Histoire

Histoire - Oran : Le commandant Si Moussa, un héros méconnu

Publié par DKnews le 10-04-2017, 17h05 | 91
|

La mémoire et le parcours militant du moudjahid Mohamed Ben Ahmed, dit commandant Si Moussa, ont été mis en exergue dimanche à Oran lors d’une conférence organisée par le journal "El Djoumhouria", à l’occasion du 13ème anniversaire de sa mort.

C’est un personnage fascinant qui se dévoile, au fil des témoignages, par sa culture peu commune en comparaison avec sa génération. "Rebelle, libre de ses jugements, nationaliste profond, franc et rigoureux", sont autant de qualficatifs utilisés par ses compagnons pour le décrire, mettre en exergue son authenticité et son intégrité à l’origine de son profond nationalisme, ainsi que sa rigueur et son exigence envers lui-même et envers ses supérieurs de la glorieuse Armée de libération nationale (ALN).

Né un 2 juillet 1920 dans une famille plus ou moins aisée par rapport au commun des Algériens à l’époque coloniale, Mohamed Ben Ahmed fut enseignant puis commerçant, mais finit par prendre la route du maquis.

"Ce n’est pas la misère et la privation qui ont poussé Si Moussa à prendre les armes", souligne le sociologue Lahouari Addi, qui l’avait côtoyé pendant des années à l’occasion d’un travail de mémoire qu’ils ont fait ensemble.

M. Addi n’a pas pu être présent à cette rencontre se contentant d'envoyer un témoignage écrit, lu devant l’assistance en son absence. "J’ai rejoint l’ALN parce que c’était un combat pour la dignité. A
l’époque j’étais riche au regard du niveau de vie de mes compatriotes", disait-il,  selon ce témoignage.

"Profond nationaliste, désintéressé et loin de la démagogie populiste, le jeune moudjahid qu’il était et qui le restera jusqu’au dernier jour de sa vie", affirme, pour sa part, Cherfaoui Mohamed, ancien maquisard et compagnon du défunt.

Des qualités confirmées par l’universitaire Mediene Benamar, qui avait également connu le moudjahid après l’indépendance, et avec qui il avait partagé une amitié et un travail de mémoire.

D'autres aspects de la vie du commandant Moussa ont été évoqués par des intervenants qui ont, à l'unanimité, mis en exergue son humilité et son patriotisme.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.