Forum

Mme Saïda Benhabylès, présidente du Croissant-Rouge algérien (CRA), invitée hier du Forum de DK News : Au cœur de la Solidarité

Publié par DK News le 13-01-2015, 20h38 | 553
|

Croissant-Rouge Algérien. Ce n’est pas un ministère, ni une organisation à but lucratif. Ni une association politique. Ces trois mots renferment beaucoup d’humanitaire. Beaucoup d’humanisme. Il n‘y a rien de mystérieux dans ces trois mots assemblés. Seulement, il y a ce qui est ressenti beaucoup plus que ce qui est lu.

Dans cet ensemble, il y a beaucoup de solidarité, de valeurs, d’entraide, de don de soi, de cet anonymat qui grandit son auteur, d’élan vers l’autre, celui qui souffre, vers celui avec lequel on veut partager.

Mme Benhabylès trouve les mots qu’il faut pour exprimer ses convictions, sa passion et donc  celles qui animent l’ensemble des personnels, volontaires et partenaires du Croissant-Rouge algérien dont elle est la présidente. Mme Saïda Benhabylès a été hier, l’invitée du Forum de  DK News.
Elle rappelle  que le CRA est né le 11 janvier 1956. Soit deux années seulement après le déclenchement de la guerre pour l’indépendance.

Le CRA est le bras humanitaire de l’Algérie. Ce n’est pas une association caritative. Depuis le 11 janvier 1956, le CRI, soit la Croix-Rouge internationale accompagne le CRA.  Les valeurs humanitaires ne nous sont pas importées. Déjà, en 1886, l’émir Abdelkader était intervenu pour sauver des chrétiens menacés de génocide. Pourquoi  sauver des chrétiens ? Parce que sauver les humains est une valeur musulmane.

Deux exemples de solidarité

On parle de solidarité quand elle est le fait de populations et non pas de l’Etat.La présidente cita deux exemples. Chaque mois, un Algérien qui veut garder l’anonymat envoie au CRA un chèque de deux mille cinq cents dinars. Il n’a jamais voulu venir au siège pour se présenter. Il suit l’adage algérien :

fais du bien et tais toi. Un autre exemple est cité par la présidente. Une Française d’origine algérienne laissa dans son testament qu’elle fait don de son capital décès au CRA Algérien. Les Algériens doivent comprendre que la solidarité renforce le sentiment national.


La solidarité algérienne doit garantir la dignité des citoyens démunis. L’aide ne doit pas se transformer en charité. L’équivalent «couffin» doit être converti en argent. Le citoyen n’a plus à s’exposer et à se poser en pauvre.

La présidente eut à répondre aux questions portant sur les réfugiés subsahariens

Elle sait qu’il y a encore des raisons qui  déstabilisent des Etats et entraînent des milliers de citoyens de ces pays à prendre la route pour se chercher des cieux plus cléments. L’Algérie bien sûr étant pratiquement l’un des  seuls pays à demeurer stable est devenue la « terre de refuge » à atteindre.

Les réfugiés se sont enfoncés dans l’Algérie profonde. Sollicitée par les autorités des ressortissants, l’Algérie a créé toutes les conditions nécessaires pour leur acheminement de façon confortable et en toute sécurité. Les réfugiés n’ont pas été jetés aux frontières, mais transportés par avion jusqu’à la capitale de leurs pays.

Par Saïd Abjaoui


Le bras humanitaire de l’Algérie

Saïda Benhabylès a une longue expérience de l’humanitaire tant au niveau national qu’international : elle a été ministre de la Solidarité nationale, en 1992, présidente de l’Association nationale des femmes rurales, animatrice de la solidarité avec Gaza, etc.

Elue, il ya 10 mois à la présidence du CRA, elle est revenue au Forum de DK News pour un bilan provisoire des actions menées : «Le Croissant-Rouge algérien est né le 11 janvier 1956, en pleine lutte armée de Libération nationale.

Il avait la mission politique de contribuer à cette lutte en agissant sur le terrain de la fraternité, de la solidarité et de l’humanitaire. Je veux renouer avec cette définition de l’action multiforme du CRA en privilégiant une conception de l’action humanitaire conforme à nos nobles traditions.»

L’humanitaire,ce n’est pas la charité

Mme Benhabylès est une personnalité qui part de la réalité concrète, du terrain, pour développer la réalisation des principes des Croix et Croissants-Rouges : «Nous sommes en train de mettre au jour un fichier national des besoins en matière de solidarité.

