Santé

Covid-19 : comment se soigner à la maison ?

Publié par DK NEWS le 23-01-2022, 16h58 | 774
|

Comment se soigner seul chez soi quand on a le covid ?  Quels traitements ? Le Dr Jacques Battistoni explique les bons gestes et les signes d'aggravation à surveiller si vous êtes positif au coronavirus.

En France, les autorités sanitaires tentent de contenir la 4e vague épidémique due à la propagation rapide du variant delta via une campagne massive de vaccination (voir le bilan en direct) . Un isolement de 10 jours doit être respecté si l'on est positif ou cas contact, ou si l'on est dans l’attente des résultats. La trilogie "tester-tracer-isoler" est une stratégie de réaction en chaîne. Si on se fait tester, il faut aussi prévenir ses proches et s’isoler, pour les protéger. En s’isolant, on casse efficacement la chaîne de transmission.

Si vous avez été testé positif, restez chez vous jusqu'à la guérison (disparition des symptômes).

Dans la grande majorité des cas (80%), être positif au covid-19 n'est pas grave, et n'induit pas d'hospitalisation, les malades guérissent en quelques jours. Les recommandations du ministère de la Santé sont les suivantes :

En cas de toux, de fièvre, vous devez rester confiné et éviter tout contact.

Vos enfants et conjoint(e) doivent également se confiner.

Si besoin, appelez votre médecin traitant ou un pharmacien pour un avis adapté à la situation ou faites une téléconsultation.

COVID-19 : COMMENT SE SOIGNER À LA MAISON ?

Il n'y a actuellement aucun traitement spécifique contre l'infection à SRAS-CoV-2. Le traitement est symptomatique. Il s'agit donc de limiter les symptômes désagréables, tels que la fièvre, les maux de gorge, notamment. Pour cela, une seule chose à faire : prendre du paracétamol, en respectant bien les posologies : pas plus de 1 gramme, 3 fois par jour (3 grammes au total).

Il est important de surveiller votre température 2 fois par jour. "La fièvre est variable chez les patients qui ont le coronavirus, elle peut être très légère au début (37,5°C) puis monter fortement en deuxième semaine", souligne Jacques Battistoni, médecin généraliste et Président de MG France. Il conseille de la prendre une fois le matin et une fois le soir pendant la durée des symptômes.

Attention à l'automédication. Les antibiotiques n'ont aucun effet sur les virus. C'est seulement en cas de surinfection sur les formes graves qu'il peut être indiqué, sur prescription médicale. En revanche, les anti-inflammatoires (AINS) comme l'Ibuprofène, l'Advil ou l'aspirine sont contre-indiqués par les autorités sanitaires françaises*.

En présence de symptômes, même bénins (toux, légère fièvre, nez qui coule, conjonctivite, perte d'odorat, troubles digestifs, urticaire...) ou en cas d'inquiétude, Jacques Battistoni est clair : "inutile de vous angoisser, même si vous n'avez que de faibles symptômes, appelez votre médecin traitant ou faites une téléconsultation". Et de poursuivre : "d'une part, cela vous rassurera si vous êtes inquiet et d'autre part, cela permet d'avoir un suivi médical, si les symptômes venaient à évoluer". Il faut savoir en effet que la pathologie peut durer jusqu'à 2 semaines.

"On observe souvent que les symptômes sont légers au début, puis que l'état du patient s'aggrave à partir du 7e jour puis en deuxième semaine ou bien que de nouveaux symptômes apparaissent, c'est pourquoi il est préférable d'avoir déjà eu un premier avis dès l'apparition des symptômes, cela permet d'avoir un repère." Idem, même si les enfants ne font pas de formes sévères, le médecin conseille de prévenir le médecin traitant pour avis médical.

Les patients qui souffrent d'une pathologie chronique, comme le diabète,l'asthme, ou qui suivent un traitement qui diminue leurs défenses immunitaires (contre la polyarthrite par exemple), doivent être d'autant plus vigilants et respecter à la lettre les recommandations sanitaires. En cas de doute, si vous n'arrivez pas à joindre votre médecin traitant, faites le 15. N'arrêtez en aucun cas vos traitements habituels sans avis médical.

Enfin, les sprays nasaux sont peu recommandés, souligne Jacques Battistoni. Et pour cause : en cas d'infection, ils peuvent peut-être disséminer le virus dans l'appareil respiratoire." Aussi, il conseille de "ne pas trop le faire en cas d'infection."

DANS QUEL CAS CONTACTER LE SAMU ? 

