Forum

Mme Feriel Bentchikou Furon, présidente de l’Association FARR (Franco-Algériens Républicains Rassemblés) invitée hier du Forum de DK News : Les mots et les actions qu’il faut

Publié par Dknews le 24-01-2015, 19h15 | 235
|

Faire reculer le racisme et les discriminations est une mission des plus nobles. Parce que celle-ci est noble, les enjeux finiront par être gagnés. A terme, car il faudra beaucoup de courage et d’abord faire évoluer les mentalités. 

L’association FARR ( Franco-Algériens Républicains Rassemblés) fait œuvre de pionnière car elle poursuit plusieurs objectifs dont ceux de de réussir l’unité nationale en France sur la base de l’intégration de toutes ses composantes, d’une identité nationale intégrante et de renforcer les relations algéro-françaises sur la base de l’apaisement dont on peut remarquer la qualité dans les convergences entre les deux Etats.

La présidente de FARR Feriel Bentchikou Furon ainsi que la secrétaire générale Acia Benberkat ont été hier les invités du Forum de DK News.

Les deux invitées ont su trouver les mots qu’il faut mais il faut bien dire qu’il était très apparent eu égard aux questions soulevées par les journalistes présents qu’elles ont évolué en milieu conquis.  D’abord, il faudrait prendre bonne note que l’Algérie institutionnelle ainsi que les populations de part et d’autre de cette frontière liquide ont condamné le terrorisme.

Les ministres algériens des Affaires étrangères et des Affaires religieuses ont déclaré que le terrorisme n’a ni nationalité ni religion. Ils se sont déclarés  contre les amalgames et  pour une liberté de presse qui ne véhicule pas la haine. 

Le mouvement FARR est conscient de la difficulté à gagner la lutte contre le racisme et les discriminations, mais il sait qu’il n’est pas seul sur le terrain pour relever le défi. « On ne perd que les combats qu’on n’a pas engagés ».

Il faut garder l’espoir d’en finir avec toutes les clivages diviseurs et porteurs de lynchage identitaire et maintenir le cap sur les retrouvailles avec la France de Victor Hugo, de Lamartine et des droits de l’homme, une France qui est en accord avec elle-même, quand elle est porteuse de ses vraies valeurs. 

Le « vivre ensemble » de la présidente est tellement dit avec conviction que très certainement il constituera l’axe directeur autour duquel s’articuleront toutes ses politiques d’action. Sans doute qu’il sera susceptible de l’élargissement de la base d’adhésion à ce mouvement et qu’alors se construiront des partenariats avec des personnalités politiques et des associations qui militent pour la cohésion au sein de la société civile.  

Ce mouvement est indépendant de tout parti politique. Il est porteur d’un projet noble là également, celui de contribuer à construire et à élargir les convergences entre l’Algérie et la France. Il sait que les institutions de part et d’autres entretiennent des relations de respect mutuel qui ont besoin d’être portées par la société civile des deux pays.

Le renforcement des relations concernera le secteur éducatif, de l’enseigneur supérieur, de l’investissement, du sport.

Un grand projet concerne le système éducatif. Cela commencera par un jumelage entre deux lycées des deux capitales, puis chaque année, le jumelage concernera deux autres lycées d’autres villes et ainsi de suite, en un processus infini.

Le sport est à l’honneur avec M. Dadi membre du mouvement. De toute façon, ce mouvement mérite que des attentions soient favorablement positives à ses sollicitations.

Said Abjaoui 


Les éclairages de FARR : « Nous sommes pour un rapprochement des sociétés civiles algérienne et française»

Au-delà des clichés convenus et de la myopie qui continuent de brouiller les pistes, les Franco-Algériens se situent «ici et maintenant», estimant que l’Histoire a réglé une fois pour toutes la nature des rapports entre deux nations libres et indépendantes.

Les tragiques événements des premiers jours du mois en cours ont mis en lumière les préjugés et éffleuré des réalités occultées.

