Forum

Les pr Ourida Ouhadj, Rafika Kharroubi, chef du service ophtalmologie B au CHU Mustapha Bacha, invitées, hier, du Forum de DK News : Un nouveau regard sur l’ophtalmologie

Publié par DK News le 30-12-2014, 20h17 | 1581
|

La vue au volant c’est la vie. Même hors volant, la vie reste la vue. C’est toute l’importance conférée à la vue. Beaucoup d’angoisse chez le candidat à la greffe de cornée. A quand son tour pour recevoir une cornée car celle-ci est pratiquement importée des Etats Unis ?

Une interrogation permanente.  Une autre angoisse, mais cette fois-ci  chez les parents d’enfants qui présentent des signes de rétinoblastome, une maladie des yeux qui mène vers la cécité et aussi vers le cancer.

Pour nous en parler, pour vous en informer, éventuellement pour vous rassurer, ou pour vous encourager à organiser l’accompagnement des jeunes malades atteints de la rétinoblastome, le Forum de DK News a invité deux éminentes professeures d’ophtalmologie qui n’ont pas hésité à se rendre disponibles pour animer une conférence à la fois sur la greffe de cornées et la rétinoblastome mais aussi pour faire un appel aux autorités de la santé:

-Mme la professeure Ourida Ouhadj chef de service ophtalmologie A , au CHU Mustapha Bacha et présidente de la société Algérienne d’ophtamologie. -Mme la professeur Rafika Kharroubi, chef du service ophtalmologie B au CHU Mustapha Bacha.

La greffe de cornées d’abord. Quand celle-ci s’avère- t-elle une nécessité?   
Lorsqu’il se produit une baisse de la vision suivie de douleurs , il faut penser que le moment est venu de pratiquer la greffe de la cornée ou des deux à la fois si la maladie se présente dans les deux yeux.
La cornée est une paroi très mince qui peut être déformée par diverses maladies.

Elle peut aussi présenter des cicatrices à la suite d’infections ou de blessures. Certaines maladies cornéennes sont douloureuses. Plusieurs personnes sont atteintes de maladies cornéennes qui ne nécessitent aucun traitement, alors que d’autres requièrent un traitement précoce.

Si une infection cornéenne ne répond pas au traitement médical, une greffe peut alors être envisagée afin de retirer le tissu endommagé et de le remplacer par un tissu sain provenant d’un donneur.
ces cornées made in usa D’où proviennent les cornées que nous utilisons ?

Nous les importons principalement des Etats Unis qui disposent d’une banque de cornées alimentées par des dons. Les Américains font assez de dons pour couvrir les besoins pour couvrir les demandes intérieures et même exporter en direction des pays où il existe un manque ou une pénurie. 

Les moyens techniques et les capacités humaines existent en Algérie mais hélas le problème le problème demeure au niveau de l’absence de disponibilités  d’organes car il n’y a pas de  tradition de dons d’organes et alors c’est la pénurie alors qu’il y a une forte demande.

C’est le goulot d’étranglement dans la chaîne. Sans greffe, l’œil malade ou accidenté court un grand risque, à savoir que la membrane peut s’opacifier et entraver la vision. Cette opacité est responsable de 20% de cécité que subissent ceux qui sont sur la liste d’’attente.   

La greffe de la cornée parfaitement maitrisée

Les greffes de cornées ont repris au mois de novembre 2014, et peuvent être reprises partout sur le territoire national, dès lors que sont approvisionnées les cornées et qu’elles sont distribuées. En Algérie, la technique est parfaitement maitrisée . La cornée est un tissu transparent, une lentille qui se place devant et elle est parfaitement arrondie. Au niveau du CHU ,  il y a une liste de cinq cents demandeurs en attente de cornées.

La cornée est malade quand elle devient opaque. Il est d’une extrême importance que l’Algérie se dote d’une banque des yeux, ou ce qu’on appellera banque du tissu comme il faudrait également organiser une offensive pour sensibiliser les populations sur les dons d’organes par  personnes qui se sont engagées à donner leurs organes ou leurs yeux pour ce qui nous interesse après leur décès.

Ces tissus ou organes sont examinés  afin de s’assurer que la cornée est saine et qu’elle est propice à une greffe.

Le deuxième thème objet de la conférence porte sur la rétinoblastome.

C’est une tumeur maligne de la rétine d’origine génétique qui apparaît généralement chez les enfants âgés de moins 5 ans. On imagine les angoisses des parents devant un cas pratiquement irréversible.
Le cancer survient chez les enfants porteurs de deux allèles pathologiques.

La cellule mutée se divise  interminablement. 45% des maladies touchent les deux yeux.     Les porteurs d’une seule allèle pathologique auront un risque élevé pour développer un deuxième cancer non oculaire.

Deux signes indiquent qu’il y a un risque de rétinoblastome ; reflet blanchâtre sur la pupille et strabisme. Il devient alors urgent de consulter. Le traitement chirurgical d’ablation de l’œil est suivi de la chimiothérapie , le laser, la cryothérapie, la radiothérapie et la photo coagulation.

L’Algérie envoie entre 15 à 25 enfants se faire opérer en France alors qu’il ie suffit d’importer un équipement complet pour opérer en Algérie et répondre à la demande.

Le coût pour un enfant envoyé se faire opérer est équivalent au prix d’un équipement qui est très sollicité par nos experts.Voila là un appel lancé au ministère de la Santé pour fournir un complément au montant déjà alloué pour cette acquisition.