Il est l’œuvre des bénévoles du CRA dans chaque localité en collaboration avec ceux qui connaissent vraiment l’état social de chacun ; les imams, les unités de la DGSN et de la Gendarmerie nationale, de l’APC y contribuent de telle sorte que les bénéficiaires soient connus et aidés en respectant leur dignité et leur intimité. »

Ces noyaux de l’humanitaire local sont aussi des lanceurs d’alerte avant que la situation sociale, la pénurie de certaines denrées ou produits de première nécessité viennent à manquer, par exemple les bouteilles de gaz durant l’hiver dans les localités les plus enclavées. De ce fait, c’est la sécurité des personnes qui est recherchée.

En hiver, des couvertures sont distribuées, des «sans domicile fixe», notion qu’elle rejette sont aidés, mais ce qui l’anime est d’organiser une rencontre  d’envergure pour la connaissance des causes du mal et de s’y attaquer en mobilisant tous ceux qui veulent bien les éradiquer.

L’international,volet stratégique du CRA

Le Croissant-Rouge algérien s’est impliqué dans l’accueil et la solidarité envers les migrants syriens, nigériens, maliens, libyens et tunisiens les plus proches des frontières algériennes. Pour ceux que les malheurs de leur pays et les aléas de la vie ont jeter sur les routes de l’exil, Mme Benhabylès rappelle que l’Etat algérien leur a accordé l’asile, leur a ouvert des centres pour les héberger, les nourrir et les soigner en respectant leur liberté de circuler: «Nos centres d’accueil ne sont pas des centres de rétention barbelés ! »

La présidente du CRA affirme que ce sont les autorités du Niger qui ont souhaité que leurs ressortissants repartent dans leur pays «pour les soustraire aux organisations criminelles qui exploitent leur situation. Le CRA a donc agi pour l’acheminement des Nigériens dans le plus strict respect de leur volonté et de leur dignité. 

Plusieurs centaines de femmes, d’enfants et d’hommes ont été rapatriés par la route et par les airs. Accompagnés de bénévoles (elle rend hommage aux jeunes de Béjaïa, Relizane, Oum El-Bouaghi) qui sont loin de leurs familles « depuis des mois. »

Saïda Benhabylès a l’intention de faire en sorte que les denrées envoyées aux rapatriés et autres demandeurs d’aide dans les pays considérés soient aussi un acte du CRA et non pas du CICR ou d’autres Croix-Rouges :

«  C’est le CRA et l’Algérie qui aident et c’est d’autres qui distribuent ! Il faut savoir que les migrants rapatriés sont accompagnés de Tamanrasset à Agadès par des moyens algériens. Nous allons donc être présents au Centre d’Agadès. »

Une expérience « professionnalisée »

Le CRA a, en réponse, aux donateurs éventuels souhaité que l’aide dans le pays d’origine soit un accompagnement pour créer des micro-activités. Cette attitude semble appréciée. Toujours à l’international, le CRA est sollicité par les autorités du Nigeria pour venir en aide, sous toutes les formes, aux 100 000 Nigérians réfugiés au Niger.

«C’est en restant fidèle aux principes du CRA des origines que la conception algérienne de l’humanitaire tranche avec toutes les autres. Nous établissons pour chaque cas toutes les conditions de traçabilité de la situation et de l’aide nécessaire, des actions en sa direction et de ses résultats».

Le CRA a également une branche d’activités qui assiste les Algériens à l’étranger «  ceci dans le cadre du rapprochement des liens entre les membres d’une même famille. Grâce au CRA, des prisonniers de Guantanamo sont en relation directe avec leurs parents. Nous allons développer les visites des détenus algériens dans les prisons à l’étranger, de telle sorte que les familles ne perdent pas l’occasion d’aider à la réinsertion sociale des détenus».

Sensibiliser

L’action aura donc permis la redynamisation du CRA, l’apport de bénévoles,  la sensibilisation des donateurs potentiels, «la direction générale des Douanes a notamment fait don de denrées alimentaires et de vêtements saisis qui sont redistribués aux familles nécessiteuses».Mais la grande action est de sensibiliser les écoliers, la jeunesse au travail bénévole «pour que le lien social embrasse tous les domaines».

