Forum

Dr Youcef Aklouf, directeur général de l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT) , invité hier du forum de dk news :La Silicon Valley à nos portes

Publié par DK News le 30-11-2014, 19h14 | 461
|

L'innovation dans le cadre des progrès accélérés impose son rythme à l'évolution des technologies. Désormais, le marché se mondialise. Des métiers nouveaux sont apparus en liaison avec les NTIC.

Des métiers auxquels nous ne pouvions avoir la moindre allusion. Savions-nous il y a 20 ans que nous allions créer des cybercafés ? Des internautes?

De nouveaux métiers ont fait leur apparition sur le marché du travail. Des métiers à innovation, des jeunes inventeurs porteurs de projet. Ces jeunes inventeurs ne vont pas être abandonnés. L'Agence nationale de promotion de la technologie est créée justement pour leur  porter aide et les accompagner tout au long de leur projet jusqu'à maturité.

Nous avons dépassé l'époque où un produit possède une longue vie du fait que l'innovation n'avait pas un rythme soutenu. Cette situation était  possible dans le cas d'un monopole sur le produit. Maintenant, il y a une forte concurrence que l'innovation a à trancher.   

Pour nous en parler, nous avons fait appel au Dr Youcef Aktouf, directeur général de l'Agence nationale de la promotion et du développement  des parcs technologiques(ANPT). L'ANPT est une EPIC, entreprise à caractère industriel et commercial.

L'Etat s'est donné l'instrument de conception et de mise en œuvre d'une politique nouvelle destinée à la promotion et au développement des parcs technologiques. L'ANPT est l'instrument qui met en synergie les institutions de formation supérieure et de recherche du développement industriel ainsi que les  institutions utilisatrices de technologie de l'information et de la communication pour des programmes de développement des parcs de technologies.

La création de cette agence qui sera suivie d'autres dans des régions du pays indique que les pouvoirs publics adhèrent à la numérisation de l'économie et de l'organisation de la vie publique. La mise en place généralisée des parcs technologiques relancera la reherche en Algérie sur des domaines pointus et engagera le processus de valorisation des institutions liées à la recherche développement.

Un choix stratégique qui aura enfin une traduction réelle sur le terrain.« Ce sont des catalyseurs du processus d'innovation dans le domaine des TIC et des forces motrices du développement économique ».
 
L'Agence nationale de promotion des parcs technologiques (ANPT), a été créée par décret exécutif du 24 mars 2004, et est un établissement à caractère industriel sous tutelle du ministère de la Poste et des technologies de l'information et de la communication. Son siège se trouve au cyberparc de Sidi Abdellah.

Elle est également chargée d'assurer avec le ministère concerné, la mise en œuvre? le suivi et l'évaluation des engagements découlant des obligations de l'Etat en matières d'accords régionaux et internationaux dans le cadre des activités des parcs technologiques.

Trois parcs technologiques régionaux sont déjà réalisés à Annaba, Oran et Ouargla tandis que trois autres parcs technologiques vont être réalisés à Sétif, Constantine et Boughezoul et un incubateur à Ghardaïa , nouvellement annoncés.

Chaque année, pour identifier ceux qui peuvent postuler pour le projet d'incubateur, un appel à projets est lancé chaque année en direction des porteurs de projet de création d'entreprises innovantes dans le domaine des TIC. Chaque candidat ne peut présenter qu'un seul projet.

La phase pré-incubation dure au minimum 24 mois. L'ANPT accompagne les jeunes porteurs dans le développement de la recherche en leur  trouvant un plan de charge. Les projets dans leur mise en œuvre sont localisés dans la nouvelle ville de Sidi Abdellah avec l'ambition pourquoi pas d'en faire, comme cela a été dit il y a quelques années la «Silicon Valley » de l'Algérie.

Quelle que soit l'innovation, celle-ci est prise en charge. Son contenu est algérien. Deux facteurs sont importants, à savoir le projet, et le porteur du projet. Le projet ne doit pas concerner l'industrie lourde.
C'est une pépinière d'entreprises. 50 entreprises sont déjà installées dans le cyber parc avec un loyer mensuel versé de seulement 5000 DA.  

Par Saïd Abjaoui


Yadouz Yacine et Rachid Hesnaoui: Deux succès-stories du cyberparc

 

Ils étaient seuls avec juste une idée à développer en arrivant au Cyber parc de Sidi Abdellah, aujourd’hui ils sont chefs d’entreprises et patron de start-up. Yadouz Yacine, chef de l’entreprise Numidia IT & com, développe des applications web tellement performantes qu’elles sont demandées par des entreprises étrangères.

Parmi ces principaux marchés les pays subsahariens. Aujourd’hui l’entreprise qui développe une application pour la gestion des cliniques fait travailler 9 employés dont un ancien coach de l’incubateur. Mohamed Rachid Hesnaoui, partage le même parcours que Yacine.Il est passé par toutes les étapes de création de l’entreprise au sein de l’incubateur de Sidi Abdallah et il gère actuellement sa propre start-up CONPUSAVE-IT.     
R.R


Disponible depuis le 18 novembre 2014 : Wingo, première application destinée aux conducteurs  

Créée par l’entreprise LVSC, Wingo, est la toute première application 100% algérienne, qui en l’absence d’un GPS, permet aux conducteurs de connaître leur position sur la route et de s’informer sur la fréquence et la densité du trafic routier. Wingo couvre plus de 28 000 km du réseau route en Algérie (entre autoroutes, routes secondaires chemins de wilaya etc.).

L’information actualisée en temps réel offre une qualité et une précision sans précédent. Le logiciel a été développé par l’entreprise de Brahti Hocine qui travaille actuellement sur une application qui permet à l’utilisateur de trouver, ou qu’il se trouve en Algérie, la pharmacie de garde la plus proche. «Notre objectif au sein de LVSC est de faciliter la vie du citoyen.

