Actualité

Gaz de schiste selon un expert : l'exploitation est conditionnée par une bonne maîtrise de la technologie

Publié par DK News le 02-02-2015, 19h22 | 32
|

L'expert Chems Eddine Chitour a estimé que l'exploitation du gaz de schiste en Algérie est conditionnée par une «bonne maîtrise» de la technologie de la fracturation hydraulique que le groupe Sonatrach «ne possède pas actuellement».

«Le gaz de schiste aura toute sa place dans le cadre d'une stratégie énergétique basée avant tout sur la sobriété énergétique. Il ne peut y avoir d'exploitation tant que nous ne serons pas prêts scientifiquement et technologiquement», a-t-il affirmé dans une contribution à l'APS (Lire l'intégral sur www.aps.dz).

«Le gaz de schiste fera partie d'un bouquet énergétique et aura toute sa place le moment venu quand la technologie sera mature et quand nous aurons toutes les compétences nécessaires et pris toutes les précautions en terme d'environnement», a expliqué le professeur Chitour, qui est également conseiller du Premier ministre, Abdelmalek Sellal.

«C’est un fait. La majorité des études sur le gaz de schiste montre que le gaz de schiste est une technologie dangereuse avec les techniques actuelles», a-t-il enchaîné, en relevant qu'aux Etats-Unis, pionniers dans le domaine, 49% des Américains sont désormais opposés à l’extraction du gaz de schiste par fracturation hydraulique.

«Actuellement, il n’existe pas d’extraction de gaz de schiste sans risques sur l’environnement», indique M. Chitour en précisant que la fracturation hydraulique est une «technologie récente» et que Sonatrach «n'a pas encore le tour de toutes les mauvaises surprises «.

Selon ses explications, cette technique «démolit» l'architecture interne des couches, utilise d'énormes quantités d'eau douce (10 à 15.000 m3 d'eau par puits) ainsi que des produits chimiques de nocivité différente.

En outre, l'Algérie doit aussi prendre en compte les coûts élevés des forages de schiste qui varient entre10 et 18 millions de dollars pour un seul puits, a-t-il précisé. «Seule une parfaite maîtrise technologique est en mesure de réduire les coûts», a-t-il averti.

Pour autant, il relève que les travaux d'exploration menés actuellement par le groupe Sonatrach «sont nécessaires» pour maîtriser la technique de fracturation hydraulique et évaluer «avec exactitude» les réserves réelles de l'Algérie en ressources non-conventionnelles.

«Nous n'avons pas à parler de moratoire (sur le schiste). L'étude du gaz de schiste doit se poursuivre, Nous devrons terminer rapidement la phase d'exploration pour procéder aux études d'évaluation réelles de la ressource, car jusqu'à présent, c'est une étude américaine qui nous donne le chiffre de nos réserves», conclut-il.

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.