Par O. Larbi


Rapatriement hier de 330 ressortissants nigériens vers leur pays d’origine

 

330 ressortissants nigériens, en séjour illégal en Algérie, ont quitté hier le centre d’accueil de Tamanrasset à destination de la localité frontalière d’In-Guezzam (400 km au sud de Tamanrasset), d’où ils regagneront leur pays.

Arrivés lundi au centre d’accueil de Tamanrasset, en provenance des wilayas de Constantine, M’sila et Adrar, ce groupe, composé également de 42 femmes, a été transporté, après achèvement des procédures administratives par les services du consulat du Niger au niveau du centre à bord de 8 bus.

Le convoi comportait aussi deux camions semi-remorques pour le transport de leurs bagages, a précisé le coordinateur du CRA au niveau du centre d’accueil. M. Mohamed Dlimi a précisé que plus de 1.875 ressortissants nigériens, entrés illégalement en territoire algérien, ont été déjà accueillis au centre d’accueil de Tamanrasset depuis son ouverture au début de décembre dernier, et ont été rapatriés via la zone frontalière d’In-Guezzam.

Les ressortissants nigériens rapatriés sont accompagnés par les membres du CRA, en coordination avec les autorités nigériennes, et dotés de quantités de vivres nécessaires pour leur voyage dans de bonnes conditions jusqu’à leur arrivée dans la région d’Agadez (Nord du Niger), a ajouté M. Dlimi.

Le même responsable a fait savoir qu’un nouveau groupe composé de plus de 300 ressortissants nigériens sera accueilli, dans les prochaines heures, au centre de Tamanrasset, en provenance de la wilaya de Tizi-Ouzou, Blida et Tipasa, à bord de 10 bus, avec aussi six camions pour le transport de leurs bagages.

Le gouvernement algérien, qui a répondu favorablement à la demande du gouvernement nigérien concernant le rapatriement de ses ressortissants, en séjour illégal sur le territoire algérien, avait assuré que toutes les mesures étaient prises pour rapatrier ces ressortissants nigériens, ‘‘dans un cadre fraternel et dans tout le respect de leur dignité, jusqu’à leur arrivée à leurs villages et leurs maisons’’.
APS


Migrants africains : 1802 ressortissants nigériens rapatriés
Selon la présidente du CRA, les autorités algériennes auraient, suite à une demande formulée par le gouvernement du Niger, procédé au rapatriement de 1802 ressortissants nigériens. «Un groupe de 320 migrants vient d’arriver au centre d’accueil de Tamanrasset.

Il devrait quitter sous peu le territoire national. Le voyage se fait par route et dans d’excellentes conditions. Les personnes malades et les femmes enceintes sont rapatriées par avion. A leur arrivée, les bénévoles du CRA distribuent 71 kg d’aides alimentaire à chacun d’entre eux» a indiqué Mme Benhabylès.

La demande de rapatriement formulée par les autorités nigériennes intervient suite à des informations ayant trait à l’exploitation de leurs ressortissants par des réseaux criminels nigérians spécialisés dans la mendicité et l’immigration clandestine.

Douanes: Les saisis d’effets vestimentaires et produits alimentaires remis au CRA
Les effets vestimentaires et les produits alimentaires saisis par les services des Douanes seront dorénavant remis au Croissant-Rouge algérien pour financer ses actions humanitaires, a annoncé la présidente du CRA. «Un accord a été trouvé avec la direction générale des Douanes pour remettre au CRA ces produits qui lui permettront de consolider ses actions humanitaires».   


Solidarité nationale  : Bientôt un espace «Les amis du CRA»
Mme Benhabylès a annoncé la création prochaine d’un espace «Les amis du Croissan-Rouge algérien» qui regroupera des hommes d’affaires et des bénévoles de la société civile.

«J’ai exposé cette idée à certains hommes d’affaires rencontrés lors du 12e congrès de l’UGTA qui s’est déroulé à Alger et ces derniers ont affiché une disponibilité a adhérer à ce projet» a-t-elle confié.


Des aides pour les Nigérians ayant fui Boko Haram
Suite au flux important de réfugiés nigérians ayant fui les massacres de Boko Haram, le gouvernement du Niger a lancé un appel à la solidarité internationale.

Dans ce cadre, le Croissant-Rouge algérien s’est mobilisé et s’apprête à envoyer des aides humanitaires aux réfugiés qui sont estimés à plus de 100 000, selon la présidente du CRA.
Par Rachid Rachedi

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.