Préjugés que de «responsabiliser» sans aucune preuve les musulmans de France dans les massacres qui ont eu lieu à Paris et Vincennes, myopie que de ne pas avoir vu les Français issus de l’émigration manifester aux côtés de tous les autres, dans toutes les villes de France et de poursuivre ainsi les manipulations de l’opinion publique mal informée en stigmatisant des Français en les enserrant dans le carcan du communautarisme terreau de l’islamophobie, les reléguant dans les zones défavorisées et abandonnées de la République.

Ceux qui n’ont pas vu les Français issus de l’émigration, n’ont pas entendu leur discours place de la République, le 11 janvier ; discours qui n’a été signalé que par France TV.

Français d’origine algérienne

Ce sont ceux nés après l’indépendance sur le sol français et donc Français de droit : ils sont plusieurs centaines de milliers qui ont bénéficié des droits et accompli les devoirs qui sont ceux de tous les Français. Des dizaines de milliers d’autres ont acquis la nationalité française par choix, d’autres encore après avoir été contraints à l’exil par les menaces qui pesaient sur leurs vies.

Ces Français ont trouvé leur place dans la société en contribuant sous toutes les formes au développement de général de l’économie, de la société, de la culture et des sciences. Leurs contributions sont loin d’être stériles. Le lien avec le pays d’origine est resté «naturel» avec des pics de manifestations spectaculaires lors des catastrophes naturelles qui ont frappé certaines régions : inondations de Bab El Oued, tremblements de terre d’El Asnam et Zemmouri-Boumerdès.

 Les Français issus de l’émigration ont gardé des liens forts avec l’Algérie de leurs ancêtres dont ils n’ont pas à rougir, considérant que ses richesses tant historiques que culturelles, ses atouts économiques et touristiques, ses citoyens sont des vecteurs de progrès et de paix, de liberté.  La France qu’ils aiment est inscrite dans la devise de la République : Liberté, Egalité, Fraternité.

Qui sème

FARR est une association française. Elle est apolitique, apartisane, républicaine et laïque.  Elle œuvre pour que la République, les institutions, les élus soient justes en soutenant leurs efforts pour l’égalité, leur lutte contre les discriminations dans tous les domaines : travail, logement, contrôles au faciès. 

Ceux qui n’ont pas «vu» de Franco-Algériens dans les manifestations recherchaient sans doute des personnes bien typées ! FARR sème dans la société française les valeurs de la République française, c’est peut-être pour cela qu’ils ne sont pas entendus, les médias vivants de la différence accentuée, conflictuelle.

Il fut un temps où les 

pouvoirs publics en France, en Grande-Bretagne, aux USA et en Allemagne ont été les bases arrière du terrorisme islamiste en Algérie… 

Les printemps arabes ont dévoilé les velléités de certains pays à se mêler directement aux soubresauts qui agitent les sociétés arabes, avec les résultats qui ont conduit à l’affaiblissement général du monde arabe, la mise en danger de nations de leur unité et de leur existence même.

Projets
Les animateurs de cette association ont des projets qui méritent attention, soutien et encouragements :
Jumelages de lycées algériens et français : «  Les contacts entre jeunes sont un bon ferment pour l’avenir. Se découvrir proches animés des mêmes valeurs, porteurs des mêmes espoirs ; développer si possible et nécessaire des actions durables, utiles ici et là » déclare la présidente de FARR, Mme Bentchicou-Furon qui est très impliquée dans cette perspective comme l’attestent ses écrits et propositions adressées aux autorités des deux pays.

Des voyages d’études « pour favoriser les échanges éducatifs et culturels entre la jeune génération française et algérienne » sont prévus. Assia Benberkat, secrétaire générale, ancienne élue municipale à Longjumeau dans l’Essonne,  s’était investie dans l’organisation d’un important tournoi de football qui a réuni plusieurs dizaines de pays, dont l’Algérie avec 3 équipes hébergées et accompagnées pendant toute la durée du tournoi par l’association. 

Le Forum économique

C’est un grand événement réunissant les investisseurs algériens et français pour développer les échanges, les «  stages, l’emploi et le business ».

