Culture

Littérature : «Les frères Abid», dernier roman de Saâd Taklit

Publié par DK NEWS le 19-01-2022, 17h07 | 9
|

Dans son dernier roman «Les frères Abid», Saâd Taklit propose une saga familiale sur plusieurs générations, dédiée au «clan de Tafat» depuis la résistance à l'occupation française, en passant par les années d'exil et de persécution explorant ainsi la composante sociale, les coutumes, et l'histoire de la région de Bougaâ dans la wilaya de Sétif.

Publié récemment aux édition Rafar, cet ouvrage de 187 pages se base sur des témoignages que l'auteur a lui-même recueilli auprès de ces proches et les membres les plus âgés de sa famille.

Cette saga familiale commence avec l'histoire de «l'ancêtre», Braham, Djoudi Ben Mohamed de son vrai nom qu'il a caché jusqu'à sa mort, né en 1845 dans le village de «Taddarth» dans la vallée de la Soummam, et qui avait pris part à la résistance d'El Mokrani en 1871 à la tête d'une trentaine d'hommes de son village.

Voyant sa tête mise à prix, Braham est contraint de fuir son village natal vers un avenir incertain qui le mènera, grâce à une rencontre providentielle, à Bougaâ où il va s'installer sous un nouveau nom et en se réinventant une vie des plus ordinaires pendant dix ans.

A ce moment d u récit, le roman est également une occasion pour l'auteur de brosser un tableau de l'Algérie colonisée, il revient sur l'accroissement du nombre de la population européenne et sur l'adoption du code de l'indigénat, «un code de la honte qui assujettie les populations autochtones», qui sera suivi par la grande vague de colonisation urbaine.

A Bougaâ, Braham laissera ses enfants Abid, Achour, Mouloud, Smaïl et Djamila en plus d'un olivier ramené de son village natal et replanté dans ses nouvelles terres.

Cet arbre symbole de paix et source de revenus va déclencher une querelle de voisinage soldée par un meurtre involontaire. Achour fils de Braham va tuer son voisin.

Ce nouvel épisode, qui se déroule en 1913, va également renseigner sur les traditions algériennes pour résoudre les conflits, pour la première fois, une famille algérienne a recours à la justice coloniale et tourne le dos à des siècles de traditions tribales et religieuses.

Le récit propose alors un tout autre univers, Smaïl se sacrifie à la place de son frère père de famille, et se voit condamner au bagne de Cayenne.

Commence alors une toute autre histoire entre le bateau transportant les bagnard et les travaux forcés en Guyane française.

En transmettant ces témoignages qui s'étendent sur plus d'un demi-siècle de litiges famil iaux, de déboires avec l'autorité coloniale et de petits événements du quotidien, Saâd Taklit reconstitue la vie des algériens colonisés dans cette région tout en mettant en avant les principes et les codes sociaux de l'époque.

Né en 1948 à Bougaâ, Saâd Taklit, diplômé en sciences économiques, a publié son premier ouvrage «Djebel Tafat» en 2012 en Algérie et en France, qui sera suivi de «Le journal de Rachid» en 2015, «L'allemand de mon village» en 2016 et «Récits de miel et de sang», sorti en 2019.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.