Forum

Hommage mardi au forum de dk news à la mémoire du regretté dirigeant sahraoui le Président Mohamed Abdelaziz : Hommage appuyé au défunt Président Mohamed Abdelaziz

Publié par DKNews le 07-06-2016, 16h42 | 40
|

Le président de la RASD, Mohamed Abdelaziz, est parti, rappelé à Dieu. Le forum de DK News lui a rendu hommage. Y ont contribué le président de l'Association entre les deux peuples sahraoui et algérien, le Dr Said Layachi, ainsi que des journalistes membres de l'Association de soutien à la cause sahraouie et des experts connus.

Le Président défunt Mohamed Abdelaziz a été inhumé chez lui, en territoires libérés. Des territoires à la libération desquels il a été un grand acteur, les armes à la main. Les conférenciers ont été unanimes quant à la bravoure et au courage dont il avait fait preuve.

Ils ont également mis en évidence sa compétence et son sens de l'Etat lors de la construction des institutions de l'Etat. Ces institutions sont fortes. Elles vont organiser sa succession de façon pacifique et dans les délais définis constitutionnellement.

Le président défunt a été de tous les combats. Il a grandement contribué à la construction de l'armée, à toutes les victoires remportées jusqu'au cessez-le-feu, puis à la conduite des négociations avec les Marocains sous l'égide des Nations unies pour aboutir à la tenue d'un référendum portant sur la libre autodétermination du peuple sahraoui.

Depuis le cessez-le-feu et la mise en place de la Minurso par le Conseil de sécurité des Nations unies, le royaume du Maroc a multiplié les obstacles pour que le référendum ne se tienne jamais.  

Le président sahraoui a incarné la volonté du peuple sahraoui à lutter jusqu'à la récupération de son territoire encore sous occupation. Le président n'est pas encore parvenu à son objectif mais il a remporté de nombreuses victoires diplomatiques par la reconnaissance de la RASD  par de nombreux de pays dans le monde, en particulier l'Union africaine.

Mis en minorité en Afrique, le Royaume a préféré s'en exclure. Le défunt a laissé tout un programme pour la continuité de son combat et d'abord des institutions qui vont organiser  sa succession pacifiquement.

Retour sur la question sahraouie

L'injustice a trop longtemps duré. L'occupation marocaine a trop duré et cela continue encore. Et pourtant, ce sont les Nations unies qui en sont en charge. C'est la commission   de décolonisation qui traite le dossier.

L'histoire va dans le sens de la décolonisation quels qu' en soient les obstacles.  C'est ce qu'affirme le Dr Said Layachi, président du Comité de solidarité avec le peuple sahraoui. Le Dr était mardi l'invité du Forum DK News  portant sur l'hommage à rendre au défunt président de la RASD.  L'histoire ne va pas à contre sens de la logique de décolonisation.

Cela fait 40 ans que le Maroc occupe une partie du territoire sahraoui. Ni il n'est arrivé à arracher une résolution onusienne en sa faveur, ni il n'a réussi à se faire reconnaître le statut de puissance  administrante, ni même à faire accepter à l'exportation les produits agricoles en provenance des Territoires occupés. 

Il y a un certain nombre de pays qui reconnaissent la République sahraouie démocratique et populaire et ceux là sont répartis à travers le monde, par contre aucun pays, quel qu'il soit ne reconnaît la propriété marocaine sur une quelconque parcelle de territoires sahraouis.

Si on revient sur les démarches marocaines auprès de la cour de justice de La Haye pour voir si les données marocaines pouvaient paraître assez sérieuses pour une prétention à un droit de propriété, la cour avait rejeté les prétentions royales.  

En aucune façon il n'a été démontré que les populations  sahraouies avaient à un quelconque moment de l'histoire fait allégeance au roi. Alors, d'où vient cet acharnement à entrer en possession d'un territoire qui appartient à un autre peuple? Le Dr Layachi soutient que la reconnaissance par l'Algérie du droit des Sahraouis à l'autodétermination provient de convictions et d'un traditionnel alignement sur les causes justes, et la cause sahraouie est plus que juste.

L'Algérie n 'est pas partie prenante au conflit puisqu'elle soutient qu'elle fait confiance aux nations unies. Qu'est-ce qui dans la position algérienne fait apparaître celle-ci comme l'autre partie liée au conflit ? Sous la direction du défunt Président, la cause sahraouie remporta nombre d'acquis...

Said Abjaoui


Boudjema Souilah :«Poursuivre le combat avec la même détermination»

Lors de son intervention, le Pr Boudjemaa Souilah, a indiqué qu’en dépit de la disparition tragique du Président Mohamed Abdelaziz, le peuple sahraoui continuera de lutter avec la même détermination qu’avant pour arracher son indépendance et libérer les territoires occupés.

«Les leaders et le peuple sahraoui restent unis et leurs efforts convergent vers un seul et même but,  le règlement pacifique du conflit  et l'organisation d'un référendum d'autodétermination» a-t-il souligné. 

Par ailleurs, M. Souilah a affiché une certaine inquiétude par rapport à la période de trois mois accordée au Maroc par le Conseil de Sécurité pour le rétablissement de la mission des Nations unies (Minurso) dans les territoires occupés, en soulignant que le makhzen pourrait profiter de cette longue période et de la disparition du président Mohamed Abdelaziz pour mettre de nouveaux obstacles à l’autodétermination du peuple sahraoui.

Ce dernier a également rappelé que l’Algérie n’est pas partie prenante dans  le conflit qui oppose la République arabe sahraouie démocratique (RASD) au régime marocain, et que ce dossier est entre les mains des Nations unies.
R.R.


Saïd Ayachi : président du cnasps «Mohamed Abdelaziz» : «Un homme courageux qui a choisi de parier sur la paix»

Décrit comme un homme sage et courageux, le défunt président Mohamed Abdelaziz, a abandonné en 1973 les bancs de la faculté de médecine de Casablanca pour rejoindre les rangs de l’armée de libération nationale sahraouie.

Durant cette période, l’ancien leader militaire a pris part à de nombreuses  batailles dont celle de Guelta. «Après plusieurs jours d’affrontements et avec l’aide de quatre soldats seulement, Mohamed Abdelaziz lance un ultime assaut sur les troupes marocaines et parvient à reprendre un passage stratégique dans cette région.

La bataille de Guelta fait partie des nombreux exploits militaires du défunt président», a raconté le président du CNASPS M. Saïd Ayachi. Après la signature du cessez-le-feu, le 7 septembre 1991, Mohamed Abdelaziz et ses compagnons choisissent de parier sur la paix pour le règlement du conflit avec le Maroc.

Il parvient à convaincre la classe politique, l’élite, les jeunes, les femmes  à modifier leur position en optant pour une solution pacifique qui permettra au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination.  Il s'est éteint mardi 31 mai 2016 à l'âge de 68 ans.
R.R.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.