Digitalisation : Nécessité d'adapter les pratiques au profit du développement de l'économie nationale

Publié par DK NEWS le 17-10-2021, 15h11 | 31

Cadres ministériels, opérateurs économiques et experts du secteur des technologies de l'information et des télécommunications (TIC) ont convenu samedi à Alger de la nécessité d'adapter les pratiques et les mentalités aux exigences de la transition numérique au profit du développement de l'économie nationale.
Lors de l'ouverture du 2ème Salon du Digital, Technologie et IOT "Digitech", le ministre de la Numérisation et des Statistiques, Hocine Charhabil, a souligné, dans un discours lu en son nom par le Secrétaire général du ministère, Hacene Derrar, que la transition numérique ne signifie pas uniquement la mise en place des technologies de l'information et de la télécommunication au sein des différentes institutions, "mais il s'agit également d'une transition numérique à traves de nouvelles pratiques au niveau interne des institutions mais aussi au niveau externe au profit du citoyen et des chefs d'entreprises loin des pratiques bureaucratiques".
Il a également souligné l'intérêt d'un environnement opportun favorable à l'émergence de l'économie de la connaissance à travers la large diffusion des technologies numériques et "l'adaptation des mentalités au recours aux TIC dans leurs pratiques".
Pour sa part, le ministre de la Poste et des Télécommunication Karim Bibi Triki, a estimé que la feuille de route nationale de la numérisation doit s'appuyer sur la concertation, la coopération et la communication avec l'accompagnement des services du ministère au profit des citoyens et des investisseurs via les différentes facilitations aux niveaux administratif et technique.
Dans ce cadre, les chefs entreprises et les développeurs de programmes ainsi que les experts et les chercheurs dans les technologies spécialisées constituent "de réels partenaires" pour la mise en oeuvre de cette feuille de route dans le cadre de l'adaptation des pratiques à la transition numérique, affirme M.
Bibi Triki lors d'un discours lu en son nom par le Secrétaire général du ministère, Abderezzak Hani.
De son côté, le directeur général de la Société nationale d'assurances (SAA), Nacer Sais, a estimé que la digitalisation constituait un outil de développement dans un contexte concurrentiel au secteur des assurances. "Les assureurs sont confrontés à de nombreux défis autour de l'amélioration de l'expérience client pour offrir un service de qualité aux assurés. C'est un e njeu de survie dans un marché très concurrentiel", a-t-il relevé.
La directrice Digital banking, marketing et communication au sein de la banque AGB, Saida ait Hamouda, a qualifié la digitalisation de "virage à amorcer avec dextérité".
"Souvent on parle de la digitalisation orientée vers le client, sauf qu'il faut lui donner une dimension plus large, notamment à travers l'automatisation des processus en interne en transformant les actions chronophages en des actions à valeur ajoutée", a-t-elle noté.
A noter que plus de 90 exposants algériens et étrangers, représentant tous les secteurs des technologies et de l'information (IT), prennent part, à partir de ce samedi, au 2ème Salon du Digital, Technologie et IOT "Digitech".
Organisé par l'agence de communication "Digitech" sous le parrainage des ministères du Commerce, de la Poste, des Télécommunication et des Technologies, ainsi que du ministère de la Numérisation et des Statistiques, ce salon, s'étalera jusqu'au 18 octobre.