Santé

Varices : quel traitement choisir ?

Publié par DK NEWS le 17-10-2021, 14h50 | 24
|

Parfois, les problèmes de retour veineux sont tels qu'ils entraînent des varices. La bonne nouvelle, c'est qu'il est possible de les faire disparaître. Sans baguette magique, mais avec des techniques de plus en plus performantes. Le point avec un phlébologue.  

C'est souvent aux beaux jours, lorsque l'on découvre enfin ses jambes pour s'afficher en maillot sur la plage, que l'on s'intéresse de plus près aux varicosités ou aux varices que l'on cachait sous le jean ou les collants. Ces marques bleutées sont dues à un problème de circulation qui entraîne des veines dilatées, parfois tortueuses. Au lieu de faire remonter le sang vers le cœur, les veines défectueuses le laissent descendre vers les pieds.

A quoi sont dues les varices ?
C'est la faute aux valvules, sortes de petits clapets présents tous les deux à trois centimètres le long des veines. En temps normal, ces valvules s'ouvrent pour laisser passer le sang vers le haut et se ferment pour l'empêcher de redescendre. Quand les veines sont dilatées, elles "fuient" et le sang reflue vers le bas des jambes. On parle d'insuffisance veineuse chronique. L'hérédité joue un rôle important. "Si votre grand-mère ou votre père ont des varices, vous avez de fortes chances d'en avoir , confirme la Dre Claudine Hamel-Desnos, médecin vasculaire, présidente de la Société française de phlébologie. L'âge, le surpoids, la position debout prolongée, ou les grossesses répétées sont des facteurs favorisants."

Comment soigner les varices ?
Pour s'en débarrasser, il faut prendre rendez-vous chez un phlébologue. Le diagnostic posé, il pourra, si nécessaire, recommander à son patient, ou sa patiente (Les varices touchent 20 à 35 % des Français, dont 70 % de femmes), de supprimer ces varices pour retrouver de jolies jambes et/ou éviter les complications (ulcère de jambe, phlébite…). On n'enlève que les veines "superficielles, c'est-à-dire proches de la peau. Or elles ne transportent que 10 % du sang veineux, contre 90 % pour le système veineux profond. Retirer celles qui sont malades, et donc inutiles, ne comporte pas de risque : aussitôt, la circulation sanguine se rétablit de façon plus efficace, dans les veines restantes.

Quels sont les principaux traitements des varices ?
>> La sclérothérapie à la mousse. "On injecte de la mousse, avec une fine aiguille et en différents endroits de la veine malade" , décrit la Dre Hamel-Desnos. La veine visée se rétracte, se transforme en cordon fibreux et s'autodétruit.
Les plus : la mousse (mélange de lauromacrogol 400 et d'air) est beaucoup plus efficace que le liquide autrefois utilisé. "La séance, pratiquée au cabinet médical, dure moins de 30 minutes." Elle ne demande pas d'anesthésie, ne fait pas mal. On en sort prêt à replonger dans son quotidien.
Les moins. De deux à quatre séances sont nécessaires pour venir à bout des varices. Si la sclérothérapie est très efficace pour les dilatations de petit diamètre, au-dessus de 6 à 8 mm, mieux vaut passer au thermique. Enfin, il y a un risque de récidive (25 % environ cinq ans après le traitement).
>> La chirurgie. Le chirurgien sectionne la veine saphène - veine superficielle de la jambe -malade à ses extrémités avant de l'arracher. C'est le stripping, qui vient de l'anglais "strip" (arracher). Une technique plus que centenaire.

Les plus. "Elle en a peu et elle est en perte de vitesse, affirme la Dre Hamel-Desnos. Le stripping ne devrait plus être pratiqué en dehors de rares indications, comme des veines saphènes comportant de très grosses dilatations."
Les moins. "La plupart du temps réalisé sous anesthésie générale, c'est le traitement le plus douloureux. Il provoque beaucoup d'hématomes, demande une journée d'hospitalisation, et la durée moyenne d'arrêt de travail après stripping est de 26 jours ! Les récidives sont aussi plus compliquées à reprendre, parce qu'elles donnent des varices qui partent dans tous les sens, très tortueuses."
>> L'ablation thermique.Plutôt que d'arracher la veine, pour la détruire, on la chauffe de l'intérieur. Par laser ou radiofréquence, introduits dans la veine à l'aide d'un cathéter. "La veine est laissée en place, elle se fibrose toute seule, puis disparaît."
Les plus. "C'est le traitement de référence pour les veines saphènes" , précise la Dre Hamel-Desnos. Beaucoup moins traumatisantes que la chirurgie, mais très efficaces, ces techniques exposent à moins de récidives et de complications.
Les moins. "Le traitement se pratique sous anesthésie locale, dite “par tumescence”. Des petites piqûres sont faites le long de la veine, ce qui est un peu désagréable."

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.