Coopération

Union Africaine : Tenue à Alger de la 1ère réunion des groupes de travail sur la gouvernance

Publié par Dk News le 02-08-2015, 19h24 | 55
|

Les travaux de la première réunion des groupes de travail de l'architecture africaine de la gouvernance sur «le Constitutionalisme et l'Etat de droit» et «les droits de l'Homme et la justice transitionnelle» ont débuté dimanche à Alger avec la participation d'une cinquantaine de représentants des organismes de l'Union africaine (UA). 

La cérémonie d'ouverture de cette réunion qui, dont les travaux s'étaleront sur quatre jours, a été présidée par M. Mourad Medelci, président du Conseil constitutionnel, en présence notamment de la Commissaire aux Affaires politiques Mme Aïsha Abdullahi et du président du Comité des représentants permanents (COREP), Albert Chimbindi. 

La rencontre, tenue au siège du Conseil constitutionnel, est consacrée à la formation des structures du groupe de travail sur «le Constitutionalisme et l'Etat de droit» et celui sur «les droits de l'Homme et la justice transitionnelle», ainsi qu'à l'élaboration de leur plan d'action et perspectives, a-t-on appris auprès des organisateurs. 

L'architecture africaine de la gouvernance (AAG) est «une approche politique visant à définir des normes, des institutions et des procédures afin de faciliter une convergence dans la mise en oeuvre des politiques et programmes sur la gouvernance en vue d'une meilleure intégration», lit-on dans un document remis à la presse au terme de la cérémonie d'ouverture.

Le Conseil exécutif de l'UA, ayant pris note des initiatives du département des affaires politiques de la Commission africaine consistant à mettre en place une architecture panafricaine de gouvernance, a, par décision prise lors du 14ème Sommet de l'UA en 2010, recommandé l'indentification des obstacles à l'intégration continentale et des mesures à prendre pour les surmonter, précise le même document.  

Le lancement de la plateforme le 15 juin 2012 à Lusaka, en Zambie, a été suivi de réunions pour l'élaboration de documents de référence à savoir: un plan d'action et les règles de procédures pour son fonctionnement afin de favoriser les échanges d'information, faciliter l'élaboration des positions communes africaines en matière de gouvernance et renforcer les capacités des acteurs africains pour qu'ils parlent d'une seule voie, ajoute la même source.  


L'Afrique rejette les changements anticonstitutionnels grâce à l'Architecture africaine de la gouvernance  

L'Afrique qui rejette fermement les changements anticonstitutionnels, s'est résolument engagée à valoriser les moyens pacifiques d'accès au pouvoir, en adoptant une architecture africaine de la gouvernance, a affirmé dimanche le président du Conseil constitutionnel (CC), Mourad Medelci. 

L'Architecture africaine de la gouvernance a permis la réalisation d'une «progression remarquable» dans la stabilité politique que connaissent les pays du continent africain, car l'élection «demeure le moyen privilégié pour l'expression de la volonté populaire et la meilleure méthode pour garantir l'alternance au pouvoir», a indiqué M. Medelci lors de la réunion des groupes de travail sur «le constitutionnalisme et l'Etat de droit» et «les droits de l'homme et la justice transitionnelle» relevant de l'Union africaine (UA). 

L'Architecture africaine de la gouvernance «prend en compte les caractéristiques du continent et respecte la souveraineté des Etats, au moment où ces Etats veillent à trouver le meilleur moyen pour réaliser le rapprochement et l'intégration africaine», a-t-il précisé. 

A travers la concertation, les pays africains «ont désormais en partage les valeurs communes qui constituent les fondements de l'Etat de droit et de la gouvernance en Afrique, en vue de répondre aux aspirations des peuples et de prendre en charge les besoins du citoyen en matière de services publics», a-t-il estimé.

L'édification de l'Etat de droit et de la démocratie est aujourd'hui «une condition sine qua non pour le développement de notre continent», a-t-il souligné, la qualifiant de «défi» que l'UA relève à travers ses organes, ses instances spécialisées et les mécanismes mis en place à cet effet. 

Concernant la rencontre, M. Medelci a indiqué qu'elle constituera «une occasion pour mettre en exergue l'importance de l'Architecture africaine de la gouvernance à l'instar des autres espaces de dialogue, de concertation et de coordination qui visent à concilier entre le travail et l'amélioration de la performance des institutions africaines». 

Le principal objectif de la réunion d'Alger, la première du genre, est de «renforcer l'efficacité de l'assise juridique aux niveaux constitutionnel, régional et national» et que le processus de réflexion qui sera mis sur rails, à l'issue de cette rencontre, vise à améliorer le rendement des instruments de gouvernance dans les pays qui ont souscrit aux valeurs communes en renforçant la coordination entre les différents mécanismes mis en place. 

Les valeurs partagées par les pays africains sur la démocratie et la gouvernance sont entérinées dans les différents engagements interafricains, notamment l'Acte constitutif de l'Union africaine, la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples et la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance. 

Les groupes de travail réunis ont pour mission de trouver les meilleurs moyens de réaliser les objectifs de la plateforme africaine de gouvernance, se disant confiant et convaincu que les pays des organismes participants «disposent de la capacité et la pédagogie nécessaire pour proposer les meilleurs remèdes aux problèmes de l'Afrique». 

Il a, enfin, salué «les progrès» enregistrés en matiere du droit constitutionnel africain, rappelant la rencontre tenue par le Conseil constitutionnel en novembre 2014 sur ce thème. 

Prennent part à cette rencontre une cinquantaine de représentants des organismes de l'Union africaine (UA) dont le Comité des représentants permanents, la Cour africaine des droits de l'Homme, le Conseil de paix et de securité, le Conseil économique et social, la Commission du droit international, la Commission consultative sur la corruption et le secretariat du Mécanisme d'évaluation par les pairs. 

La rencontre est consacrée à la formation des structures des groupes de travail sur «le Constitutionalisme et l'Etat de droit» et «les droits de l'Homme et la justice transitionnelle», ainsi qu'à l'élaboration de leur plan d'action et perspectives. 
 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.