Hi-Tech

Six ans après sa création, l'AAST peine à réaliser ses missions

Publié par Dknews le 13-11-2021, 18h09 | 5
|

Six ans après sa création, en 2015, l'Académie algérienne des Sciences et Technologies (AAST) peine à se lancer dans la réalisation de sa principale mission de promouvoir les sciences et les technologies, et renforcer leur impact dans la société, ont déploré des membres fondateurs de cette Académie.

"Depuis 2015, l'Académie a fonctionné de façon assez lente parce qu'elle fallait la mettre en place, il fallait qu'elle soit reconnue", a affirmé à l'APS Dr Azzedine Bousseksou, relevant "beaucoup de difficultés" à l'installation de cette prestigieuse institution. Selon ce chercheur, également membre de l'Académie européenne des Sciences, "le bilan en terme d'activité est, dans un premier temps, interne".

"C'est à dire, les académiciens ont travaillé, tenu des réunions, il y a des réflexions, des interactions avec les Académies étrangères, il y a toute une activité qui a été mise en place sans être sur le régime maximum", a-t-il reconnu.

Néanmoins, ce directeur de Recherche-Classe Exceptionnelle, établi en France, espère voir l'Académie se lancer prochainement dans "une activité assez intense" et qu'avec le temps, "sa visibilité va aller en croissance", notamment avec la sélection des autres membres de l'AAST, se réjouissant d'un "soutien fort" de la part de la présidence de la République. D'ailleurs, une nouvelle loi visant à ancrer davantage les assises de l'Académie est en cours de préparation et sera présentée prochainement en Conseil des ministres.

S'agissant des nouveaux membres de l'AAST, ces derniers seront admis par leurs pairs pour atteindre un nombre total de 200 académiciens.

Dr Bousseksou a fait savoir, à ce titre, que l'Académie s'attelle à mettre en place les règles d'intégration des autres membres, soulignant que "ces règles sont principalement basées sur la qualité scientifique, la reconnaissance, l'originalité de l'activité de la personne à intégrer".

Le décret présidentiel numéro 15-85 du 10 mars 2015 portant création de l'AAST et fixant ses missions, sa composition et son organisation stipule que "les membres titulaires sont élus par leurs pairs, parmi les personnalités de notoriété établie dans les domaines des sciences et technologies et doivent justifier de la nationalité algérienne", alors que "les membres associés sont choisis parmi les personnalités de haut niveau et de notoriété internationale, de nationalité étrangère, qui contribuent au développement scientifique et technologique de l'Algérie".

Dr Bousseksou qui figure parmi les 2% meilleurs scientifiques au monde, selon un classement établi par une équipe de l'université américaine de Stanford, a expliqué que l'admission des nouveaux membres de l'Académie "va se faire de façon pluridisciplinaire", précisant qu'aujourd'hui "l'AAST est formée de 14 sections: 7 en sciences fondamentales et 7 en technologie".

Interrogé sur les moyens que compte mettre en place l'Académie pour encourager la production scientifique et technologique, il a affirmé que l'AAST est habilitée à attribuer des distinctions à des personnes qui se sont particulièrement distinguées par leurs travaux. "Les chercheurs distingués seront encouragés dans leurs missions.

Cela les motivera et motivera aussi les autres chercheurs à aller encore de l'avant dans leurs travaux. C'est un chantier qu'on va mettre en place bientôt", a-t-il avancé.

Evoquant les missions de l'Académie, ce chercheur rappelle qu'elle est chargée, notamment d'exercer un rôle d'expertise et de conseil, de contribuer au progrès des sciences et technologies ainsi que de leurs applications, de contribuer au développement de l'enseignement des sciences et des technologies, de promouvoir le développement de la culture scientifique et technique en rapprochant les sciences et technologies de la société, d'encourager la vie scientifique et technologique et soutenir la production de connaissances, de favoriser les collaborations internationales.

 

 Conseiller l'Etat

Il a précisé, à ce titre, que la principale mission de l'AAST est "d'assister, conseiller les autorités gouvernementales, dans le cadre de la définition et de la mise en œuvre de la politique nationale en matière des sciences et technologies".

"Le rôle de l'Académie n'est pas d'aller en interaction directe avec les chercheurs, mais d'aller en interaction avec les instances, de travailler sur des sujets clés pour le pays et pour l'organisation de la recherche et de la technologie.

On se met de façon très transversale sur l'ensemble des organismes de recherche, de formation et de technologie dans le pays", a-t-il ajouté.

Abondant dans le même sens, Mme Drias Zerkaoui Habiba, membre fondateur de l'Académie, a affirmé qu'en matière de développement de la culture scientifique et technique et du rapprochement des sciences et technologies de la société, l'Académie est chargée de participer au débat scientifique sur les grands thèmes d'actualité.

"Les membres de l'AAST assistent aux débats sur les questions de l'heure et pensent aussi agir sur les questions qui se posen t à l'international comme le changement climatique", a-t-elle indiqué, citant quelques thématiques sur lesquelles travaillent, actuellement, les académiciens, notamment les catastrophes naturelles et la Covid-19.

En matière d'innovation, cette académicienne, spécialisée en intelligence artificielle, a soutenu que l'Algérie a "un grand besoin de technologies innovantes".

Lors de la dernière plénière de l'AAST, tenue les 6 et 7 novembre à Alger, a-t-elle poursuivi, "on a abordé toutes ces questions et on a élaboré un plan d'action pour 2022".

Selon le Professeur Adel Belouchrani, membre fondateur de l'AAST, les actions de l'Académie sont aussi orientées vers le grand public à travers l'organisation de conférences thématiques sur la science ou de vulgarisation des nouvelles technologies.

Il a rappelé qu'en matière d'encouragement de la vie scientifique et technologique et le soutien de la production de connaissances, l'académie est chargée également de "susciter des vocations scientifiques et technologiques auprès des jeunes" à travers l'organisation de journées de recherche, et de favoriser des coopérations bilatérales et multilatérales, et l'implication dans les actions des réseaux internationaux d'académies. L'AAST est, en effet, membre du réseau international des Académies, du réseau des Académies de la Méditerranée et du NAZAC, réseau des Académies africaines.

Elle compte, par ailleurs, lancer sa revue scientifique pour la publication des comptes rendus, études et rapport élaborés par ses membres. "C'est un projet.

On pense avoir une revue scientifique prochainement", a ajouté ce chercheur qui figure également parmi les 2% meilleurs scientifiques au monde.

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.