Le Professeur Karima Achour, invitée du Forum de DK News : «Bientôt un programme national de lutte contre le kyste hydatique»

Publié par Rachid Rachedi le 29-08-2017, 21h06 | 174

Le Professeur Karima Achour, chef du service de chirurgie thoracique au CHU de Bab El Oued et présidente de la Société algérienne d’échinococcose, invitée du Forum de DK News : «Bientôt un programme national de lutte contre le kyste hydatique»

Véritable problème de santé publique, le kyste hydatique ou échinococcose, est une maladie parasitaire qui touche les organes vitaux dont le foie et les poumons.

Le parasite responsable de cette maladie est transmis par le chien ou le bétail. L’être humain est contaminé lorsqu’il ingère des aliments souillés par les excréments de chiens ou par contact direct avec des animaux infectés.

«La prévalence de la maladie en Algérie est située entre 8 et 10 cas pour 100 000 habitants», a indiqué hier le professeur Karima Achour, chef du service de chirurgie thoracique au CHU de Bab El Oued et présidente de la Société algérienne d’échinococcose, lors de son passage au Forum de DK News.

Depuis 2008, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a classé cette maladie dans la case des pathologies à déclaration obligatoire. Dans ce cadre, la Société algérienne d’échinococcose qui compte parmi ses membres des chirurgiens, des immunologues, des généticiens, des vétérinaires et des experts en environnement, a été créée pour suivre de très près l’évolution de cette maladie. «L’association travaille actuellement à l’élaboration d’un programme national de lutte contre les différents éléments de la maladie. Les recommandations qui découleront de ce programme seront transmises aux ministères de la Santé et de l’Agriculture qui a leur tour prendront les mesures nécessaires pour combattre cette pathologie», a indiqué le Pr Karima Achour.

D’autre part, a quelques jours de l’Aïd El Adha, la spécialiste préconise de présenter les abats suspects à des vétérinaires afin d’éviter la contamination par le parasite responsable du kyste hydatique. «Les organes infectés doivent impérativement être incinérés. Les enterrer ne servira à rien car les chiens vont les déterrer et contribuer à propager la maladie» a-t-elle souligné. 

La présidente de la Société algérienne d’échinococcose a ajouté que la meilleure façon de combattre cette maladie est de traiter les animaux infectés. Le traitement des chiens malades (vermifugation) et la vaccination du bétail seraient plus efficaces, moins pénibles et reviendraient beaucoup moins cher que le traitement de la pathologie chez les personnes atteintes par le parasite. Au jour d’aujourd’hui, seul deux pays dans le monde ont pu éradiquer cette maladie, la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

Rachid Rachedi


Une maladie silencieuse

Tout comme le cancer, le kyste hydatique également appelé le cancer blanc, est une maladie silencieuse dont les symptômes se manifestent lentement. Une fois installé, une seule alternative s’offre à la personne contaminée, la chirurgie. Cette opération complexe doit être pratiquée plusieurs fois, selon le cas. Un traitement antiparasitaire médicamenteux accompagne souvent le traitement chirurgical.

R.R


L’Albendazol bientôt fabriqué en Algérie

Médicament antiparasitaire utilisé pour le traitement du kyste hydatique, l’Albendazol, sera fabriqué en Algérie vers la fin 2017 début 2018, a indiqué hier le Pr Karima Achour. Le médicalement qui autrefois était disponible sous forme de comprimés (1 comprimé par boîte), sera commercialisé dans des boîtes de 50 comprimés.

R.R


Le 4 octobre à Palm-Beach (staouéli) : Congrès mondial consacré au kyste hydatique

Un congrès mondial consacré au kyste hydatique se tiendra le 4 octobre 2017 à Palm-Beach (Alger).

L’événement scientifique verra la participation de plus de 300 spécialistes dont 150 experts étrangers issus de 30 pays. Pour rappel, l’Algérie abrite ce congrès pour la troisième fois de son histoire (1950-1980-2017).

R.R