Si votre état s'aggrave : si vous avez du mal à respirer ou que vous vous sentez essoufflé, si votre toux s'aggrave et que vous vous sentez encombré et que cela vous empêche de bien respirer, contactez le SAMU 15.

"Une fièvre qui s'élève fortement et/ou des symptômes qui s'aggravent ou apparaissent (maux de tête par exemple) à partir de la deuxième semaine, des essoufflements et l'impression de manquer d'air sont des signes d'aggravation", précise le Dr Battistoni.

Vous avez plus de 70 ans et/ou êtes atteint d'une pathologie chronique (insuffisance rénale, insuffisance cardiaque, diabète insulino-dépendant, etc.) ou que vous suivez un traitement qui vous affaiblit (chimiothérapie notamment) ou que vous êtes enceinte, contactez le 15. (Consulter la liste des personnes fragiles sur le site du ministère de la Santé).

Sur son compte Instagram, le médecin urgentiste Patrick Pelloux recommande de surveiller l'apparition de signes d'aggravation qui nécessitent une hospitalisation.

Pour cela, 3 paramètres doivent être surveillés quotidiennement :

La fréquence cardiaque. Pour cela, prendre le poux sur 15 secondes, puis multiplier par 4 pour l'avoir sur 1 minute. Elle est en moyenne autour de 60. Si le chiffre est au-dessus de 120, c'est le signe que la fréquence cardiaque est trop élevée (tachycardie).

La température. Elle doit rester autour de 38°C. On rappelle que la température doit être contrôlée matin et soir.

La saturation en oxygène (pourcentage d'oxygène dans le sang). Elle peut être mesurée avec un saturomètre (on peut en trouver en pharmacie). Si vous n'avez pas de saturomètre, l'urgentiste donne une astuce simple : comptez jusqu'à 20, si vous arrivez à 20, c'est que vous êtes à 100% d'oxygène dans le sang, tout va bien. En revanche, si vous êtes essoufflé en comptant, c'est que vous êtes en-dessous de 80%. Autre moyen de savoir : si vous avez du mal à respirer alors que vous êtes en train de parler au repos, c'est que vous manquez d'oxygène.

Si l'un ou plusieurs de ces paramètres sont anormaux, appelez le SAMU (15).

CORONAVIRUS : QUELS CONSEILS EN ATTENDANT LA GUÉRISON

Il est important d'aérer votre logement "au moins 10 minutes, plusieurs fois par jour".

Porter un masque pour éviter de contaminer vos proches et rester à distance.

Nettoyer et désinfecter les poignées de porte et supports pour limiter les risques de contagion à vos proches.

Eliminer les déchets contaminés (les mettre dans un sac à part).

Veiller à bien s'hydrater avec de l'eau afin d'éviter une déshydratation liée à la fièvre. Avoir une alimentation équilibrée et riche en vitamines vous aidera à lutter contre le virus.

Les méthodes naturelles - tisanes, miel, citron pressé, etc. - utilisés habituellement pour aider à combattre le rhume et autres infections hivernales, sont conseillés, en complément du paracétamol. Ils ne guérissent pas du coronavirus mais aident à soulager les symptômes (mal de gorge notamment).

PROTÉGER VOTRE ENTOURAGE : LES BONS GESTES QUAND ON EST POSITIF AU COVID

• J’évite les contacts avec les autres personnes de la maison. Si possible, je ne les touche pas. Je ne les embrasse pas.

• Je me tiens à plus d’un mètre de mes proches et je limite mes échanges à moins de 15 minutes.

• Je ne reçois pas à mon domicile de personnes extérieures à mon foyer sauf des soignants ou des aidants.

• Je reste, si possible, dans une pièce séparée et je ferme la porte. Je ne partage pas mon lit et je prends mes repas seul(e) dans ma chambre.

• Je me lave les mains très souvent avec de l’eau et du savon et je les sèche avec une serviette ou un essuie-main.

• J’évite de me toucher les yeux, le nez, la bouche et le visage.

• J’utilise un mouchoir que je jette ensuite si je tousse ou si je me mouche.

• Je nettoie la salle de bains et les toilettes après les avoir utilisées avec de l’eau de javel ou des produits désinfectants.

• Je ne partage pas mes objets de tous les jours : serviettes et gants de toilette, savon, couverts, assiettes, téléphone, etc.

*La Haute Autorité de Santé a récemment changé sa recommandation et souligné, depuis le 10 novembre 2021, que les AINS peuvent être utilisés selon les règles de prescription usuelles chez les patients douloureux au cours du COVID long.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.