Régions

Constantine : Utilisation du solaire pour «rationaliser» les dépenses communales

Publié par DKnews le 10-01-2017, 15h38 | 29
|

La culture du Solaire s’incruste timidement dans la wilaya de Constantine avec en toile de fond des expériences de panneaux de signalisation fonctionnant à l’énergie propre, des réflexions et des études en cours dans la perspective de «rationaliser» les dépenses communales.

La rationalisation, la rigueur budgétaire et l’optimisation des ressources sont autant de leitmotivs de la nouvelle donne économique prônée par le gouvernement, pour inciter les collectivités locales à réduire la facture «budgétivore» de l’électricité en développant l’énergie renouvelable, d’autant que les assemblées populaires communales (APC) du pays consacrent 50 % de leurs dépenses pour l’éclairage public.

Dans cette optique, le ministère de l’Intérieur et des collectivités locales ambitionne de faire de l’année 2017 celle du «développement des énergies renouvelables» appelant, à ce titre, les institutions de l’Etat à donner l’exemple en matière d’exploitation de cette ressource alternative dans les édifices et les administrations publics, ainsi que pour l’éclairage public.

Des initiatives ont, d’ores et déjà, été lancées dans certaines localités de l’Est du pays, à l’instar des communes d’Ain Touta (wilaya de Batna) et Collo (wilaya de Skikda), alors que des réflexions sont engagées dans d’autres wilayas, notamment celle de Constantine.

Le solaire dans une école à Constantine, expérience prévue pour 2017

Dans ce contexte, Abdelmadjid Sebih, président de l’association de protection de la nature et de l’environnement (APNE) de Constantine a fait part, dans une déclaration à l’APS, de l’intention de son association d’entreprendre, en 2017, une «expérience pilote» au niveau d’un établissement scolaire, en collaboration avec la direction de l’Education de la wilaya, visant à exploiter «l’énergie solaire ou éolienne» pour le chauffage et l’éclairage.

Soulignant un «manque d’intérêt» pour le moment pour ce concept novateur à Constantine, le président de l’APNE a précisé qu’un avant-projet existe, mais il reste tributaire d’un «partenariat» pour pouvoir exploiter cette nouvelle technologie, «pas si nouvelle» pour une ville où des panneaux de signalisation routière implantés en plein c£ur de Constantine, fonctionnent à l’énergie solaire.

Ces panneaux, installés en 2013, au niveau de la place du colonel Amirouche, communément, appelée par les Constantinois «La pyramide», ainsi qu’à la Place des Martyrs sont dotés de petits panneaux photovoltaïques qui permettent, la nuit venue, d’illuminer les panneaux de signalisation en question et les rendre visibles par les automobilistes, a-t-on constaté.

Cette initiative devait être généralisée à travers la commune de Constantine, mais il n’y a pas eu de suite, hormis actuellement un projet au «stade de maturation» d’exploitation de l’énergie solaire pour l’éclairage public, a indiqué Mohamed Rira, président de l’assemblée communale de Constantine.

Le solaire, alternative pour alléger la facture de l’éclairage public

Ce projet, encore au stade de la «conception» au niveau de l’établissement public d’entretien de la voirie et de l’éclairage public (EPEVEP), selon M. Rira, permettra à terme de réduire la consommation de l’énergie électrique et, par voie de conséquence, impactera la facture de l’éclairage public.

Durant l’exercice 2016 (jusqu’au mois de novembre précisément), l’ardoise de l’éclairage public de la commune de Constantine s’élevait à près de 170 millions de DA, ce qui représente une somme importante dans le budget de l’APC du chef-lieu de la wilaya qui a, à maintes reprises, éprouvé beaucoup de difficultés à honorer ses créances vis-à-vis de la Sonelgaz.

La transition énergétique devient inéluctable et, du coup, des entreprises tentent d’investir ce créneau à l’instar de Solar Est, une entreprise privée domiciliée dans la commune d’El Khroub, actuellement en «phase d’exploration du terrain», a-t-on appris, avec à son actif des projets concrétisés avec des agriculteurs au niveau des Mechtas éloignées ainsi qu’avec la Société de l’eau et de l’assainissement de Constantine (SEACO) pour les besoins du fonctionnement des châteaux d’eau.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.