Grand gala

FARR est convaincu que les Franco-Algériens peuvent et doivent être plus visibles et donc ETRE.
La reconnaissance est au bout de l’action, de la conviction que ces Français ont des idées et des projets citoyens, réalistes et réalisables pour peu que les moyens soient plus conséquents, que les aides soient plus effectives et par-dessus tout que les Français d’origine algérienne se rassemblent sous le devise de la République.

FARR fait des démarches auprès des autorités pour apporter ses contributions dans tous les domaines, se rapproche des foyers de grande concentration de populations émigrées dans le même esprit.

 Son renforcement est lié à cette visibilité qui se déclinera dans le Grand Gala où FARR,  le 6 février délivrera ses « Trophées de la Réussite » à des lauréats qui ont à leur actif une «success-story » exemplaire. La classe politique française y est conviée ainsi que des hommes d’affaires, des personnalités de la société civile.

Ces initiatives de FARR se développent dans un contexte immédiat difficile mais avec l’arrière-fond d’une relation apaisée entre les gouvernements algérien et français.

Dans les relations  actuelles, il y a des progrès indéniables qui doivent être consolidés par des avantages mutuels.

FARR s’inscrit dans le long terme et a «du pain sur la planche» car les situations extrêmes d’aujourd’hui ont une histoire que le grand sociologue d’origine algérienne Abdelkader Sayah avait caractérisé, critiquant l’école qui a opéré des différenciations entre les enfants d’origine algérienne et les autres, le système étant obsédé par la chimère du retour des émigrés dans leur pays d’origine.

Ce qu’il appelait de ses vœux «c’est une reconnaissance de la légitimité des enfants de l’émigration et l’obligation de leur octroyer le droit de disposer eux-mêmes de leur avenir dans une visée émancipatrice, grâce aux outils fournis par l’école». Il semble que les adhérents de FARR soient dans cette liberté et cette dynamique républicaine.

O. Larbi


A RETENIR ...

Islamophobie

120 actes anti-musulmans enregistrés en moins d’un mois

Après l’attentat contre le journal Charlie Hebdo qui a fait mercredi 7 janvier 12 morts et plusieurs blessés, les actes islamophobes en France ont enregistré une hausse à tout le moins inquiétante. «Depuis les attentats de Pris, les actes anti-musulmans ont enregistré une hausse importante.

Agressions de femmes voilées, attaques de mosquées : une psychose à l’égard des musulmans est actuellement en train de s’installer en France. 120 actes islamophobes ont été enregistrés en moins d’un mois ce qui est l’équivalent des incidents enregistrés durant toute l’année 2014» a annoncé Mme Bentchikou.
 
Education
Projet de jumelage entre lycées français et algériens 

Dans le domaine de l’Education et dans le cadre des échanges interculturels entre les deux rives, l’Association-algériens républicains rassemblés travaille actuellement sur un projet de jumelage entre un lycée parisien et un lycée d’Alger.

«Une fois concrétisés, les jumelages seront déclinés vers d’autres villes françaises et algériennes afin de favoriser les échanges éducatifs et culturels entre les jeunes des deux pays» a déclaré la présidente de  FARR.

Les 23 et 24 mai à Paris : Tournoi international de football des U13

Un tournoi international de football pour les jeunes âgés de 13 ans sera organisé les 23 et 24 mai 2015 dans la capitale française.

Après la participation l’année dernière des jeunes du Paradou athlétiques club (PAC) qui ont laissé une bonne impression grâce à leur méthode de jeu très particulière «les joueurs s’entraînent et jouent pieds nus», le tournoi verra la participation cette année d’une équipe issue de la wilaya de Ghadaïa.

«Au total 40 équipes dont celle de Ghardaïa prendront part à ce tournoi qui est une occasion pour mettre en avant les jeunes talents algériens.

Ces derniers seront totalement pris en charge par les membres de FARR» a indiqué M. Daddi, membre de la fédération chargé de l’organisation des manifestations sportives.   
R.R.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.