Histoire

Massacres du 8 mai 1945 : Appel à l’ouverture d'un chantier juridique pour que la France reconnaisse ces crimes coloniaux

Publié par DKnews le 05-05-2017, 16h41 | 34
|

Des historiens, universitaires et membres de la société civile ont appelé à l’ouverture d’un chantier juridique pour que l’Etat français, auteur des massacres du 8 mai 1945 en Algérie, reconnaisse les crimes coloniaux, voire d’Etat.

«Il faut ouvrir un débat sur le chantier juridique sur les massacres du 8 mai 1945 à Sétif, Guelma et Kherrata (est d’Algérie).

Ce sont des crimes d’Etat qui ont été perpétrés et la France en est responsable» , a affirmé l’historien Gilles Manceron lors d’un colloque «l’Autre 8 mai 1945 et sa reconnaissance par la France», organisé mardi soir à Paris par les collectifs l’Autre 8 mai 1945 et Sortir du colonialisme en partenariat avec Médiapart et El Watan.

Pour l’historien, il faut que «ces massacres soient reconnus pour en finir avec les crimes coloniaux.
C’est l’essence même de cette rencontre qui fait suite, depuis 2005, à une série de mobilisations pour remettre, dans le débat public, la question de la reconnaissance par l’Etat français des massacres commis en son nom dans l’est algérien».

Gilles Manceron considère que c’est une question importante pour les relations entre la France et l’Algérie car, a-t-il expliqué, «la reconnaissance par la France des crimes de sa colonisation et une condition au dépassement du passé colonial et au rétablissement de la relation apaisée entre les deux pays».

Ce qui a fait dire à Louis-Georges Tin, universitaire connu en tant que militant contre l'homophobie et le racisme, que tout crime appelle à réparation.

Pour le porte-parole du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN), il faut aller vers la reconnaissance des crimes coloniaux, puis vers la réparation pour pouvoir arriver à une réconciliation.

Citant des actions prises par des anciens pays colonisateurs dans le sens de la reconnaissance des crimes coloniaux, dont l’Allemagne, de nombreux intervenants ont relevé le retard de la France en la matière.

C’est le point de vue, exprimé de façon très brève, d’Olivier Le Cour Grandmaison, maître de conférence en sciences politiques, dans son analyse des discours politiques de la classe politique française.

Crispation de la France

Par ailleurs, d’autres historiens, comme Catherine Coquery-Vidrovitch, professeur émérite d’histoire à l’Université Diderot Paris 7 ou Emmanuelle Sibeud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 8, ont relevé que, de façon générale, les répressions coloniales volontaires, totalement étouffées, ne sont pas connues par les Français, désorientés par des idées fausses sur la colonisation.

Emmanuelle Sibeud a pointé du doigt ce blocage et cette crispation de la France qui ne veut, a-t-elle dit, reconnaître ses crimes coloniaux.

Revenant aux massacres du 8 mai 1945, la spécialiste de Ferhat Abbas et chercheuse au Centre national de la recherche scientifique(CNRS), Malika Rahal, a expliqué que les autorités françaises, à travers ces massacres, ont voulu neutraliser la montée en puissance de l’activité politique des Algériens en vue de l’indépendance.

Abdelmadjid Merdaci, professeur à l’Université de Constantine, a insisté pour sa part à mettre en relief que ces massacres procèdent à dévoiler la nature de l’entreprise coloniale .

Il partage le même point de vue avec Malika Rahal lorsqu’il affirme qu’ordonnés par l’Etat français, ces massacres ont été perpétrés pour casser la montée en puissance de la revendication de l’indépendance.

La partialité des médias français de l’époque

Le journaliste d’El Watan, Kamel Beniaiche, auteur du livre «Sétif, la fosse commune : massacres du 8 Mai 1945», a expliqué que son ouvrage de 344 pages est le résultat d’une enquête journalistique, dans la région de Sétif, qui a pris 11 ans de recherche et de recueil de témoignages qui confirment l’existence de fosses communes que les autorités coloniales ont toujours niées.

Relevant la partialité des médias français de l’époque, il a souligné que les Algériens massacrés n’ont pas eu de sépulture.

Dans son intervention, le directeur de Médiapart, Edwin Plenel, a estimé que le temps est venu afin que des mots soient dits au sujet des crimes coloniaux, relevant que l’Algérie concerne des millions de Français. 

Au début de la soirée, le documentaire (60 mn) Mémoire du 8 mai 1945 de Mariem Hamidat a été projeté, en présence de la réalisatrice, qui fait défiler des personnes ayant vécu ce drame collectif dans plusieurs localités de Sétif et de Béjaïa. 

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.