Société

Tourisme Ghardaïa : réouverture de l’Hôtel Le M’zab (ex-Rostomides)

Publié par DK NEWS le 02-11-2021, 15h32 | 6
|

Le prestigieux hôtel de Ghardaïa et l'un des plus anciens de la ville, "Le M’zab" 
(ex-Rostomides), entièrement rénové et restauré, a été officiellement rouvert, 
après 27 ans de fermeture, dans le cadre de la célébration du 67ème anniversaire 
du déclenchement de la Glorieuse Révolution du 1er novembre 1954, a-t-on appris 
mardi auprès de la direction de l’entreprise de gestion touristique de Ghardaïa (EGTG).

 

Ce joyau d’hébergement hôtelier avait fermé ses portes en 1994 pour subir d’importants travaux de rénovation, tout en gardant son cachet historique et architectural qui allie avec dextérité les styles local et moderne, indiquent ses responsables.

Un investissement de plus de 300 millions DA a été consacré pour la réalisation de l’ensemble des travaux de rénovation et de restauration de cet hôtel réalisé au début des années soixante-dix, dans le but de faire de cette structure un pôle touristique important pour la promotion de la destination "le M’Zab", a indiqué à l’APS Abderrahmane Sallouhi, directeur général de l’EGTG.

Conçu par l’architecte et urbaniste Ferdinand Pouillon, cette structure hôtelière de 150 chamb res, qui offre une vue panoramique sur la pentapole du M’zab, a été édifiée entre 1970 et 1972 sur les décombres d’un fort dénomme "Bordj Giraud" abritant durant la période coloniale l’armée de l’occupation et servant également de lieu de tortures des moudjahidine, selon de nombreux témoignages recueillis par l’APS auprès de moudjahidine.

Inauguré le 19 mai 1972, cet hôtel, qui niche sur un promontoire dominant la vallée du M’zab classée patrimoine universel depuis 1982, a été très prisé par les touristes étrangers ainsi que par des personnalités du monde de la politique, de la culture et de l’architecture.

Fermé en 1994 pour nécessité de rénovation, l’hôtel a connu une forte décrépitude et a subi une dégradation accélérée par des actes de vandalisme opérés par des jeunes qui ont fait des terrains mitoyens de l’hôtel des lieux de dépravation.

Pour parer à sa décrépitude, les pouvoirs publics avaient débloqué une première fois plus de 575 millions DA pour la sauvegarde et la réhabilitation du plus vieil hôtel de la vallée du M’zab (classé trois étoiles), rappelle-t-on.

Les travaux pour la rénovation de cette infrastructure, véritable œuvre architecturale, d’une capacité de 300 lits, six suites de type "senior" avec salon et quatre suites "junior", une salle de restauration de plus de 200 cou verts, deux salons de détente, une discothèque, une piscine et des galeries marchandes pour divers commerces ont été entamés et achevés en 2007, sans pour autant être exploités faute de preneurs.

Resté fermé depuis sa rénovation en 2007, l’hôtel a subi une nouvelle fois des dégradations ayant nécessité une autre action de réhabilitation pour plus de 300 millions DA, a signalé M.Sallouhi, soulignant que pendant les travaux de restauration et d'entretien, le personnel hôtelier de l’EGTG a subi des cycles de formation et de perfectionnement.

Les travaux de rénovation et de mise à niveau de l’hôtel ont porté notamment sur la climatisation, les sanitaires, la verrerie des chambres, le lifting des espaces communs tels que les restaurants, la réception, les salles de conférences, les façades, la signalisation extérieure ainsi que les principales installations techniques (sécurité incendie, cuisine, piscine etc...) et l'architecture intérieure.

La rénovation a également touché le mobilier, la literie et autres équipements ainsi que l’acquisition d’équipements multimédia.

Outre sa valeur esthétique, nostalgique et historique, cet établissement hôtelier luxueux saura renforcer les infrastructures touristiques et le secteur de l’artisanat de la région de Ghardaïa et hausser la destination touristique du M’zab très prisée par les touristes étrangers, les universitaires et chercheurs en matière d’architecture.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.