Forum

M. Boumediene Derkaoui, P-dg de Saidal, invité du forum de DK News : L’exportation, l’autre défi

Publié par Said Abjaoui ,O. Larbi, Rachid Rachedi le 27-10-2015, 20h17 | 270
|

Le médicament est un produit stratégique dont la permanente disponibilité est un défi que le gouvernement s'est engagé à relever.

Le produit est si stratégique que le secteur de la santé n'a pas subi les effets générés par la baisse drastique des ressources financières extérieures. Aucun projet engagé ou à engager n'a été gelé.

L'autre défi engagé est de faire baisser la facture des importations. Bien entendu, il s'agit d'augmenter la production. L'Etat dispose des moyens de sa politique en la matière, à l'image de Saidal qui est un des instruments étatiques chargé de contribuer à la réalisation de cet objectif.

Pour comprendre ce qu'est l'activité de ce groupe pharmaceutique et comment celui-ci contribue à la satisfaction de la demande du marché national, le forum de DK NEWS a invité hier M. Boumediene Derkaoui. Le P-DG du groupe Saidal représente cette race de managers algériens qui ont su combiner des études scientifiques pour cons-truire des visions globales de prospective. Il a confiance, dit-il, en les ressources humaines qui font fonctionner l'entreprise, des cadres de plus en plus jeunes, bardés de diplômes, engagés, compétents, nationalistes, car nombre d'entre eux peuvent doubler leurs salaires en offrant leurs services à des entreprises étrangères concurrentes. Ils préfèrent remplir leurs missions, celles de gagner les enjeux de concurrence, de la satisfaction du marché national et de parvenir à exporter.   

Saidal a connu une expansion après sa création durant les années 70, s'est retrouvée morcelée durant la décennie 80 suite à la séparation des fonctions, a subi de plein fouet la crise financière de 1986, et les effets de la tragédie nationale.

C'est en 2009 que le groupe Saidal a bénéficié d'un plan de développement par son inscription dans la nouvelle politique de développement, définie par les pouvoirs publics pour les EPE. Auparavant, l'entreprise n'a pu être privatisée dans un contexte où les IDE n’étaient pas au RDV. Fallait- il recourir à la dépense publique au titre du financement de l'investissement ? Compte tenu que la base industrielle existe et que l'argent existe également, l'Etat a décidé d'utiliser la dépense publique pour développer les entreprises et les placer dans une trajectoire de survie, puis de croissance.

L'Etat a donc décidé d'accorder un prêt remboursable à Saidal, soit un crédit de 16,7 milliards de dinars qui peut lui permettre de décoller et de connaître une expansion. Ce programme d'expansion comprend la réalisation de sept nouvelles usines de médicaments génériques, la mise à niveau de trois usines existantes et qui fonctionnent, la réalisation de deux usines de biotechnologie, la réalisation de trois projets en joint-venture, la réalisation de deux structures d'études dont un centre Recherche et développement.

Saidal compte ainsi accéder à une envergure régionale sur les marchés extérieurs.

Saidal est membre du FCE. Elle est cotée en Bourse à hauteur de 20% de son capital au moment où il n'y avait que l'ERIAD et l'Aurassi.

Chaque année, Saidal réalise un bénéfice de 1, 2 milliard de dinars à 2 milliards de dinars pour un chiffre d'affaires compris de 11 milliards de dinars.

Le groupe Saidal qui a engagé son plan de développement industriel en 2010, lequel est soutenu par un programme de transformations structurelles et organisationnelles, a l'ambition d'accéder au statut d'acteur de référence dans l'industrie pharmaceutique.

Said Abjaoui


Le partenariat, une orientation stratégique

Les résultats de l’entreprise publique de production et de commercialisation de médicaments s’enorgueillit de « verser au propriétaire, l’Etat, représenté par le CPR (Conseil des participations de l’Etat), chaque année, depuis au moins 4 ans, entre 1, 2 et 2 milliards de DA de dividendes. »

 

La survie

Saidal a survécu, mais les retards accumulés en 30 ans ont failli l’emporter sans l’intervention du président de la République qui a pris la décision en 2009 de lui octroyer les moyens qui permettent un développement pour soi sans attendre l’hypothétique arrivée d’IDE : «  C’est à partir de  cette date que Saidal a repris sa marche en avant. En se concentrant sur son métier, sur les besoins de la société en médicaments, en se projetant dans le futur en tant que fournisseur régional de médicaments. Notre usine d’insuline de Constantine produira  à terme 50 millions de cartouches, soit le double des besoins internes. »

 

Le poids de l’investissement

M. Derkaoui est convaincu que le partenariat est une orientation « stratégique, permanente».  Mais, c’est le propriétaire de Saidal qui prend la décision finale au vu des offres exprimées dans les règles. Ce n’est pas le collectif de l’entreprise qui décide en dernier ressort. Le choix de NovoNordisk s’est imposé, car c’est l’un des 3 leaders mondiaux des médicaments pour le diabète, (elle existe depuis 1917) ». Il est en outre présent sur le territoire national avec, à Oued Aîssi, une usine de fabrication. Il a offert pour l’équivalent de 4 millions de dollars d’ingénierie de process, s’engage en matière de formation des futurs employés de l’usine nouvelle qui fabriquera 50 millions de cartouches d’insuline à Constantine, tandis que l’ancienne produira des flacons. ». 

