Culture

L’Algérie d’aujourd’hui à travers la photo exposée à Paris

Publié par DKnews le 13-09-2017, 15h59 | 15
|

L’exposition photographique  Ikbal/Arrivées,  pour une nouvelle photographie algérienne , qui raconte la vie de l’Algérie d’aujourd’hui et le quotidien de sa population dans ses multiples facettes, a été inaugurée mardi soir à la Cité internationale des arts de Paris, en présence d’une foule nombreuse.

Une exposition très riche en expressions, présentée déjà au Musée national d’art moderne et contemporain d’Alger (MAMA) du 13 mai au 13 juillet 2017, durera jusqu’au 4 novembre prochain. Fruit d’une en co-production avec l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) et l’Institut français d’Algérie, et en partenariat avec la Cité internationale des arts, elle s’inscrit dans le cadre de l’accord d’amitié et de coopération signé entre la Ville de Paris et la wilaya d’Alger en 2003 et renouvelé en 2016.

Ikbal/Arrivées, pour une nouvelle photographie algérienne  propose aux visiteurs un véritable panorama de la jeune création photographique algérienne en dirigeant les projecteurs sur les nouveaux talents pleins d’énergie et d’ambition.

Au total 400 photos, dont la majorité est en noir et blanc, sont exposées pour raconter la vie des Algériens, citadins ou ruraux, chez eux ou à l’extérieur, dans leurs quartiers ou dans les stades. Plusieurs facettes de la vie au quotidien sont présentées crument aux visiteurs qui sont venus très nombreux découvrir une Algérie qu’ils n’ont pas l’habitude de la voir.

En rupture avec la traditionnelle classification des genres, ces images bouleversent la distance qui sépare le photographe et son sujet. Ici, la présence humaine, les corps en action ou les traces laissées par leur passage sont des fils conducteurs qui pourraient relier chaque série , explique un document présentant cette exposition qui trouve son origine dans l’atelier de formation encadré par Bruno Boudjelal, un Français d’origine algérienne, en 2015 à la Villa Abdellatif à Alger.

C’est en 2015 lors d’un atelier photographique effectué à Alger avec des photographes venant de différentes régions d’Algérie, que j’ai été frappé par l’énergie et le dynamisme de tous ces jeunes gens. Ils manifestaient une envie forte de montrer, de dire, de raconter leur pays , a indiqué Bruno Boudjelal, commissaire de l’exposition qui occupe six salles de la Cité internationale des arts..

Ce photographe a précisé, dans un texte distribué à la presse, qu’il est essentiel que l’Algérie, comme de nombreux autres pays à travers le continent africain,  soit aussi racontée, décrite, photographiée  par les Algériens eux-mêmes .

Nés en Algérie, les vingt photographes, qui participent à cette exposition, sont âgés entre 20 et 30 ans et racontent, à revers leurs oeuvres iconographiques des sujets divers touchant l’actualité en immortalisant la vie autour de la ville, du monde rural et des problèmes sociaux.

C’est comme ce Mostaganémois, Ahmed Badreddine Debba, qui présente l'histoire de l'homme à la djellaba, connue dans légion, à travers laquelle il a voulu rendre hommage à cet homme, traité de fou et chassé par les habitants.

Dans une déclaration à l’APS, ce jeune photographe s’est dit  très content  de s’ouvrir vers le monde extérieur avec sa première participation à une exposition à l’étranger.  Le sujet que j’aborde ne se boucle pas, il continuera à s’enrichir de la légende de l’homme à la djellaba partout en Algérie , a-t-il dit, annonçant qu’il va se mettre à la rédaction de cette histoire.

Le photographe constantinois Ramzy Bensaadi présente les célébrations rurales en Algérie, fruit d’un travail de trois ans au cours desquelles il s’est rendu dans une quinzaine de villages pour vivre ces événements et les immortaliser.

L’auteur a constaté que certaines des fêtes ont perdu de leur authenticité, en raison du développement et de la croissance démographique.

Mehdi Boubekeur, né à Alger, lui s’intéresse aux graffitis et à l’expression de la jeunesse à travers les murs algérois.  Tag ala tags , titre de son exposition, se veut une exploration des graffitis dans leur contexte et dans leur potentiel à se transformer en une poésie perceptive.

|
Haut de la page

CHRONIQUES

  • Walid B

    Grâce à des efforts inlassablement consentis et à une efficacité fièrement retrouvée, la diplomatie algérienne, sous l’impulsion de celui qui fut son artisan principal, en l’occurrence le président de la République Abdelaziz Bouteflika, occupe aujour

  • Boualem Branki

    La loi de finances 2016 n’est pas austère. Contrairement à ce qui a été pronostiqué par ‘’les experts’’, le dernier Conseil des ministres, présidé par le Président Bouteflika, a adopté en réalité une loi de finances qui prend en compte autant le ress

  • Walid B

    C'est dans le contexte d'un large mouvement de réformes sécuritaires et politiques, lancé en 2011, avec la levée de l'état d'urgence et la mise en chantier de plusieurs lois à portée politique, que ce processus sera couronné prochainement par le proj

  • Boualem Branki

    La solidité des institutions algériennes, la valorisation des acquis sociaux et leur développement, tels ont été les grands messages livrés hier lundi à Bechar par le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales Nouredine Bédoui.

  • DK NEWS

    Le gouvernement ne semble pas connaître de répit en cette période estivale. Les ministres sont tous sur le terrain pour préparer la rentrée sociale qui interviendra début septembre prochain.

  • Walid B

    Dans un contexte géopolitique régional et international marqué par des bouleversements de toutes sortes et des défis multiples, la consolidation du front interne s'impose comme unique voie pour faire face à toutes les menaces internes..

  • Walid B

    Après le Sud, le premier ministre Abdelmalek Sellal met le cap sur l'Ouest du pays où il est attendu aujourd'hui dans les wilayas d'Oran et de Mascara pour une visite de travail et d'inspection.