M. Bedoui l’a affirmé à partir de Tamanrasset : Plus de 18 individus impliqués dans le départ des feux de forêt, arrêtés

Publié par DK News le 12-08-2017, 20h53 | 15

Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a indiqué vendredi à Tamanrasset que "plus de 18 individus impliqués dans le départ des feux de forêt dans les wilayas affectées, ont été arrêtés".

"Les services de sûreté et de la Gendarmerie nationale ont arrêté plus de 18 individus impliqués dans le départ des feux de forêts au niveau des wilayas affectées", a indiqué M. Bedoui dans une déclaration à la presse, en marge d'une séance de travail consacrée à l'évaluation des projets de développement dans la wilaya déléguée d'In Guezzam. Le ministre a déploré "l'absence" de la culture de l'assurance dans le secteur agricole, rappelant les "fermes instructions" données par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika pour l'indemnisation et l'accompagnement des victimes des catastrophes naturelles, qu'il s'agisse d'incendies ou d'inondations. Il a ajouté que les indemnités seront à la hauteur des pertes enregistrées, précisant qu'"elles seront versées après une enquête approfondie menée par les service sécuritaires". Concernant l'ampleur des dégâts occasionnés par les inondations ayant touché récemment certaines wilayas du sud, M. Bedoui a indiqué qu'"une commission est à pied œuvre pour évaluer les pertes au niveau des communes de Tamanrasset et d'In Salah et d'autres wilayas affectées et cerner les besoins des sinistrés".

 

... «mise en place d'une nouvelle stratégie pour le développement des régions frontalières avant fin 2017»

Le ministre de l'Intérieur, des collectivités locales et de l'aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a annoncé vendredi à Tamanrasset que le gouvernement comptait mettre en place une "nouvelle stratégie" de développement des régions frontalières avant la fin de l'année 2017, en vue d'insuffler une nouvelle dynamique à ces régions conformément aux instructions du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

"Le gouvernement prépare une nouvelle stratégie de développement des régions frontalières et des wilayas déléguées, qui sera mise en place avant la fin de l'année 2017, et ce en application des instructions du président de la République pour le développement de ces régions à travers un programme spécial", a indiqué M. Bedoui qui présidait une réunion consacrée à l'évaluation des projets de développement dans la wilaya déléguée d'In Guezzam en présence du wali de Tamanrasset et des secrétaires généraux de plusieurs départements ministériels.

Le ministre a précisé que ce programme "concernera tous les domaines de développement local", ajoutant que "tous les moyens matériels et humains seront mobilisés à cet effet".

Le premier responsable du secteur a par ailleurs indiqué que les retards enregistrés dans les projets programmés dans la région sont dus à des "défaillances" de certaines entreprises en charge de la réalisation de ces projets.

Répondant aux préoccupations des élus locaux de la wilaya déléguée concernant la prise en charge des "besoins de la communauté algérienne résidant dans les pays voisins, notamment après la fermeture du Consulat d'Algérie à Gao (Nord du Mali), le ministre a indiqué qu'une "réunion sera organisée entre les notables de la région et le ministre des Affaires étrangères à l'effet d'examiner la facilitation des procédures administratives en faveur de cette communauté.

Après avoir présenté ses excuses à la population d'In Guezzam suite au report de sa visite prévue initialement ce vendredi dans cette wilaya déléguée, en raison des mauvaises conditions météorologiques qui ont empêché l'atterissage de l'avion à l'aeroport de celle-ci, le ministre a promis de s'y rendre "prochainement".

Concernant le dossier de la migration clandestine, M. Bedoui a indiqué que l'Etat algérien "ne restera pas les bras croisés", arguant que la commission gouvernementale en charge du dossier veille à prendre les mesures nécessaires pour protéger les frontières, en coordination avec les pays voisins.

Il a rappelé l'existence de "réseaux criminels qui exploitent les femmes et les enfants des migrants clandestins à des fins de mendicité et autres actes inhumains".

Le ministre a salué par ailleurs la contribution de la population de la région à la protection des frontières, ainsi que les efforts consentis par les services de sécurité à leur tête l'Armée nationale populaire (ANP) pour "la protection des frontières et la sauvegarde de la sécurité et de la stabilité du pays".