Monde

Tunisie : Mobilisation en Tunisie contre un projet d'amnistie des faits de corruption

Publié par DKnews le 14-05-2017, 15h57 | 12
|

Plus de deux mille personnes ont manifesté samedi à Tunis contre un projet de loi proposé par la présidence prévoyant l'amnistie des faits de corruption en échange d'un dédommagement, ont rapporté des médias.

«La corruption ne va pas passer», «nous n'allons pas céder» ont scandé les protestataires réunis à l'appel du collectif «Manich Masamah» («Je ne pardonnerai pas») ainsi que de 52 ONG tunisiennes et internationales et des partis de l'opposition, selon l'agence TAP. Ils ont défilé sur l'avenue Habib Bourguiba.

Les participants à cette manifestation ont réclamé le retrait définitif de ce projet de loi de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) pour garantir le bon déroulement du processus de réconciliation engagé par les différents mécanismes de la justice transitionnelle.

Ils ont également critiqué le discours prononcé le 10 mai par le président de la République Béjà Caïd Essebsi qui, selon la dirigeante au Courant démocratique, Samia Abbou, a opté pour « l’instrumentalisation de la peur».

«Le rejet de la loi sur la réconciliation n’est pas une preuve de mépris ou un refus de la réconciliation», a-t-elle tenu à préciser. «Le processus de la réconciliation doit se dérouler sous le pilotage de l’Instance «Vérité et Dignité «, a-t-elle conclu.

Présent à cette marche, le dirigeant au Front populaire, Aymen Aloui, cité par la TAP, a indiqué que le projet de loi sur la réconciliation est un projet élitiste destiné à blanchir les personnes proches de la présidence de la République.

«Toute exploitation de la majorité numérique au sein de l’Assemblée des représentants du peuple pour faire passer ce projet de loi risque d’avoir de graves conséquences sur le pays», a-t-il dit. Selon le représentant de la campagne «Manich Masamah», Maled Seghiri a estimé «irrationnel de dire que ce projet de loi va régler la crise économique que connait le pays.»

«La montée de la corruption s’explique par l’absence de la ferme volonté politique et l’insouciance des gouvernements successifs de trouver des solutions à la crise qui secoue le pays», a-t-il ajouté.

Soumis le 26 avril 2017 à l’examen de la Commission de la législation générale, le projet de loi avait été déposé en juillet 2015 par la présidence de la République au bureau de l’ARP.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.