Palestine : L'envoyé de l'ONU au Moyen-Orient déplore l'absence de progrès vers une solution à deux Etats

Publié par DK NEWS le 20-10-2021, 14h32 | 8

Le coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, a déclaré mardi au Conseil de sécurité qu'aucun progrès n'avait été accompli dans le règlement du conflit israélo-palestinien.   La stagnation politique "alimente les tensions, l'instabilité et un sentiment croissant de désespoir", a indiqué M. Wennesland. 
"Nous ne devons pas nous faire d'illusion sur l'état actuel du conflit israélo-palestinien", a-t-il affirmé, évoquant une dégradation constante de la situation dans les territoires palestiniens occupés et une absence complète de progrès en direction d'une solution à deux Etats. 
Il a brossé le tableau d'une situation "de plus en plus désespérée" dominée par les extrémistes et les mesures unilatérales - une situation qui ne fait qu'augmenter les risques pour les Palestiniens, les Israéliens et la région dans son ensemble. "Les civils israéliens et palestiniens souffrent (...) de la persistance du conflit et de l'occupation prolongée", a affirmé M. Wennesland. Les activités de colonisation, les expulsions, les saisies de biens palestiniens et les restrictions sur les déplacements "continuent à alimenter le cycle de la violence", tandis que des civils israéliens sont sans cesse tués ou blessés lors d'attaques palestiniennes, a-t-il ajouté. M. Wennesland a notamment évoqué les projets israéliens de construction dans la zone E1, situés immédiatement au nord-est de Jérusalem-Est, affirmant que ces nouvelles constructions "couperaient toute connexion entre le nord et le sud de la Cisjordanie, compromettant ainsi considérablement les chances de créer un Etat palestinien viable et contigu dans le cadre d'une solution négociée à deux Etats". "Je réaffirme que toutes les colonies sont illégales au regard du droit international, et restent un obstacle substantiel à la paix", a-t-il ajouté. 
Dans les territoires palestiniens, les dépenses dépassent par ailleurs les revenus et les aides des donateurs, amenant le déclin économique de la Palestine à se poursuivre, a-t-il également expliqué. "Nous ne pouvons pas continuer à basculer de crise en crise, d'incident en incident", a-t-il déclaré, appelant Israël, l'Autorité palestinienne et la communauté internationale à prendre un "ensemble plus large de mesures parallèles" afin de s'attaquer aux "principaux défis politiques, sécuritaires et écono miques" qui empêchent tout progrès d'avoir lieu.