Société

USA 737 MAX : l'ancien pilote de Boeing inculpé ne veut pas être un "bouc émissaire"

Publié par DK NEWS le 16-10-2021, 16h11 | 4
|

Un ancien pilote d'essai de Boeing inculpé jeudi pour ne pas avoir transmis des informations importantes au régulateur américain de l'aviation, la FAA, lors de la certification du 737 MAX ne veut pas devenir un "bouc-émissaire", a indiqué son avocat vendredi.
Mark Forkner, 49 ans, est le premier individu poursuivi au pénal dans l'enquête sur les causes de deux crashs de 737 MAX en 2018 et 2019 ayant fait 346 morts.
"Cette tragédie mérite qu'on recherche la vérité - pas un bouc émissaire", a indiqué son avocat, David Gerger.
"Si le gouvernement porte vraiment cette affaire en justice, la vérité montrera que Mark n'a pas causé cette tragédie, qu'il n'a pas menti et qu'il ne devrait pas être inculpé", a-t-il ajouté.
M. Forkner a été inculpé jeudi par un grand jury au Texas.
Il lui est reproché d'avoir fourni à la FAA "des informations fausses, inexactes et incomplètes" sur un changement apporté au logiciel de commandes de vol MCAS, mis en cause dans les deux tragédies. Et de l'avoir fait pour faire économiser de l'argent à Boeing. Dans un message à un collègue révélé en 2019, il ava it notamment indiqué que le logiciel rendait l'avion difficile à piloter en simulateur. Mais il a délibérément choisi de ne pas partager ces informations avec la FAA, ce qui avait conduit le régulateur à ne pas exiger de formation spécifique des pilotes et à ne pas inclure de référence au MCAS dans les documents de formation.
Boeing a déjà reconnu sa responsabilité dans la manipulation des autorités et accepté en janvier de verser plus de 2,5 milliards de dollars pour solder certaines poursuites.
Mais personne n'avait encore été poursuivi au pénal dans ce dossier. Des représentants des familles de victimes ont aussi estimé vendredi que M. Forkner était surtout un "bouc émissaire". "Boeing a organisé un système récompensant les gains financiers à court terme et Mark Forkner évoluait au sein de ce système", a ainsi commenté Nadia Milleron, la mère d'une des victimes du crash d'Ethiopian Airlines en mars 2019.
"Les procureurs peuvent et doivent chercher d'autres gens responsables de ces accidents.
Toutes les familles qui ont perdu quelqu'un ressentent la même chose: les dirigeants et le conseil d'administration de Boeing devraient tous aller en prison", a-t-elle ajouté dans une déclaration transmise par un représentant du cabinet d'avocats défendant des familles de victimes.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.