Monde

Sahara occidental-Maroc : La décision de la CJUE est contraignante pour l'UE et ses Etats membres

Publié par DK News le 10-01-2017, 18h18 | 30
|

La décision de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE), qui a conclu dans un arrêt rendu le 21 décembre dernier que les accords d'association et de libéralisation entre l'UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental est "contraignante" pour l'Union et ses Etats membres, a affirmé un haut diplomate européen lundi à Bruxelles.

"L'arrêt de la CJUE est contraignant pour l'UE et ses Etats membres. Nous vivons dans un Etat de droit et nous devons respecter toute décision prise par la justice", a déclaré Nicholas Westcott, directeur exécutif Moyen-Orient et Afrique du Nord au Service européen de l'action extérieure (SEAE) lors d'un échange de vues avec les membres de la Commission des Affaires étrangères (AFET) au Parlement européen.

En clair, l'UE est ses institutions s'attelleront désormais à appliquer la décision de la haute instance juridique de l'Union qui a affirmé que le fait de considérer que le territoire du Sahara occidental relève du champ d’application de l’accord d’association est contraire au principe de droit international.

Relevant le statut séparé et distinct garanti au territoire du Sahara occidental par la charte des Nations unies, la CJUE a soutenu dans son arrêt qu'"il est exclu de considérer que l’expression territoire du Royaume du Maroc, qui définit le champ territorial des accords d’association et de libéralisation, englobe le Sahara occidental et, partant, que ces accords sont applicables à ce territoire".

Ce haut diplomate a souligné, à ce titre, la nécessité de "veiller à ce que la décision soit appliquée correctement", révélant qu'"une étude sur l'impact de la décision de la CJUE est en cours de réalisation" et "sera présentée, le moment venu, devant la Commission" AFET.

Selon Nicholas Westcott, la Commission européenne est "en train d'examiner de façon précise les argumentaires de la CJUE", mais également "ses implications sur le plan juridique pour appréhender ses conséquences".
Il a réitéré, dans ce contexte, le soutien de l'UE aux efforts de l'ONU pour "parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, qui garantira l'autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre d'arrangements conformes aux principes et aux buts de la Charte des Nations unies".

Le conflit du Sahara Occidental constituera "un point prioritaire" des discussions que nous comptons avoir avec le nouveau secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres , a-t-il assuré.
L’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles se félicite des déclarations "claires" de Wetscott
L'ambassadeur d'Algérie à Bruxelles Amar Belani, s'est félicité, à ce titre, des déclarations "claires" de M. Wetscott, affirmant que celles-ci ne "souffrent aucune ambiguïté" et "confirment le bien-fondé de l'analyse que nous avions faite de l'arrêt de la CJUE du 21 décembre 2016".

"Il est clair que, tant dans sa présentation que dans ses réponses aux questions des parlementaires européens, le représentant de Mme Mogherini a veillé scrupuleusement à ne pas dénaturer l'arrêt de la Cour de justice de l'UE qu'il estime, à raison, juridiquement contraignant, s'imposant à l'UE et à ses Etats membres qui seront amenés immanquablement à veiller à son application, soulignant par la même occasion que le principe d'Etat de droit implique le respect des décisions de justice, ce à quoi l'UE ne peut se soustraire, au risque de se déjuger", a-t-il déclaré à l'APS.

Pour l'ambassadeur d'Algérie à Bruxelles, "il est désormais possible d'envisager sereinement la prochaine séquence de la bataille juridique engagée par le Front Polisario", concernant le recours qu'il a introduit, en 2014, contre le protocole conclu en 2013 entre l'UE et le Maroc dans le cadre de l'accord de partenariat dans le secteur de la pêche, qui consacre l’exploitation illégale des ressources halieutiques et de produits de la pèche au large du Sahara occidental.

"L’application illégale dudit accord aux eaux territoriales du Sahara occidental est avérée et documentée", a-t-il soutenu. M. Belani a souligné que "cette exploitation illégale n’est plus à démontrer", citant pour preuve le rapport des comités scientifiques conjoints UE-Maroc, publié en 2015, dans lequel il est indiqué clairement que l'activité de la flotte des pays membres de l'UE est située, pour une certaine catégorie de pêche, dans la zone entre Cap Boujdour et Cap Blanc. "Le rapport démontre que la zone située entre Dakhla et Cap Blanc, concentre à elle seule 90% des captures réalisées par la flotte européenne", a-t-il ajouté.

Il a rappelé, dans ce contexte, un autre cas révélé récemment par l'Observatoire des ressources naturelles du Sahara occidental (WSRW). Ce dernier concerne l’implication de la société française Olvea dans l’importation d'une cargaison de plusieurs tonnes d'huile de poisson en provenance du Sahara Occidental.

Spécialisée dans l’industrie des corps gras, l’entreprise en question revendique "une traçabilité totale" de ses produits sans mentionner toutefois qu’ils proviennent des territoires sahraouis, a-t-il regretté.
L'ambassadeur d'Algérie à Bruxelles a rappelé également que l’UE a déboursé, depuis 2007, plus de 120 millions d’euros de l'argent des contribuables européens sous forme d'appui au secteur de la pêche au Maroc.

"Le nouveau protocole à l'Accord de pêche que le Maroc va s'empresser de signer avec l'UE, vise à reconduire l'autorisation accordée actuellement, pour la période 2014-2018, aux navires battant pavillon européens de pêcher dans les eaux territoriales sahraouis au-delà de 2018", a-t-il encore fait savoir.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.