocs et aux stress climatiques et puissent se rétablir plus rapidement.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.