Economie

La croissance annuelle de l'Inde risque de ralentir en 2017-2018

Publié par DK News le 11-08-2017, 21h05 | 9
|

L'économie indienne est susceptible de connaître un ralentissement au cours de l'année budgétaire 2017-2018, prévient le gouvernement dans sa dernière étude semestrielle.

En février, le gouvernement indien prévoyait une hausse du produit intérieur brut (PIB) comprise entre 6,75% et 7,5% pour l'année allant du 1er avril 2017 au 31 mars 2018.

Mais vendredi, il a prévenu que plusieurs facteurs, dont l'appréciation de la roupie et l'instauration d'une nouvelle taxe sur les biens et services, pourraient affecter la croissance.

"Les tendances déflationnistes pèsent sur une économie en plein élan et qui est encore loin d'avoir atteint son potentiel", souligne le conseiller économique en chef Arvind Subramanian dans l'étude économique semestrielle publiée vendredi.

Le taux de croissance a ralenti à 6,1% sur un an au quatrième trimestre s'achevant fin mars 2017 après le choc de démonétisation opéré par le Premier ministre Narendra Modi en novembre, qui a vu le retrait de près de 90% de la monnaie en circulation.

Ce taux est en deça de celui de l'économie rivale chinoise, même si le taux sur l'ensemble de l'année 2016-2017, reste supérieur, à +7,1%.

Selon les économistes, le ralentissement devrait s'accentuer alors que les entreprises doivent s'adapter à une nouvelle taxe sur les biens et services instaurée le mois dernier.

Dans leur étude, ils plaident pour un nouvel abaissement des taux directeurs de la banque centrale, actuellement à 6% après une réduction de 0,25 point de pourcentage la semaine dernière.

"Pour maintenir la croissance actuelle sur sa trajectoire, il faudra agir sur d'autres facteurs classiques comme les investissements et les exportations et toiletter les bilans afin de faciliter la croissance du crédit", conclut l'étude.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.