Conférence, hier, au Forum de DK NEWS : Des médecins nutritionnistes prônent le retour à une alimentation équilibrée

Publié par DK News le 22-11-2014, 19h08 | 447

Des nutritionnistes ont mis en évidence hier à l’occasion du Forum du quotidien DK News l’importance d’une alimentation saine et équilibrée pour prévenir tous types de maladies qui sont la conséquence d’un déficit en oligoéléments et vitamines.

Les spécialistes ont donc mis l’accent sur l’importance des compléments alimentaires de types pro-biotiques et des antioxydants à l’exemple du glutathion pour lutter contre un ensemble de maux et  maladies à la fois chroniques et aigues.

Les pro-biotiques sont des micro-organismes vivants (bactéries ou levures) qui, ajoutés comme compléments à certains produits alimentaires comme les yaourts ou les céréales par exemple, auraient un effet bénéfique sur la santé de l'hôte.

Ces bactéries ou levures aident à la digestion des fibres, stimulent le système immunitaire et préviennent ou traitent la diarrhée. Pour que les pro-biotiques aient un effet bénéfique sur la santé, il faut que plusieurs conditions soient réunies.

Les pro-biotiques sont présentes naturellement dans le corps à la naissance car nous les héritons de la mère à la naissance et de l’allaitement maternel.

Privilégier l’allaitement maternel

D’où la raison pour laquelle le président de la Société algérienne de nutrition et médecine orthomoleculaire (SANMO), Dr Ilyes Baghli, a recommandé aux mamans d’allaiter leurs enfants et de privilégier la mise au monde des enfants par voie basse et non par césarienne.

Il a noté que les enfants mis au monde par voie naturelle et qui sont allaités par leurs mamans ont un important capital en matière de pro-biotiques, aliments naturels très importants dans la lutte contre les agents pathogènes extérieurs.

Le glutathion est une molécule qu'on considère comme essentielle à l'apparition de la vie humaine sur terre. Elle contrôle la plupart des réactions d’anti-oxydation dans l’organisme. On retrouve sa première forme dans le surnagent du lait (lactosérum) puis la forme finale est obtenue grâce à des réactions biologiques dans l’organisme.

Au sujet du rôle des pro-biotiques, le vice-président de la SANMO, Dr Taha Naili, a indiqué qu’ils interviennent dans la digestion, la synthèse d’hormone et la lutte contre les allergènes.
Il a ajouté dans cet ordre d’idées que notre alimentation standardisée contribue à l’apprivoisement de la flore intestinale en termes de pro-biotiques d’où la nécessité de renouveler cet apport en consommant régulièrement des yaourts et des champignons de type « kefir ».

Les antioxydants, atout phare dans la lutte contre les maladies

S’exprimant sur le glutathion, le Pr Mustapha Oumouna, immunologue à l’université de Médéa, a expliqué qu’il s’agit d’un puissant antioxydant qui combat les radicaux libres et participe à la défense de l’organisme contre les agents pathogènes et contre le vieillissement.

Cet antioxydant est retrouvé principalement dans les protéines animales (poissons, volailles et autres) et dans les produits laitiers. Pour sa part, le Dr Haidi Thomasberger, omnipraticienne à Vienne, a souligné que les antioxydants améliorent l’état des patients atteints de cancers et de maladies virales ainsi que les malades affectés par les maladies neurologiques telles que  Parkinson et Alzheimer.

Elle a ajouté dans ce sens que les troubles intestinaux dues notamment à une carence en pro biotiques sont responsables de divers maux rappelant à ce titre que l’intestin est considéré comme un deuxième cerveau.

L’ensemble des intervenants ont donc insisté pour la commercialisation des probiotiques en Algérie car ils interviennent largement dans la prévention des maladies dont la plupart sont dues à des carences alimentaires. Etait également présent le Dr Toufik Saâdoun, trésorier de la Sanmo.

Par Par Sonia Belaïdi


«Rôle des antioxydants dans la prévention des maladies»

Le président de la Société algérienne de médecine orthomoléculaire, Dr Ilyés Baghli et Dr Heïdi de Vienne en Autriche ont rendu compte de la 4e conférence de la discipline qui se tient à Alger avec pour thème : «Les équilibres acidobasiques».

