Economie

MAMI : Au cœur d’une usine algérienne de production de boissons gazeuses et de jus algériens

Publié par Reportage réalisé par Ferrah Menad le 16-02-2016, 22h24 | 1073
|

Depuis sa création en 1937 transformée en SNC en 1981 et société par Actions (SPA) depuis 2003, la société MAMI, spécialisée dans la production de boissons gazeuses et de jus, a tablé sur la diversification de sa gamme de produits et l'innovation.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son objectif de conquérir le marché extérieur à l’horizon 2017 est enclenché depuis quelque temps.

Le culte du secret est tel que l’on s’attendait à rencontrer un homme taciturne et méfiant. C’est pourtant un homme affable et volubile qui reçoit DKNews, seul dans son bureau à Sétif. « Il y a bien peu de choses à dire sur moi », a -t-il avoué avec un rictus qui dévoile la générosité de notre interlocuteur, toujours soucieux de garantir une production sans cesse en augmentation car la demande augmente du jour en jour. M. Adiche Kamel n’ignore pas le poids de ses attentes.  Cet homme alimente le marché algérien en boissons gazeuses et jus malgré la sécheresse et les temps durs.

En effet, au mystère qui entoure ce monde et ses formules secrètes, s’ajoute la légende de la ville de Sétif. Cette dernière qui a connu sa première usine de boissons gazeuses des Hauts-Plateaux en 1937. Cet héritage on le lit avec fierté sur le visage de chacun des employés de ce site industriel. Cette boisson est très prisée par de prestigieux clients…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme dans toute unité industrielle qui se respecte, un contrôle de sécurité est imposé à l’entrée et l’accès aux zones de production exige le port d’une blouse. Mais c’est devant les cuves en acier inoxydable qu’on croit découvrir le secret des formules secrètes ! C’est dans ces cuves immenses qu’on procède au mélange à l’eau purifiée et au sucre raffiné. Le liquide qui en sort est stocké avant d’être envoyé vers une machine spéciale chargée de l’opération d’embouteillage. Une fois la bouteille prête, elle est emballée par packs et mise sous quarantaine à l’usine pendant un temps bien précis. Entretemps, des échantillons sont prélevés et analysés au laboratoire. Ce n’est qu’après s’être assurés de leur pureté, que les lots correspondants sont libérés.

Cette procédure est dictée par les mesures de sécurité draconiennes auxquelles MAMI se soumet. « Le contrôle de qualité est systématique et toute la chaîne de production est soumise à des tests réguliers », dira notre interlocuteur qui ajoute qu’en plus des tests de qualité de la boisson, le laboratoire procède également au contrôle de conformité avec les standards des emballages. Sécuriser la qualité est ainsi l’un des premiers soucis de MAMI La société MAMI-Boissons possède, pour l’instant, deux lignes de mise en bouteilles, en verre et de diverses contenances, d’une capacité de 15.500 BPH, deux lignes en bouteilles en PET de divers formats, d’une capacité de 17 867 BPH. Les investissements sont en continu et la production du jus a été lancée en septembre 2015 en bouteille en verre. Elle sera consolidée par la production de bouteilles en PTE durant cette année, 2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La société qui emploie pas moins de 252 agents table pour cette année 2016 à réaliser un chiffre d’affaires de 1 milliard de dinars.

 

Perspectives

De nouvelles gammes de produits (jus) seront lancées qui élargiront  la gamme des produits  avec pour objectif de séduire le marché étranger.  Pour cela, la société projette de construire une nouvelle usine de production de boissons  gazeuses et jus à l’horizon 2017 pour augmenter ses capacités de production et diversifier ses produits.

Reportage réalisé par Ferrah Menad

 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.