Le partenariat avec des groupes koweitiens aura pour effet la production d’anticancéreux. Le partenariat serait donc le moyen de « partager le poids de l’investissement et celui des bénéfices, l’essentiel pour Saidal étant de couvrir la demande interne, contribuer à la réalisation des plans et programmes du gouvernement en la matière. »

 

Recherche et Développement

Saidal va ouvrir un centre de Recherche et Développement à Sidi Abdallah. Il y a des conventions signées avec les universités, « les pharmaciens et les biologistes formés sont d’un excellent niveau », les CHU. C’est la seule façon de se projeter dans l’édification d’une industrie pharmaceutique performante qui diminuerait les dépenses d’importations de médicaments.

 

Le moral et le matériel

Depuis 5 ans, la promotion des jeunes aux postes de direction, la confiance placée en eux ont apporté du dynamisme pour l’œuvre de modernisation des méthodes de travail et des capacités de production. Le climat social de l’entreprise est meilleur, la culture d’entreprise s’enracine, malgré des salaires moitié moins élevés que chez la concurrence.

M. Derkaoui affirme que les directeurs de l’entreprise ont en moyenne 35 à 40 ans !  Cette tendance se confirmera pour les 500 ou 600 recrues qui seront versées dans les unités nouvelles à Cherchell, Constantine, Dar El Beida, El Harrach, etc. Les départs à la retraite libéreront des postes qui seront ouverts et accordés en toute transparence, « sans piston».

Le P-DG de Saidal n’a eu de cesse de rappeler que la mission est de repartir de l’avant, avec orientations claires, des atouts  consolidés afin de bondir de 5% à 20% de satisfaction de la demande en médicaments et en même temps exporter.

O. Larbi


Pour des entreprises publiques performantes : «Dépénaliser l’acte de gestion»

Le P-DG du groupe pharmaceutique public Saidal, a plaidé pour la dépénalisation de l’acte de gestion pour améliorer la performance des entreprises publiques. «Si nous voulons avoir des entreprises publiques performantes, il faut libérer les gestionnaires et lever l’épée de Damoclès qui pèse sur eux», a indiqué M. Derkaoui, qui fait partie de la commission exécutive du Forum des chefs d’entreprise (FCE).

Rachid Rachedi

 

Un nouveau centre de recherche et de développement à Sidi Abdallah

Le groupe pharmaceutique Saidal procédera dans les prochains jours, au lancement des travaux pour la réalisation d’un nouveau centre de recherche et de développement au niveau de la nouvelle ville de Sidi Abdallah (Zéralda). «Ce nouveau pôle constituera une passerelle entre l’université et l’entreprise», a indiqué M. Zerkaoui. Rappelons que dans le cadre de la formation continue, des partenariats existent déjà entre l’entreprise et les universités de Bab Ezzouar, Blida, Batna et Oran. Le groupe envisage également de passer des accords avec des partenaires étrangers.

Rachid Rachedi

 

Nouvelle usine de Sanofi : Elle réduira la facture d’importation et augmentera la production nationale

La nouvelle usine de Sanofi implantée dans la ville de Sidi Abdellah, permettra au groupe pharmaceutique français, une fois la pleine capacité de production atteinte, de fabriquer localement 80% des volumes distribués par Sanofi en Algérie. L’entrée en service de cette nouvelle unité est une bonne chose pour le pays car elle permettra de réduire la facture d’importation et d’augmenter la capacité de production nationale, a indiqué M. Zerkaoui.

Rachid Rachedi

 

L’usine d’insuline de Constantine sera opérationnelle fin 2017 : 50 millions de cartouches par an

Fruit d’un partenariat avec l’entreprise pharmaceutique danoise Novo Nordisk, la nouvelle usine d’insuline du groupe Saidal basée à Constantine, sera opérationnelle vers la fin 2017, a indiqué le P-DG du groupe. L’usine qui a une capacité de production de 50 millions de cartouches par an, couvrira les besoins nationaux en insuline, estimés à 24 millions d’unités, tandis que le reste de la production sera destiné à l’exportation. Concernant l’ancienne usine d’insuline située à quelques encablures de la nouvelle, elle fait actuellement l’objet d’une mise à niveau de ses installations.

Rachid Rachedi

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.