Deux autres conférences sont prévues pour le mois de décembre et janvier 2015 avec la participation d'éminents spécialistes japonais qui se sont illustrés dans le traitement de cancers à la suite de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Modèle de consommation inapproprié d'emblée, la question posée est : comment doit fonctionner notre organisme ?

«Ce que l'on consomme peut avoir des répercussions sur notre organisme » déclare le professeur Ourouma de l'université de Médéa. A une question sur les probiotiques, la réponse :

« Chaque individu hérite de bactéries à la naissance, s'il arrive en vie par voie basse et s'il est allaité au sein maternel. Les bactéries de l'intestin secrètent des hormones, améliorent la digestion, annihilent les allergies et participent à la dégradation des aliments et à l'utilisation de leurs valeurs nutritives dans l'organisme. » Chacun a son propre microbium.

« Les habitudes de consommation dans les sociétés actuelles, les pollutions diverses ont éloigné les consommateurs des régimes alimentaires sains et équilibrés de nos  parents et grands-parents, d'où les déficits et les déséquilibres qui prédisposent aux maladies et au vieillissement de nos cellules et la baisse des capacités de défense immunitaire. » 

Cette affirmation est suivie de la «  nécessité de prendre des probiotiques contenus dans les fruits rouges, les légumes de couleur et les poissons ainsi que dans certaines sécrétions du cycle de la fermentation du lait » poursuit-on.

L'intestin

C'est au niveau de l'intestin que se trouve « l'usine » qui transforme les aliments en énergie et notamment du glutacium qui permet au foie de participer à la prévention de certaines maladies.
L'intestin est « l’organe le plus innervé après le cerveau ; les bactéries qui constituent la flore intestinale sont capables d'opérer les synthèses nécessaires au bon équilibre général de l'organisme. »

Il est donc clair que l'organisme organise ses propres défenses en luttant «  contre les radicaux libres produits par la respiration de nos cellules qui se manifeste par un surplus d'oxygène qui déstabilise l'équilibre interne des cellules. »

Les vitamines

Il est connu que la médecine orthomoléculaire repose sur l'injection de doses importantes de vitamines pour traiter des maladies comme certains cancers.Les vitamines sont contenues dans l'ail, les oignons, les herbes aromatiques (romarin, thym, origan, brocolis), les épices (curcuma et poivre noir), le soja, les champignons, les fruits rouges, le chocolat noir, les poissons et le gingembre, l'huile d'olive, renfermant aussi des antioxydants.

Lactosérum, «la mine d'or»

Le lait, les yaourts, le lait caillé sont généralement couverts d'une mince couche de liquide que la plupart des consommateurs s'empressent de jeter.Ce liquide est «  une mine d'or ». Ce lactosérum contient des éléments nutritifs protecteurs de l'organisme vivant.

L'exemple du lait produit à Reggane est brandi comme preuve de la pureté du lactosérum alors que les autres constituants peuvent être impropres à la consommation.Les conférenciers voudraient que les consommateurs et les pouvoirs publics prennent conscience de cet atout entrepreneurial.
Par O. Larbi


Renforcer le système immunitaire contre les maladies

Quand on parle d'hygiène de vie, de confort de vie sur le plan de la santé, les réponses varient d'une personne à une autre. Les uns ciblent l'alimentation, d'autres les médicaments, d'autres encore la santé morale,  mentale pourquoi pas. Le facteur alimentaire revient souvent, et avec lui la capacité financière à y faire face.

Pour ceux qui ont besoin d'être éclairés sur ce thème principalement, ils peuvent se référer aux réflexions en la matière menées  par la Société algérienne de nutrition et de médecine orthomoléculaire dont le président est le docteur Ilyes Baghli connu par les nombreuses conférences, les séminaires de formation que la SNAMO a organisés.

Justement, il était hier l'invité du Forum de DK News. Avec lui ont été invités également le Dr Heidi Thomas berger de Vienne (Autriche), le professeur Mustapha Oumouni, immunologue, université d'Alger, et le Dr Tahar Nayli.

Le thème en débat porte sur le rôle des anti-oxydants dans la prévention des maladies. Le rôle des aliments riches en anti-oxydants dans la prévention contre les maladies et le bienfait de la complémentarité alimentaire dans la digestion et le renforcement du système immunitaire.