Par Said Abjaoui


Prise en charge du rétinoblastome : Une unité d’oncologie pédiatrique bientôt mise en place au CHU Mustapha Pacha

Une unité d’oncologie pédiatrique sera bientôt mise en place au CHU Mustapha Pacha et aura pour principale mission, la prise en charge du rétinoblastome (cancer de l’œil), a indiqué le Pr Ourida Ouhadj, présidente de la Société algérienne d’ophtalmologie.

"Le rétinoblastome est un cancer très dangereux et sa prise en charge est encore insuffisante en Algérie. La création de l’unité d’oncologie pédiatrique du CHU Mustapha Pacha permettra une prise en charge spécialisée des enfants atteints de cette maladie", a précisé le Pr Ouhadj en marge du 29e congrès international de la Société algérienne d’ophtalmologie.

Le Pr Ouhadj, qui est également chef de service ophtalmologie au CHU Mustapha Pacha, a ajouté que l’unité d’oncologie aura pour rôle de traiter les malades au niveau national et éviter, ainsi, leur transfert à l’étranger.

L’unité d’oncologie sera lancée en partenariat avec l’hôpital Jules Gonin de Lausanne (Suisse) qui a déjà accueilli des malades algériens pour le traitement du rétinoblastome. L’équipe médicale a été installée, de même que l’acquisition du matériel médical et de la thermochimiotherapie pour entamer les soins dès janvier 2015, a ajouté la même spécialiste.

Elle a également insisté sur le diagnostic précoce du rétinoblastome pour éviter l’ablation des deux yeux chez l’enfant, appelant à la nécessité de consulter un ophtalmologue en cas de constatation d’une pupille blanche et d’un strabisme chez l’enfant.

Le congrès d’ophtalmologie est aussi l’occasion d’un échange de savoir faire et d’expériences entre des médecins algériens et étrangers. Dans ce contexte, le président de la Société française du glaucome, Dr Philippe Denis, a présenté une communication sur les nouvelles familles thérapeutiques du glaucome.

Le glaucome est une affection de l’œil se caractérisant par une augmentation de la pression intraoculaire et dont les symptômes sont les troubles de la vision, l’apparition de tâches noirâtres et la réduction de l’éclairage.

S’agissant du traitement, l’intervenant a indiqué que les nouveaux collyres contenant deux produits dans le même flacon sont plus efficaces et simplifient la thérapeutique pour le patient.Dans le cas de l’intolérance aux collyres, il a expliqué que la chirurgie au laser peut être une alternative efficiente et définitive.

Environ 550 participants nationaux et internationaux ont pris part au congrès d’ophtalmologie, qui s’est déroule du 27 au 29 novembre à Alger, avec pour objectif : la formation continue et l’échange d’expériences, notamment dans les domaines de la rétine, du rétinoblastome, de la cornée et des uvéites.

Par Sonia Belaidi


Après deux années d’arrêt: Reprise de la greffe de cornée dans tous les CHU du pays

Suspendue depuis 2012 à cause d’un litige ayant opposé l’intermédiaire privé chargé d’importer les greffons des Etats-Unis et l’Institut Pasteur, la greffe de cornée a repris le 22 décembre dernier à travers l’ensemble des centres hospitaliers du pays.

Dans ce cadre, des opérations ont été effectué aux CHU de Mustapha Bacha, Parnet, Beni Messous, Blida, Oran, Tizi-Ouzou et Annaba.
«Suite à l’arrêt de l’importation, le ministère de la Santé a mis en place une commission qui a signé un nouveau contrat avec une association américaine de renom qui regroupe une vingtaine de banques de tissue.

Cet accord a permis de relancer la greffe avec une moyenne de 80 opérations par mois», a indiqué le Pr Ouhadj.
Par R.R


Cornée : 1300 patients en attente de greffe

 

Selon le Pr Ouhadj, quelque 1300 patients seraient actuellement inscrits sur la liste d’attente de greffe de cornée à travers le territoire national. 500 de ces malades sont enregistrés au niveau du service ophtalmologie du CHU Mustapha Pacha.

«Faute de don, la greffe de tissu en Algérie dépend de l’importation. Par le passé, des greffes ont bien été effectuées à partir de donneurs cadavériques mais cela n’est plus possible aujourd’hui, notamment à cause du risque de transmission de maladies dangereuses telles que le sida et l’hépatite.

Si on veut répondre aux normes universelles, il nous faut une banque de tissue qui se chargera de collecter, analyser et conserver les cornées qui seront par la suite utilisées pour être greffées».
Par R.R


Prise en charge du rétinoblastome: Les enfants malades victimes de la bureaucratie

 

Tumeur maligne de la rétine qui apparait généralement chez l’enfant de moins de 5 ans, le rétinoblastome, est considérée par les spécialistes comme un sérieux problème de santé publique. «Les signes cliniques du rétinoblastome sont la pupille blanche et le strabisme dans 5% des cas.

La prise en charge nécessite un appareil, la Redcam, dont nous disposant du budget mais les entraves bureaucratiques contenues dans le code des marchés nous empêche jusqu’à présent d’acquérir.

En attendant, certains enfants, notamment ceux atteints de rétinoblastomes bilatéraux, bénéficient d’une prise en charge très longue et très couteuse à l’étrange alors que l’acquisition d’une Redcam, qui revient au prix d’une prise en charge d’un seul patient, pourrait régler ce problème définitivement», a souligné le Pr Ouhadj.
Par Rachid .Rachedi

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.