Actualité

L'organisation terroriste Daech ne peut pas mobiliser les jeunes en Algérie

Publié par DKnews le 11-01-2017, 18h23 | 52
|

Le groupe terroriste autoproclamé "Etat islamique" (EI/Daech) ne peut pas mobiliser les jeunes en Algérie où l'Etat et ses institutions sont forts et où les forces de sécurité sont remarquablement équipées, a déclaré Dalia Ghanem-Yazbeck, chercheur spécialiste du "djihadisme" et de l'"islamisme radical" au Carnegie Middle East Center.

"Lorsque nous voyons où Daech a réussi, comme en Libye ou en Irak, qui sont des +Failed States+ - Etats effondrés - il lui sera très difficile de réussir dans un pays comme le nôtre (l'Algérie) où l'Etat et ses institutions sont forts et où les forces de sécurité sont remarquablement équipées et disposent de plus de dix ans d'expérience en matière de lutte contre le terrorisme", a-t-elle souligné dans un entretien paru mercredi au journal Reporters.

"Daech n'est pas parvenu à mobiliser les jeunes en Algérie comme il a pu le faire en Irak, en Syrie ou en Libye", a-t-elle soutenu. Les raisons en sont multiples, poursuit la spécialiste, "à leur tête l'expérience de la décennie noire. Les Algériens sont restés profondément choqués de l'expérience des années 1990."

Elle a expliqué aussi cet échec de Daech par les flux d'images qui proviennent quotidiennement d'Irak, de Syrie et de Libye et qui sont, pour elle, autant de "piqûres de rappel".

"Daech a très peu de chances de réussir toute campagne de recrutement ou de guerre en Algérie", a-t-elle dit, expliquant que "la corde sensible sur laquelle joue Daech, à savoir la polarisation binaire sunnite-chiite, ne peut pas fonctionner ici car la composition confessionnelle du pays est homogène".

Elle va sans dire que "le risque zéro n'existe pas et donc nul n'est à l'abri d'une attaque mais ce sera tout ce que le groupe pourra faire."

"Conquérir des territoires comme il l'a fait en Syrie ou en Irak est de l'ordre de l'impossible en Algérie", soutient la chercheur.

"L'histoire nous a montré que même si nous combattons militairement les groupes terroristes, leur idéologie subsiste. L'idée demeurera", a-t-elle encore ajouté.

"Daech tel qu'on le connaît aujourd'hui ou plutôt son +califat+ en Irak et en Syrie va sans doute disparaître, mais il va revenir sous d'autres formes. La mutation est une question de temps", a-t-elle prévenu.

Dans le même contexte, la spécialiste a affirmé qu'il est important, pour les pays de la région de trouver une solution à la situation sécuritaire en Libye afin d'éviter un "déversement" de terroristes sur les territoiores des pays de la région.

"Hormis l'Algérie, il n'y a aucun autre Etat de la région qui possède les mêmes capacités antiterroristes et la même expérience. Malheureusement, cela ne suffit pas, il faut plus de coopération entre les Etats sahéliens en matière de sécurité, mais surtout il faut que les conditions qui font du Sahel une terre fertile aux "activités djihadistes", à savoir l'extrême pauvreté,

la marginalisation, l'exclusion, les conditions socio-économiques désastreuses, le manque de gouvernance, soient au plus vite réglés", détaille Mme Ghanem-Yazbeck.

"Je pense que nous allons bientôt être témoin de la daéchisation du Sahel vu les défaites que le groupe est en train de vivre en Libye. Je pense que nombreux sont ceux qui vont vouloir revenir en Tunisie certes mais aussi ceux qui voudront aller dans le Sahel car c'est une terre fertile pour ce type d'organisation", a-t-elle averti.

"Certains groupes déjà présents sur place ne vont pas hésiter à surfer sur la vague daéchiste pour plus de publicité comme l'a fait le groupe Boko Haram l'année dernière. Je pense que la menace terroriste va perdurer sous sa nouvelle forme daéchienne dans le sens où ce que Daech a réussi à faire, c'est de changer la face du djihadisme dans le monde", a ajouté Mme. Ghanem-Yazbeck.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.