Monde

Kenya/élections : affrontements entre police et jeunes dans une ville frontalière

Publié par DKnews le 12-08-2017, 17h34 | 4
|

La police kényane a utilisé jeudi des bombes lacrymogènes pour disperser des manifestations violentes dans la ville frontalière de Garissa, dans le nord-est du pays, après les affrontements entre partisans politiques rivaux.

Les propriétaires d'épiceries et marchands de Soko Muqdi, un marché à ciel ouvert dans la ville de Garissa, comptent des pertes énormes estimées à plusieurs millions après que leurs propriétés sont mises à feu quelques instants après que le candidat du parti Jubilé, Ali Korane, a été annoncé vainqueur du siège de gouverneur.

Le feu a rasé tout le marché avec d'énormes boules de feu et de la fumée aperçues à quelques kilomètres.

Les efforts déployés par les pompiers du gouvernement du comté de Garissa et les membres du public pour éteindre le feu n'ont pas porté de fruits.

Les propriétaires désespérés ont fait de leur mieux pour récupérer une partie de leurs stocks, mais tous leurs efforts étaient en vain. Les magasins adjacents ont également été détruits par le feu.
Dès que les résultats ont été annoncés, la ville de Garissa est restée en état de serrure, avec des magasins ou des locaux commerciaux fermés, de peur que leurs entreprises soient être pillées.

Il y avait une forte présence de la police portant des vêtements anti-émeutes dans les principales rues de Garissa car des jeunes en colère soupçonnés d'être partisans du gouverneur sortant Nathif Jama ont allumé le feu sur certaines des routes de la ville.

Le gouverneur élu M. Korane a exhorté les résidents à rester calmes et à s'abstenir de tout acte susceptible de mettre en péril la paix. M. Jama qui a depuis contesté les résultats a déclaré qu'il demanderait réparation légale, qualifiant l'ensemble du processus électorale de farce.

Les Kényans sont allés mardi aux urnes pour voter lors d'une élection présidentielle farouchement contestée, qui lors de la dernière semaine de campagne a vu le meurtre d'un haut responsable électoral et des revendications de trucage de votes.

Au Kenya en 2007, lorsque le résultat des élections a été contesté, plus de 1.000 personnes ont été tuées et 650.000 autres déplacées.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.