Forum

M. Bouallag Abdelhamid, président de l’association sos hépatites, les professeurs Dabzi Nabil, chef du service hépatologie, Berkane Saâdi, chef de service gastrologie au CHU Mustapha-Pacha invités du forum de dk news - traitement de l’hépatite «c» :

Publié par Saïd Abjaoui le 02-08-2014, 19h39 | 2419
|

La maladie va devenir curable avec un traitement sanctionné à 95% de succès. La maladie n’intégrera plus la chirurgie, mais sera traitée avec des médicaments. 

Avant de commencer son exposé, le professeur a tenu d’abord à annoncer une bonne nouvelle pour l’année 2014, à partir de septembre. Une véritable révolution dans le traitement de l’hépatite C. La maladie va devenir curable avec un traitement sanctionné à 95% de succès. La maladie n’intégrera plus la chirurgie, mais sera traitée avec des médicaments. 

Pour le président SOS Hépatites, il faudrait recourir à un proverbe: «Se faire dépister, c’est se faire traiter»,   ceci pour rendre compte de la nécessité d’un dépistage. Dépister entre dans la politique d’évitement de la transmission. Il appartient autant à l’individu qu’aux pouvoirs publics et aux personnels de la santé d’œuvrer au dépistage et à l’arrêt des transmissions.

Il appartient d’abord à l’individu d’utiliser des moyens personnels à travers l’hygiène sanitaire, soit veiller à ce que la brosse à dents, le rasoir soient d’usage exclusivement personnel, veiller à ce que le coiffeur change de lame, que le chirurgien-dentiste stérilise les instruments de travail …
Le contrôle devrait s’effectuer sur les populations à risque, à savoir les professionnels de la santé, les insuffisants rénaux,   les transfusés sanguins…

La lutte contre la transmission du virus est une lutte internationale qui fait pression sur les laboratoires pour abaisser les coûts déjà très élevés. Le contrôle est d’autant important que la prise en charge est très coûteuse. L’association «SOS hépatites» dans ses relations avec les populations vulgarise les explications afin de faciliter la compréhension. L’hépatite est une inflammation du foie causée par un virus ommunément appelée jaunisse, bien que le jaunissement de la peau soit très rare. 
Trois sortes d’hépatite 

L’hépatite A est due à la consommation d’une eau non potable ou des aliments contaminés. La maladie, souvent sans gravité, guérit en quelques semaines et n’évolue jamais vers une hépatite chronique. 
L’hépatite « B » se transmet par les relations sexuelles et par le sang.    L e virus B peut entraîner dans de rares circonstances une hépatite aigue sévère. Chez 90% des cas, l’organisme peut éliminer naturellement le virus. Un vaccin contre l’hépatite B existe.

L’hépatite « C » se transmet par le sang. Deux personnes sur dix guérissent spontanément mais la maladie devient chronique pour les huit autres cas.Si l’hépatite n’est pas connue ou pas traitée, une cirrhose se développe dans 20% des cas, d’où l’importance de se faire dépister. Il n’existe pas de vaccin contre l’hépatite C. 

L’hépatite C est donc la plus grave pour l’individu qui ne se fait pas dépister

Pour en revenir aux modes de transmission, les deux conférenciers  ont mis l’accent essentiellement sur la voie sanguine à savoir hémodialyse, endoscopie digestive, soins dentaires, tatouage, acupuncture, réalisée sans les règles d’hygiène, le matériel devant être à usage unique, ou stérilisé à l’autoclave. 
Après avoir donc énuméré les modes de transmissions et constaté que l’hépatite «C» est la plus dangereuse,  les deux conférenciers ont mis l’accent sur le diagnostic de l’hépatite « C » en disant que seule une analyse de sang peut déterminer avec certitude si un individu est porteur du virus.

Quant aux pourcentages de la guérison, ils sont d’environ 55% dans le cas d’un traitement par la bithérapie. Par contre, le taux de succès passe à 95 et même 100% si dans le cas d’un traitement par la trithérapie. Il y a une problématique de coûts quand il s’agit de l’hépatite C.  

Dans le cadre de la bithérapie, le coût est de 250 millions de centimes par malade, mais le succès est à 55%.  Dans le cadre du traitement par la trithérapie, cela revient à 500 millions de centimes par malade, avec un taux de succès de 95% .  
Quel choix à faire et qui doit le faire? Pour l’hépatite C, il y a un traitement qui à 650 euros par comprimé pour un traitement de douze semaines.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.