On travaille actuellement sur une application qui permet de s’informer sur la pharmacie de garde et la liste de médicaments disponible. On essaye de rendre le smartphone encore beaucoup plus intelligent», a indiqué le chef de l’entreprise.                     
Par Rachid Rachedi


« Le cyber parc de Sidi Abdallah ?: Une bonne adresse ! »

 

Le DG de l’ANPT, le docteur Youcef Aklouf est, en plus, un bon vendeur des activités du cyber parc de Sidi Abdallah : « Nous travaillons avec les porteurs de projets de l’économie numérique, base de l’économie de la connaissance. Nous représentons le MPTIC (dont l’ANPT est un organisme sous tutelle) pour l’essaimage des innovations de l’industrie informatique et numérique en aidant les porteurs de projets à les réaliser. »

M. Aklouf met tout d’abord l’accent sur la volonté politique concrétisée dans l’investissement de 2 milliards de dinars pour le centre des affaires du cyber-parc.

Comment fonctionne l’ANPT ?

Il est nécessaire d’introduire le sujet en partant en effet de la prise de conscience par l’Etat algérien «du rôle fondamental que peuvent jouer les parcs technologiques, considérés comme des catalyseurs du processus d’innovation, et des forces motrices du développement de la croissance économique » en se dotant « d’un instrument de conception et de mise en œuvre de la politique nationale de promotion et de développement des parcs technologiques. »

Cet intérêt s’est matérialisé par l’inauguration du cyber –parc de Sidi Abdallah, par le président de la République dans le cadre du Plan de soutien à la relance de l’économie nationale et dans l’extension des « technoparcs de Annaba, Ouargla, Oran »

La perspective est « de replacer l’Algérie sur la trajectoire du progrès et de l’innovation. Les cyber-parcs constituent des « centres nerveux » d’un réseau national de recherche étendu aux universités. »

Ce complexe prendra en charge les « exigences de mise à niveau et l’excellence du tissu industriel, ainsi qu’aux besoins de développement des services à haute valeur ajoutée de l’économie immatérielle, enjeu majeur du 21é siècle. »

Sidi Abdallah et les Technoparcs régionaux ambitionnent de « regrouper le cœur de l’écosystème TIC « chacun travaillant au renforcement des pôles industriels basés dans ces régions, chacune en fonction de ses spécificités économiques. »

L’ANPT et les porteurs de projets

L’institution est à jour en matière de démarche entrepreneuriale : l’Idée suffit à déclencher un processus de réflexion qui met le porteur dans les meilleures conditions de partage, d’accompagnement dans le développement de l’idée en projet et de celui-ci en création d’une start up.
L’incubateur est le lieu, le type de relations entre le porteur de l’Idée et les accompagnateurs qui commencent.

Une mise à niveau en management, en techniques de gestion, en TIC jusqu’à ce que le projet prenne forme.La deuxième étape est l’installation de la petite entreprise dans l’incubateur pour l’aider à chercher des clients pour son logiciel, son application. Pendant cette période, le promoteur est installé dans un local où il reçoit les clients potentiels ; il paye un loyer de 5000 DA/mois pendant 30 mois.

Une centaine de start-up sont installées sur le site de Sidi Abdallah
 
L’ANPT participe à des congrès, des colloques, des séminaires à l’étranger, en organise sur le territoire national. Elle réalise sous l’impulsion du président de la République, Abdelaziz Bouteflika le grand projet de télémédecine qui mettra les enseignants de toutes les spécialités en capacité de communiquer leur savoir à des étudiants en médecine se trouvant à des milliers de kilomètres.

Douze relais sont en cours de réalisation, à l’image de ceux de Béchar et Tindouf qui bénéficient des cours et des actes chirurgicaux des maîtres de l’Art.Des institutions régaliennes demandent à l’ANPT de les doter de logiciels ; la DGSN fait figure de pionnière en la matière.

M. Aklouf signale que des opérateurs économiques algériens ont recours à son expertise pour évaluer le produit d’un concurrent étranger ! Dans l’arène internationale, L’ANPT est fière de citer les prix remportés par des porteurs de projets qui sont passés par ses incubateurs.

Ils sont nombreux sur tous les continents. Des chercheurs algériens installés aux USA observent que le nombre des porteurs de projets est insuffisant, marquant le décalage entre la volonté politique, les fonctionnalités de l’ANPT et le tissu économique qui n’est pas au niveau de ces exigences.

Trouver le premier client

Le conférencier a ensuite donné la parole à des dirigeants de start-up qui ont réussi.M. Brahiti a conçu un logiciel de « Ville intelligente » qui s’intéresse à faciliter la vie quotidienne des citoyens : collecte des déchets, information sur la circulation en direct, documents administratifs obtenus sans se déplacer, etc.

Il est le concepteur de logiciels qui donnent l’information sur les pharmacies de garde, leur adresse et si le médicament recherché est en leur officine, à tout moment. Ces informations serpnt disponibles à partir de smartphones.Le troisième, Hasnaoui, est le concepteur de solutions pour les entreprises pour une meilleure utilisation des téléphones fixes et mobiles.

Le défi pour les porteurs de projets et de concepts TIC est de trouver leur premier client.
Les entreprises algériennes qui veulent réellement se développer ont une bonne adresse : Le Cyber-parc s Sidi Abdallah.

Un autre défi

L’ANPT est en train de convaincre les chercheurs et savants algériens , où qu’ils se trouvent de se retrouver sur le sol national pour un conclave qui multiplierait leur influence sur l’adoption de l’économie du savoir.

Par O. Larbi

 

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.