Plusieurs substances chimiques présentes dans les aliments sont appelées antioxydants parce qu'elles possèdent la propriété d'empêcher les réactions en chaîne néfastes provoquées par les radicaux libres. Ce sont des « pare-balles » pour l'organisme. Les principaux antioxydants naturels sont les bioflavonoïdes, les caroténoïdes, les vitamines C et E, et le sélénium.

Les radicaux libres sont des composés instables surtout formés d'oxygène. Ils sont générés au cours du fonctionnement normal de l'organisme, mais leur production peut être augmentée par la pollution, la fumée de cigarette ou une exposition prolongée au soleil. Leur structure chimique fait qu'ils endommagent les autres atomes en les « oxydant ».

Ils sont toutefois plus ou moins tenus en échec par les antioxydants naturels de l'organisme. Certains facteurs peuvent toutefois rompre cet équilibre. Si les radicaux libres en viennent à excéder la capacité de l'organisme à les neutraliser, ils peuvent contribuer à l'apparition de plusieurs maladies, dont les maladies cardiovasculaires, certains types de cancers et d'autres maladies associées au vieillissement.

Des notions nouvelles pour le grand public font leur intrusion pour donner un contenu argumentaire scientifique à la démonstration selon laquelle les antioxydants aident à lutter contre :
- Le vieillissement cellulaire, tissulaire et cutané, l'altération des membranes, les processus inflammatoires.

- La formation de radicaux libres en excès provenant d'une mauvaise alimentation, sur-médication, alcoolisme, tabagisme, exposition au soleil, à la pollution ou aux radiations.
- L'affaiblissement des défenses immunitaires dans le cas d'infections bactériennes ou virales, de maladies, carences vitaminiques, vieillissement.

On cible les radicaux libres ce qui permet la lutte contre les effets du temps, embellit, rajeunit les traits, redonne l'éclat de la jeunesse visiblement. Vous offrez à votre peau le secret d'une prévention optimale et naturelle contre le vieillissement.

Evidemment, il ne peut pas y avoir de résistance au rejet de telles démonstrations qui ont une assise internationale d'autant qu'il s'agit d'un complément alimentaire composé de produits « bio ». Il s'agit de renforcer les capacités immunitaires.
Par Saïd Abjaoui


Promouvoir la culture du kéfir

Champignon connu pour ses vertus bénéfiques pour l’organisme, le kéfir qui fait partie des traditions culinaires des populations de certaines régions du pays à l’image de Chlef et Tipasa, contient des bactéries et levures actives qui aident à prévenir les troubles digestifs et les infections gastro-intestinales.

«Sa consommation et son usage thérapeutique remontent à très longtemps. Il est offert en guise de présent aux amis et aux membres de la famille. Ce champignon aux bienfaits multiples permet de rétablir l’équilibre microbien au niveau des intestins et lutter ainsi contre toutes sortes de maladies» a indiqué le Dr Baghli.
Par Rachid Rachedi


Lactosérum, l’aliment miracle !  

Versé dans les égouts par les fabricants de fromage et de produits laitiers, le lactosérum (liquide jaunâtre qui se forme au-dessus du yaourt et du lait caillé)  est pourtant le seul aliment qui permet à l’organisme de fabriquer le glutathion qui permet au corps de réduire le nombre de radicaux libres et lutter contre le stress oxydatif.

«Au lieu de faire la promotion des sodas dont la nocivité n’est plus a démontrer, les investisseurs devraient plutôt se tourner vers la fabrication du lactosérum et la culture des probiotiques» a déclaré le président de la SANMO.
Par Rachid Rachedi


«Alzheimer, parkinson, cancer, maladies cardiovasculaires, Les vitamines pour lutter contre les maladies neurodégénératives

Ensoleillement, rayons ultraviolets, pollution, stress, le corps humain est constamment agressé par l’environnement qui est devenu de plus en plus pollué, et l’accumulation de ce stress peut être à l’origine de nombreuse maladies neurodégénératives.

«Alzheimer, Parkinson, cancer, maladies cardiovasculaires, toutes ces pathologies peuvent être prévenues grâce à une bonne alimentation avec des antioxydants, notamment la vitamine C, qui a la faculté de renforcer les défenses naturelles et stimuler le système immunitaire» a expliqué le Dr Baghli.
Par Rachid Rachedi